Un ministère de l'Industrie plutôt qu'un ministère des industriels

 |   |  743  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Alban Gilbert/CRA)
Par Alain Rousset, président du conseil régional d'Aquitaine, député de la Gironde et président de l'Association des régions de France.

On me dit Girondin. C'est vrai, à plus d'un titre d'ailleurs ; je l'assume et j'en suis fier. J'ai en effet l'intime conviction que la décentralisation est la mère des réformes, celle qui permettra de rapprocher le politique du citoyen et de faire entrer notre pays de plain-pied dans le XXIe siècle. Il faut moins d'État dans nos politiques publiques non régaliennes et plus de régions, parce que c'est dans les territoires que s'établissent les échanges et les rapports de confiance ancrés dans la réalité.

Mais tout Girondin que je suis, moins d'État ne signifie pas pour moi absence de politique nationale. Prenons le cas de l'industrie. C'est un domaine où les régions réunissent, comme ailleurs en Europe, tous les atouts pour conduire avec efficacité d'ambitieux projets de renforcement et de développement de nos entreprises, connaissant leurs problématiques, favorisant les échanges en décloisonnant par exemple les sphères académique, industrielle et financière au plus près des décideurs. Et, bien entendu, faisant le lien, essentiel, avec la formation et l'emploi. Pour autant, nous avons besoin d'un État stratège, qui sache bâtir une véritable politique industrielle pour la France...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :