Mercedes EQE : l'électrique s'installe au cœur du premium avec succès

Après avoir lancé cinq SUV électriques, Mercedes continue d'explorer son univers premium dédié à l'électromobilité avec l'EQE, sa deuxième berline électrique. Si elle se situe encore en haut du panier du segment, cette grande berline de presque cinq mètres convainc par son confort, son design et ses prestations sur route. En attendant une offre logicielle plus ergonomique...
Nabil Bourassi
(Crédits : Mercedes)

La gamme électrique Mercedes commence à sérieusement s'étoffer... Avec l'EQE, la marque allemande consolide sa position de premium de l'électrique avec brio : style, intérieur, technologie... La marque sise à Stuttgart consolide ainsi son leadership sur ce segment où BMW paraît traîner des pieds. Seul Audi semble suivre, mais avec retard. Avec l'EQE, Mercedes sort sa deuxième berline électrique, après avoir commercialisé pas moins de cinq SUV électrique. Ici, Mercedes applique de nouveau sa stratégie descendante, en partant du haut de la pyramide des gammes. Ainsi, après avoir lancé l'EQS, une sorte de limousine électrique de plus de 120.000 euros, l'Allemand s'installe sur le segment en dessous avec un EQE à partir de 75.000 euros. Une ambition autant qu'un challenge alors que l'électrification redistribue les cartes de l'univers premium...

Mercedes EQE

Un design futuriste et élégant à la fois

Le premier défi était donc de retrouver un nouveau langage stylistique tout en préservant son ADN. Sur l'EQE, Mercedes a fait mieux que sauver les meubles, il se renouvelle totalement. Sa silhouette nous est apparue mieux proportionnée que son aînée, l'EQS. Sa proue plongeante s'accorde mieux avec l'arrondi de la carrosserie. Et sa calandre avec effet noir laqué, sa signature lumineuse LED lui confère une aura futuriste et élégante à la fois.

Mercedes EQE

À l'intérieur, c'est du Mercedes tout craché : finitions soignées, ergonomie aérée, matériaux robustes. L'EQE a limité les célèbres bouches d'aération chromées et rondes de Mercedes aux seules extrémités de la planche de bord. Celle-ci est désormais surplombée par une très discrète frise qui est en réalité la nouvelle grille d'aération. Cette astuce est de plus en plus courante, mais néanmoins appréciable...

Mercedes EQE

Le système de connectivité, lui en revanche, pêche par sa lourdeur et sa sophistication... Les différents logiciels sont systématiquement en conflit : CarPlay nous a, à plusieurs reprises, abandonnés sur le bord de l'autoroute. Le système GPS embarqué, lui, est trop compliqué avec des affichages en réalité augmentée intempestifs et qui n'apportent rien au confort de navigation. Dommage.

Autonomie confortable

Mais l'EQE est une voiture électrique et l'agrément de conduite était évidemment au rendez-vous. Malgré la fermeté du châssis (attention à la raideur du freinage), cette grande berline de presque cinq mètres, se conduit facilement. Son autonomie est également satisfaisante puisqu'elle grimpe à 632 km... De quoi faire de la route confortablement.

Mercedes convainc donc avec son EQE. Elle confirme sa position de constructeur automobile premium dans l'univers de l'électro-mobilité et creuse l'écart avec ses deux autres rivaux historiques. Même le prix ne parait pas scandaleux quand on sait que les voitures électriques sont entre 30 à 40% plus chers que leur équivalent thermique. On a désormais hâte de découvrir les autres berlines de la gamme EQ qui devraient, en toute logique, descendre dans la pyramide des prix.

Mercedes EQE

Nabil Bourassi

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 06/11/2022 à 22:12
Signaler
ça confirme bien que la voiture électrique n'est rien d'autre que la nouvelle mode chez les riches. les écolos devraient faire l'effort de considérer cette réalité en face, au lieu de donner des leçons de morale.

à écrit le 05/11/2022 à 15:37
Signaler
Il convient de faire preuve de la plus grande sagesse et taxer les grosses bagnoles au poids produites avec composants qui viennent de chine ; LE MIEUX, pour mettre fin à la guerre il devient UIRGENT de mettre fin à nos importations massives d'allem...

à écrit le 05/11/2022 à 8:29
Signaler
Les allemands sont incorrigibles, à quoi bon faire plancher les ingénieurs sur des véhicules suréquipés à 100 K€ et 2,5 tonnes que tout le monde peut faire en oubliant les contraintes de poids et d’environnement.

à écrit le 04/11/2022 à 19:52
Signaler
Alimentée en énergie électrique produite par...du charbon. Autant installer directement une chaudière à vapeur alimentée en charbon dans la "bouzine"🤣

le 06/11/2022 à 17:28
Signaler
Les stations services auront un tas de charbon à proximité pour charger la chaudière ? On n'invente rien de nouveau et ne fait que répéter le passé. Tchou tchou tchou... :-) L'Allemagne a l'ambition de passer du charbon à l'hydrogène (j'ai cru compr...

à écrit le 04/11/2022 à 17:11
Signaler
Elle fait combien 5 tonnes non ? Une immondice de plus qui trouvera de nombreux acquéreurs.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.