Le supplice grec

 |   |  317  mots
Copyright Reuters
Par Eric Walther, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune.

A quoi bon accabler encore davantage la Grèce ? Après tout, son incapacité à mettre en oeuvre les plans censés la sauver est aussi le miroir des turpitudes et aveuglements de ses débiteurs affolés qui ont bien voulu lui concéder un sursis pour s'en assurer un eux-mêmes. Elle révèle chaque jour un peu plus l'état gazeux de l'appareil d'État d'une nation qui a inventé la démocratie, mais nous rappelle aussi à nos propres impérities individuelles et collectives. C'est finalement un véritable supplice chinois que nous font vivre les Grecs qui, rappelons-le tout de même, sont aujourd'hui ceux qui souffrent le plus de cette crise. Il y a d'abord eu la révélation brutale du cynisme de ceux qui ont participé au camouflage de la déliquescence du pays en échange de quelques milliards de "fees". Pas facile de donner maintenant des leçons de vertu à ceux qui doivent produire des efforts. Et puis la dette, qui est tout d'un coup devenue un sujet dramatique à traiter toutes affaires cessantes. Que n'avait-on songé à s'y atteler plus tôt si la maladie était si grave ? Enfin, l'euro, l'Europe, la gouvernance...

Quelle humiliation ! Oui, c'est vrai, l'Union n'est souvent parvenue à progresser que dans l'urgence, au bord d'un précipice qui l'attire si souvent. On n'en est plus là. L'accord miracle du 21 juillet devait faire respirer toute la planète financière. Il n'était juste pas précisé, ou en tout cas pas explicité, qu'il devait recevoir ratification des parlements de dix-sept pays. Et que cela prendrait du temps, voire que ce serait peut-être impossible. Le calvaire n'est malheureusement pas fini, loin s'en faut. On en vient presque à regretter le temps où les Athéniens pratiquaient la mise à mort expéditive, Platon en fit l'expérience, en administrant à ses condamnés une potion chargée de ciguë.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2011 à 7:04 :
Ce serait plutôt Socrate qui a été condamné à boire la cigüe?
a écrit le 12/09/2011 à 17:34 :
Nous avons la preuve que l'idéologie politique ,ne s'accouple pas avec l'Economie;
C'est un President Socialiste Européen qui a fait entrer la Grece,pour faire plaisir à son ami Socialiste Grec.
Résultat,Bonjour les degats.A méditer pour un futur proche en France
a écrit le 12/09/2011 à 11:17 :
" sont aujourd'hui ceux qui souffrent le plus de cette crise"; on ne va pas les plaindre, quand meme!!!! moi, le voleur de scooter qui souffre atrocement de sa garde a vue, ca me ft doucement rigoler..............
a écrit le 12/09/2011 à 10:04 :
C'est Socrate qui a fait la triste experience de la Cigue et non Platon. Platon, disciple de Socrate n'a d'ailleurs pas pu assister au deces de son maitre, meme si il relate ce deces dans Phedon.
a écrit le 12/09/2011 à 8:47 :
Nous sommes trop nombreux à être dans un club des plus riches du monde. Un Europe à 27 appauvrisse la France et l'Allemagne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :