Entrepreneuriat : la guerre des sexes n'aura pas lieu

 |   |  613  mots
DR
DR (Crédits : dr)
A l'heure où fleurissent d'innombrables réseaux au féminin, le profil de la femme "entrepreneur" pose la question de l'adhésion à ces cercles en des termes différents que pour la cadre dirigeante.

Alors que des prix spécifiques dédiés aux femmes entrepreneurs se développent en France, celui de l'Entrepreneur 2010, décerné depuis dix-sept ans par la société Ernst & Young et le magazine  L'Entreprise, a été attribué à une femme, Aliza Jabès, créatrice de la marque Nuxe. Pourtant, les femmes entrepreneurs sont une réalité encore bien mal connue et reconnue en France. Elles représentent un tiers des entrepreneurs, mais souffrent d'un cruel déficit d'image. Cette situation ne leur permet pas toujours de construire la confiance nécessaire à la mobilisation des ressources entrepreneuriales.

L'image encore véhiculée de l'entrepreneur qui réussit est avant tout masculine. Les incubateurs régionaux, essentiellement concentrés sur l'innovation technologique et la forte valeur ajoutée, accompagnent peu de projets portés par les femmes. La raison est simple : leurs projets touchent majoritairement le secteur des services, qui ne génère pas de haute valeur ajoutée technologique. Ces projets sont ainsi moins médiatisés, en conséquence moins connus et reconnus. Pourtant, ils sont tout autant générateurs d'innovations fondamentales, créateurs d'emplois, porteurs d'avenir et riches d'aventures humaines exceptionnelles.

Le paradoxe tient d'un constat unanimement mis en valeur par les recherches : les projets portés par des femmes ne sont pas plus discriminés financièrement que d'autres. L'accès au crédit auprès des banques, les levées de fonds auprès de partenaires financiers ne sont pas plus difficiles pour une femme que pour un homme. Il faut cesser de laisser véhiculer ces croyances. En revanche, le poids plus important des responsabilités familiales et le niveau de performance économique inférieur sont des constats récurrents des recherches sur les différences hommes-femmes en entrepreneuriat.

En France, l'inégalité des charges inhérentes à la gestion domestique est une réalité : les femmes assument 65% du travail domestique (sans aucune amélioration depuis plus de vingt ans). Les femmes entrepreneurs doivent elles aussi composer avec cette réalité. Comme tout entrepreneur, elles savent transformer les contraintes en opportunités, et ainsi beaucoup entreprennent justement pour concilier vie familiale et vie professionnelle. Le mouvement des « momentrepreneurs » qui se développe en France depuis 2009 est un exemple de la capacité d'innovation et d'entrepreneuriat des femmes.

Mais quid des "papentrepreneurs" ? Pourquoi les femmes ressentent-elles le besoin de « réseauter » auprès de femmes qui leur ressemblent avant tout ? Le déploiement de ces réseaux spécifiques de femmes pour les femmes ne vient-il pas renforcer l'enfermement de la femme entrepreneur, et ainsi accroître, peut-être, un sentiment de discrimination ? Les recherches sur l'innovation sont unanimes : c'est dans l'hétérogénéité de son réseau que l'entrepreneur capte "les signaux faibles" générateurs d'innovations et d'opportunités de développement.

En France, l'enjeu du développement de l'entrepreneuriat ne peut s'intéresser à un débat simplifié autour du genre type "guerre des sexes". La réalité de l'entrepreneuriat est autrement plus compliquée et plus passionnante. Les femmes entrepreneurs sont des entrepreneurs comme les autres, et c'est en leur permettant d'exister en tant que telles, de s'imposer en tant que femmes et entrepreneurs qu'elles prendront leur place dans l'environnement encore trop masculin de la création-reprise d'entreprise.

L'entrepreneuriat a besoin que soient construites, reconnues et mises en valeur, des histoires d'entrepreneurs, femmes et hommes, quelle que soit la nature de leur projet de création ou de reprise. C'est grâce à cette construction collective que nos jeunes générations développeront l'envie, la fierté et l'énergie nécessaires au déploiement d'un projet de création ou de reprise d'entreprise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :