La finance n'est pas l'ennemie de l'environnement

 |   |  545  mots
La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, et le ministre de l'Economie, Michel Sapin, lors de la présentation à la presse du projet d'obligation verte souveraine.
La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, et le ministre de l'Economie, Michel Sapin, lors de la présentation à la presse du projet d'obligation verte souveraine. (Crédits : Reuters)
La France lance une obligation souveraine verte d'un montant de plusieurs milliards de dollars pour attirer les investissements dans les projets qui ont un impact positif sur l'environnement. Une initiative qui va favoriser un marché prometteur, celui des "green bonds".

La France a lancé ce mardi sa première obligation verte (« green bond ») souveraine, comme l'avait promis François Hollande en 2016, pour illustrer le volontarisme du gouvernement en matière de politique de l'environnement. C'est le deuxième pays à le faire après la Pologne, qui a émis pour 750 millions d'euros de titres le mois dernier, un montant modeste au regard du projet français qui vise lui plusieurs milliards d'euros. Le gouvernement a d'ores et déjà sélectionné plusieurs projets éligibles qui pourraient bénéficier de ces investissements pour un montant de 10 milliards d'euros.

Un marché de près de 90 milliards de dollars en 2016

Les obligations vertes ne sont pas une nouveauté. Depuis 2012, des entreprises, des collectivités locales ainsi que des agences de développement ont eu recours à ce type d'emprunts pour financer des projets. À l'échelle internationale, ce marché, même s'il reste très marginal sur l'ensemble de l'obligataire, a véritablement décollé en 2014 dépassant les 40 milliards de dollars, et il a plus que doublé en 2016 pour frôler les 90 milliards de dollars. Au regard des montants, on constate que l'initiative du gouvernement français n'est pas négligeable.

L'obligation verte a tout pour plaire, puisqu'elle met le retour sur investissement, représenté par le rendement de l'obligation, au service d'une noble cause, le financement de projets favorisant la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique ou réduisant l'impact négatif sur l'environnement. Par ailleurs, elle remplit les mêmes critères qu'une obligation classique, notamment en terme de notation du risque. La finance acquiert ainsi une verte vertu.

Mais qu'est-ce qu'un projet vert?

Mais ce jeune marché, promis à une expansion importante, bute sur un problème de définition qui pourrait freiner les enthousiasmes. Qu'est-ce qu'un projet « vert » ? En effet, selon l'obligation verte proposée, certains projets sont éligibles, d'autres non. Ainsi, l'obligation de l'État français exclut logiquement les projets de développement d'énergies renouvelables qui bénéficient d'un autre système d'aide publique spécifique.

Prenons l'exemple d'un projet de tunnel qui permettrait de décongestionner le trafic intense en montagne. Pourrait-il rentrer aujourd'hui dans ce cadre, même si son impact environnemental positif est réel ? Pas sûr, certains critiques pourraient considérer que l'impact du creusement d'un tel tunnel serait négatif pour l'ensemble du massif naturel. Pour autant, même s'il ne bénéficiait pas du "label" vert, ne pourrait-il pas trouver des financements si les investisseurs croient à sa viabilité?

Dénoncer le "green washing"

Certains fonds d'investissement sont en effet très sourcilleux sur les critères environnementaux que doivent remplir les propositions pour être éligibles. Et il faut compter avec les ONG pour traquer et dénoncer le « green washing » de certains projets classiques ripolinés en vert pour bénéficier de l'éligibilité à ce type d'obligations.

Pour l'obligation verte voulue par François Hollande, c'est différent. Elle est souveraine et bénéficie de l'assurance de l'État. Les équipes de l'Agence France Trésor ne manqueront pas de le rappeler aux investisseurs pour les inciter à souscrire lors de leur tournée internationale de présentation et tester ainsi un peu plus que leur fibre environnementale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2017 à 9:57 :
Personnellement, je ne mettrais pas un rouble dans de genre fonds, avec le risque qu'il n'y en ait pas, de fond !
Réponse de le 04/01/2017 à 12:00 :
Vert, ou Arlequin, les titres d'Emprunts Publics Français, deviennent des Obligations pourries : déficit public de 73 Milliards d'euros alimentant la dette qui s'emballe 2200 Milliards d'euros (120 de plus qu'en 2015 ) le natif du jour nait lesté d'une dette par hab/ colossale. Avec 0.80% de taux d'emprunt d'état à 10 ans, la charge annuelle de remboursement, des SEULS intérets payés par les contribuables, est de 70 Milliards d'euros. Quand les taux redeviendront à peine normaux à 2.5% : 220 Milliards par an pour les seuls intérets de la dette, que chaque citoyen devra payer. L'état Cigale-irresponsable FRANCAIS qui emprunte chaque jour, pour son fonctionnement courant !! quotidien ! tel un Sans Dents, ferait son carburant, son billet de T.E.R, Sa Supérette, en empruntant chaque jour, est au bord du précipice. Le Parti Socialiste Fiscaliste Français : P.S.F.S en est tellement conscient qu'il a inventé LA LOI SAPIN 2, pour Bloquer du jour au lendemain, le jour venu, les Fonds d'Ass Vie. Le Conseil Constitutionnel a rejeté le recours : actuellement Majoritairement Socialiste et Trotskiste ( 3 membres nommés par le chef du P.S Hollande, 3 par le Communiste Bartolone, 3 par l'ancien Président Socialiste du Sénat ) LA FRANCE EST EN FAILLITE ET AU BORD DE LA CESSATION DE PAIEMENT.
a écrit le 04/01/2017 à 4:50 :
Plusieurs pays vont faire de même, c'est une excellente décision car le temps presse pour la transition énergétique et agro-écologique mondiale et la planète.
a écrit le 04/01/2017 à 0:36 :
La finance est déclarée, l'ennemie jurée de Moi président je, et du vieux Parti Socialiste Fiscaliste français, laquelle finance boycotte la france communiste.
a écrit le 03/01/2017 à 18:35 :
Le lion n'est pas l'ennemi de l'antilope, juste son prédateur naturel. En revanche, les lions savent gérer le nombre de leurs naissances quand les antilopes se font rare.
a écrit le 03/01/2017 à 18:24 :
mefiance car avec Mme royal tout ce qu'elle entreprend coute de l'argent aux français et se termine en faillite!!!! ecomouve 1 milliard d'euros !!!!
a écrit le 03/01/2017 à 18:09 :
La finance nous a plongé dans la plus profonde et grave crise de notre histoire sous les applaudissements des politiciens et des médias, comment voulez-vous que nous ayons une quelconque confiance dans ces gens ayant érigé l'avidité en argument roi ?

Qu'elle agisse et ensuite on verra, en attendant inutile de se répandre en paroles inutiles de politiciens qui ne passent leur gouvernance qu'à servir les intérêts des marchés financiers. Arrêtez de dépenser des tonnes de carbone pour rien bon sang !

Faites, agissez et arrêtez de bavasser, pour l'instant c'est tout ce que nous ont démontré les politiciens leur incroyable endurance à parler pour ne rien dire, enfin si pour défendre leurs comptes en banque et leurs réseaux.

Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :