Macron, la taxe carbone et les trottinettes

 |   |  1094  mots
(Crédits : Francois Lenoir)
[ÉDITO] Depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron, les prix du gazole ont augmenté de 25%. Et ce n'est pas fini. Mais comment faire en sorte que la nécessaire transition écologique ne se fasse pas au détriment du pouvoir d'achat ou de la compétitivité des entreprises ? Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

Sacrés Gaulois réfractaires ! Ils ne sont pas à une contradiction près. Ils peuvent « en même temps » sacraliser en Nicolas Hulot, le champion démissionnaire de l'Écologie, leur personnalité politique préférée (palmarès Ipsos-Le Point d'octobre) et « se plaindre » de voir flamber le prix des carburants. Comme si ce n'était pas sous l'impulsion du ministre Hulot que le gouvernement avait décidé d'accélérer l'alignement des taxes sur l'essence et le diesel. Le résultat est une hausse de 25 % des prix du gazole depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron. Et ce n'est pas fini : avec la nouvelle augmentation votée dans le budget 2019, le prix du litre de diesel va s'installer durablement au-dessus de celui du sans-plomb, l'effet de cette hausse étant amplifié par la poussée des prix du pétrole.

Ségolène Royal n'a pas manqué l'occasion de dénoncer dans cette écologie « punitive » un « matraquage fiscal ». Selon l'ancienne ministre de l'Environnement, « taxer d'une façon aussi violente les automobilistes, c'est prendre l'écologie en otage ». Elle affirme même que cette hausse des taxes sur les carburants n'est pas légale, car « le gouvernement ne respecte pas l'article 1 de la loi sur la transition écologique de 2015 » qui prévoit une neutralité fiscale : pour un centime de hausse de la fiscalité carbone, il devrait y avoir un centime de baisse d'une autre taxe.

Or, selon Olivier Faure, le patron du PS, le compte n'y est pas. Il dénonce une « arnaque » budgétaire qui, sous prétexte de fiscalité écologique, est en réalité selon lui une mesure de rendement qui va « prélever sur cinq ans 55 milliards d'euros, dont seulement 10 petits milliards » seront destinés à financer la transition écologique. En clair : les automobilistes, surtout les plus modestes, qui roulent au diesel, sont des « vaches à lait » appelés à payer à la pompe les cadeaux fiscaux du « président des riches ».

Coup de pompe pour les automobilistes

Face à la polémique qui flambe au rythme des prix à la pompe, le gouvernement reste droit dans ses bottes : « Quand on a aimé Nicolas Hulot, on assume d'avoir une fiscalité destinée à faire évoluer les comportements » s'est emporté Benjamin Griveaux, porte-parole de l'exécutif et possible candidat LRM à Paris (parmi d'autres, dont Mounir Mahjoubi, Cédric Villani...) face à Anne Hidalgo. Et de faire valoir que le gouvernement a créé une prime à la casse pour aider les automobilistes à se convertir à des modes de transports propres, prime qui sera portée à 2.500 euros au 1er janvier pour les voitures électriques et les véhicules hybrides. Certes, mais en effet le compte n'y est pas : la hausse des taxes sur les carburants servira plus à rembourser la dette publique qu'à accompagner les Français dans la transition écologique.

Emmanuel Macron, dont la courbe de l'impopularité épouse presque parfaitement celle de la hausse du prix à la pompe, assume le caractère punitif de cette politique, dont l'objectif est d'adresser un « signal prix » pour forcer au changement des comportements. Sans le dire ouvertement, c'est bien une taxe carbone que le président de la République a imposée aux automobilistes. Pourquoi pas, à condition que les Français ne se retrouvent pas otages de cette transition. D'autant qu'on n'est qu'au début de changements majeurs pour tenir les objectifs de réduction des émissions de CO2. Le président de la République a promis des mesures « structurantes et historiques » dans les prochains mois. Problème : comment faire en sorte que cette nécessaire transition écologique ne se fasse pas au détriment du pouvoir d'achat ou de la compétitivité des entreprises ? Car les ménages ne sont pas les seules victimes de la hausse des carburants. En 2019, Bercy va prélever 2 milliards d'euros sur les entreprises, dont 1 milliard avec la fin de la possibilité pour les secteurs non agricoles d'utiliser le GNR, le gazole non routier, 50 centimes moins cher.

Faire participer les poids lourds ? Bon courage...

Et ce n'est pas fini : la ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne, aura fort à faire pour mettre en place une participation des poids lourds, notamment ceux en transit sur le territoire français, au financement de son plan de rénovation des infrastructures routières. Le mot « écotaxe », devenu un chiffon rouge, est proscrit, mais, au final, quelle sera la différence, sinon sémantique ? Le projet de « tarif de congestion » que la loi d'orientation sur les mobilités va concrétiser en une forme de péage urbain va dans le même sens, même si ce sera aux élus locaux d'assumer l'impopularité de son (éventuelle) mise en place.

À l'évidence, si on prend un peu de recul, cette fiscalité écologique « punitive » commence à produire des changements de comportements. Les industriels de l'automobile ont compris que la fin du diesel pourrait bien être plus rapide que prévue, que les normes de pollution vont continuer à être durcies, et donc que les mobilités en seront bouleversées. On en a des signaux avec l'explosion de l'autopartage, du covoiturage, alors que vélos, trottinettes et gyropodes partent à la conquête de nos villes. C'est sans doute un progrès pour les habitants des grandes métropoles, mais ce n'est pas sans poser de sérieux problèmes de cohabitation sur l'espace public. Ce développement anarchique de solutions en free floating (libre-service sans bornes), au départ encouragé par les maires, tourne au capharnaüm, faute de régulation. On ne compte plus le nombre de passants blessés sur les trottoirs par des usagers de trottinettes électriques filant droit comme des « i » au-delà de la limite de vitesse autorisée (6 km/h). Or, on continue de vendre ou de louer des petits bolides qui vont bien au-delà de 25 km/h.

Élisabeth Borne le dit : le Code de la route sera adapté pour réguler la circulation de ces véhicules. Il est plus que temps. Mais il faudra aussi adapter nos routes à la cohabitation entre ces engins, les vélos, les scooters et les voitures. Quant aux habitants des zones rurales ou périphériques, obligés de posséder une voiture, il va falloir les aider fiscalement à basculer vers la voiture électrique, comme le fait massivement la Chine, et en construisant un réseau de bornes de recharge adéquat. On en est encore loin. Pour réussir la transition écologique, il va falloir que Bercy redonne à l'écologie l'ensemble des taxes sur les carburants, de la même façon que l'argent des radars est destiné à près de 100 % à la sécurité routière.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2018 à 19:45 :
Un Brexit pour le créateur dès pauvreté et president des tres tres riches 👎
a écrit le 29/10/2018 à 15:17 :
Les emplois, l' industrie et les salaires sont délocalisés à l' est à 400 euros, Macron l' abonné des GOPE-de-l' Bruxelles n' a donc plus d'autre choix que de plomber la France et les français...
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1095457853969272&set=p.1095457853969272&type=3
Macron en pavlovien europathe ne dispose d' aucune marge de manoeuvre et n' a pas d' autre choix que de faire les poches des français pour boucler le budget de l' état.
Il ne fallait pas se tromper à voter une nouvelle fois un alter européiste.
a écrit le 28/10/2018 à 13:19 :
Non,le gouvernement ne cherche pas a remplir ses caisses sur la taxe carburant!Il y a trois sources de pollution auto:les carburants,les freins,les pneus.Tous trois produisent des particules fines,et le gouvernement n'a pas augmenté les taxes sur les pneus ou les freins.De plus,en passant aux 80km/h,Edgar Philippe savait que la consommation carburants allait baisser et rapporter beaucoup moins fiscalement.Les arguments de l'opposition ne tiennent pas!
Réponse de le 29/10/2018 à 14:00 :
Bien que respectant généralement la limitation à 80km/h (non par conviction sur son efficacité mais pour ne pas payer de contraventions et tenter de conserver mes points), je n'ai constaté aucune baisse de consommation, et pour cause, j'oublie souvent de passer le rapport supérieur (5è ou 6è) à 80km/h. Quant à l'efficacité en termes de sécurité routière, je pense qu'il sera marginal ou nul, pour les raisons suivantes :
-comme les 80km/h ne concernent que le réseau bidirectionnel sans séparateur central, il est clair que ce qui est visé, c'est les collisions frontales. Or l'effet d'une collision frontale à vitesse relative de 160 km/h (deux véhicules roulant en sens inverse à 80km/h) est malheureusement le même qu'à 180km/h, très peu de chances d'en sortir vivant (pour ça, c'est à 30km/h qu'il aurait fallu limiter la vitesse)
-le comble, c'est que sur les sections bidirectionnelles à 3 voies (2 voies dans un sans séparateur, la vitesse est limitée à 80km/h dans le sens à 1 voie et reste à 90km/h dans le sens 2 voies). Pourrait-on m'expliquer en quoi le risque en cas decollision frontale est moins élevé ?
Quant aux particules fines, les principaux émetteurs ne sont pas la circulation (surtout depuis que les véhicules sont systématiquement équipés de FAP mais le chauffage au bois (une véritable catastrophe qu'il faudrait interdire) et l'agriculture.
a écrit le 28/10/2018 à 8:46 :
Une trottinette pour macron le créateur de pauvretés bien fais saints des riches que macron pries pour leS pauvre
a écrit le 28/10/2018 à 8:21 :
Le paradoxe c'est qu'en taxant le diesel Macron fait augmenter les rejets de carbone des automobile car les véhicules essence rejettent + de Co2 une contradiction de plus liée aux mesures dites écologiques
a écrit le 28/10/2018 à 7:11 :
Sauf que le changement à l'échelle d'un pays, ça ne se décrète pas en 5 ans : il l'offre, il faut les infrastructures et il faut être capable de fournir cette énergie. Admettons que les 2 derniers points sont résolus, il reste une offre marginale à des prix prohibitifs pour le commun des français. Et sans même parler du prix, le temps de recharge est rédhibitoire pour certaines professions (transport, commerciaux, etc.). Et comment font ceux qui habite dans des copropriétés sans parking ? ces personnes seront obligées de payer plus chère leur énergie en devant s'abonner de fait à des contrats de fourniture d’énergie... bref, cela manque de réflexion et de coordination, le yakafokon n'est pas applicable à l'échelle d'un pays... Mais que fait le conseil constitutionnel ? comme l'Anses, toujours à la traine, cette administration : c'est de la coercition contre les français.
Réponse de le 28/10/2018 à 10:01 :
Sans parler que l'électricité vient du nucléaire (en grande partie) et qu'on peut pas qualifier cette énergie d'écologique quand on ne sait pas quoi faire pour se débarrasser des déchets nucléaires.
a écrit le 28/10/2018 à 5:33 :
Quelle preuve d'ambition de ce Micron pour notre merveilleux pays ! La trottinette, les radars et le prix du carburant : c'est vraiment ce dont à réellement besoin notre pays pour retrouver ses couleurs d’antan... S'attaquer à ce point à la liberté fondamentale de circulation nous fait revenir au moyen age, et la bien-bien-pensance à l'inquisition. Et puis concernant la pression sur les chomeurs, il faut se rappeler que la révolution Française a débuté par la suppression du droit d'usage de glander.
a écrit le 27/10/2018 à 20:17 :
Macron a supprimé la taxe d'habitation.Cela fait 800 euros en moyenne par an d'économies,soit environ 70 euros par mois.Ce qui correspond a un plein et demi,ce qui couvre plus que largement les hausses de carburant.
Réponse de le 28/10/2018 à 7:34 :
"Macron a supprimé la taxe d'habitation" ; ah bon ! moi, j'ai rien vu ! Je paye m^me plus que ce soit sur ma taxe d'habitation ou ma taxe foncière.... Et je ne connais personne qui m'ai parlé de ce cadeau !
Réponse de le 28/10/2018 à 8:17 :
@jessifer: carton rouge: infox Macron n'a pas supprimé la taxe d'habitation mais seulement 30% en 2018 et pas pour tout le monde donc on est loin des 800€:an Le militant LREM de base doit revoir ses sources d'info!
Réponse de le 28/10/2018 à 11:24 :
deuxième carton rouge.

Macron n'a pas supprimé la taxe, ça aurait couté jusqu'à 20 milliards € de perte fiscale sèche, donc ill'a déplacée.

D'abord il se refait avec la CSG augmentée et il fait porter le poids du trou financier vers les communes en sabrant les dotations de fonctionnement.

Collectivités locales qui n'auront pas d'autre choix que de la répercuter via la dizaine de taxes locales qui existent. Et le mouvement a déjà commencé puisque la taxe foncière a déjà pris 11% en moyenne en anticipation.
Réponse de le 29/10/2018 à 14:18 :
Personnellement je paye toujours la taxe d'habitation (et même plus qu'avant) comme la plupart des Français. Je paye en plus la CSG, mes comptes epargne LDD et Livret me font perdre encore plus ... Je ne vous détaille pas ma perte de pouvoir d'achat ... Alors vos calculs style LREM, vous pouvez vous les garder ...
a écrit le 27/10/2018 à 18:54 :
au km parcouru , l'essence rapporte environ 20% de cash fiscal de plus que le gasoil .
c'est le motif (caché) retenu par le Gouvernement pour contraindre les français d'abandonner le diésel , en prétextant de sa nocivité supérieure sur la santé et sur l'environnement . aucun débat scientifique sérieux n'a jamais prouvé cela , en particulier sur la base de pollution rapportée au km parcouru avec des véhicules conformes aux dernières réglementations . sans doute les pouvoirs publics ne veulent pas ce débat .
quant au renforcement de la fiscalité "écologique" sensée motiver les français à changer de comportement , c'est irresponsable compte tenu que les alternatives proposées sont soit techniquement régressives sur le service apporté ( le vélo , la voiture thermique avec tout petit moteur , covoiturage ...) soit d'un prix inaccessible aux familles à petit et moyen budget ( voiture électrique et hybride ) .
a écrit le 27/10/2018 à 18:41 :
Le but de l’etat N’est pas de reverser les taxes sur les carburants, mais de faire que les carburants soient moins consommés, ce qui fera de facto baisser le rendement de la taxe. Il faudra que les automobilistes se retournent vers les vélos ou les voitures électriques. Si tous le font vous verrez que les constructeurs automobiles produiront les ve qu’ils nous refusent actuellement par incurie
a écrit le 27/10/2018 à 18:15 :
On a vraiment tirer le gros lot avec Macron et ses godillots LREM! C'est la catastrophe!
a écrit le 27/10/2018 à 16:33 :
L’exécutif voudrait nous faire prendre des vessies pour des lanternes mais il ne peut mentir sur le toujours plus de fiscalité non pas pour une vision écologique ou une vision de sauver des vies ou améliorer la vie des citoyens mais pour, comme les prédécesseurs, boucher les trous du budget du à des dépenses publiques toujours en croissance tout comme la dette, le budget, on peut rajouter guère ou si peu d‘amélioration du chômage en 18 mois. L’exécutif raconte des balivernes à chaque nouvelle sortie de justification de ses actions, quelques exemples
- Concernant les 80 km/h on peut être pour ou contre mais l‘argument avancé par le premier ministre, une seule vie sauvée est une justification positive on peut qu’applaudir SAUF que l’argent des amendes routières ne va dans sa totalité, malgré le discours politique de base, pour un amélioration du réseau et donc de pouvoir sauver des vies et comme dit le premier ministre une seule vie sauvée… non une partie environ 30 pour cent vont d’un côté dans cet ogre d’une mauvaise gestion, le budget l’autre quelques millions pour désendetter la France cette dernière justification!! est la médiocrité même de l’exécutif qui semble confondre millions et milliards.
- la taxe carbone dans une vision écologique ne peut qu’avoir l’assentiment des citoyens sauf que la encore mensonge car cette taxe , confiscatoire du pouvoir d’achat, remet les compteurs à zéro du plus!!! en bas de la fiche de paie et d’une suppression d’une partie de la TH. Encore une taxe qui se carbonise car elle ne sert encore qu’ à boucher les trous du budget d’un état qui refuse la première des priorités s’attaquer au vrai mal de notre pays la dépense publique. Pour que l’exécutif soit crédible avec une vision du mieux pour la planète et donc la encore pour sauver des vies la TOTALITE de la taxe sur les carburants ( 1 centime de plus par litre représente 450 millions de rentrées fiscales) en moyenne entre l’essence et le gasoil l’augmentation a été cette année de 10 cts et l’an prochain idem soir 20 cts en deux ans soit 9 milliards, si cette somme était affectée entièrement à l’écologie de la voiture OUI l’impacte sur la santé serait un vrai bonus mais là encore et encore cette somme va dans sa majorité être versée dans l’ogre budget pour un exécutif comme ses prédécesseurs dans l’impossibilité de diminuer la dépense publique encore un exécutif Pinocchio le nez ne fait que s‘allonger.
On peut rajouter les dernières nouvelles du mensonge le reste à charge zéro qui sera en fait à la charge des mutuelles répercutée jusqu’à 9 pour cent aux assurés
Dans la liste, la promesse du candidat Président, de campagne un peu!!!! biaisée la retraite à 62 ans inchangée dans le nouveau système, avec une omission de TAILLE, pas à taux plein on se dirige vers un minimum de 65 ans et plus à taux plein, d’ailleurs son acolyte pour les omissions ou mensonges le premier ministre vient de dire que cette loi sera portée après les européennes cause à effet électoral!!! Et oui comme les prédécesseurs le nouveau monde est le vieux monde amoureux de la fiscalité. Pas de différence entre M. Hollande et M. Macron il faut dire qu'un était le conseiller de l'autre. Changer de costume et porter la cravate droite ne sont pas un signe du mieux pour notre pays, mais de la continuité de 40 ans d’égarement budgétaire.
Réponse de le 27/10/2018 à 18:25 :
Il est très rare qu'une taxe aille intégralement à un objectif fixé. On a plus de 2200 milliards de dettes et des budgets à tenir donc qu'une partie de taxes ou par exemple ou la taxe sur le loto du patrimoine aille au remboursement de la dette ou autre n'est pas essentiel puisqu'il y a à contrario des budgets qui a un moment donné financent des secteurs qui ne sont pas dans leur attribution propre. Ce qui compte c'est que la plupart des budgets soient maîtrisés et qu'il y ait un effort de fait pour la transition des véhicules vers l'électrique pour les véhicules légers et l'hydrogène pour les transports lourds. Et c'est bien le cas actuellement. Qu'importe si la totalité des taxes n'y soient pas affecté puisque les aides sont conséquentes et tant mieux si le solde va financer d'autres secteur comme l'éducation, la santé etc. Ca évite en outre de charger trop d'autres secteurs alors que le pétrole et le gaz on doit en sortir au plus vite car c'est totalement dépassé et çà nous coûte en réalité très cher (importations + coûts de pollution + coûts sur le climat + géopolitique, conflits etc) On est à la merci des pays exportateurs d'énergies fossiles comme Russie, Arabie Saoudite etc.et du moindre chose pétrolier et çà depuis 1973 donc il faut commencer à s'adapter depuis 45 ans !.
Réponse de le 27/10/2018 à 19:41 :
T es pas payers au smic t es pas retraitees
a écrit le 27/10/2018 à 15:25 :
Le prix français est maintenant aligné sur la plupart des grands pays européens sauf Allemagne ( -13 cts) !
L'écologie, contrairement à ce que veulent faire croire certains partis plus "rouge" que "verts" , ça coûte............ et, logiquement, à tout le monde, sauf à en profiter pour remettre une nouvelle couche de redistribution "socialement juste" !
en France on voudrait verdir gratis, vieille habitude effectivement.
Réponse de le 27/10/2018 à 16:51 :
Le souci principal, aucune alternative de proposée. J'habite en milieu rural, pas de borne électrique pour d’éventuelles , voitures électriques (polluantes), solution qui ne fait que déplacer le problème. Les voitures diesel émettent moins de CO2 (réchauffement climatique) .... mais des particules fines. J'ignore la solution. Ce ne sont pas les taxes qui vont résoudre le problème. Du coup, les gaulois vont se fâcher, prudence !
.
Réponse de le 27/10/2018 à 17:09 :
Je suis voisin du Grand Duché du Luxembourg.
Le diesel B7 est à 1.17 €/l
l'essence E95 à 1.24€/l et E98 1.30 €/l

Au royaume d'Espagne, l'essence E98 est à 1.30€/l, le gasoil à 1.34 €/l

Au royaume de Belgique, le Gasoil est à 1.45 €/l le SP98 à 1.30 €/l

Les prix élevés c'est un choix politique.
Réponse de le 27/10/2018 à 17:13 :
"verdir gratis" est bien ce qu'in demande aux agriculteurs. Aucune rémunération pour planter des engrais verts en hiver!
Réponse de le 27/10/2018 à 18:36 :
J'habite aussi à la campagne et je charge chez moi avec du solaire hybride (qui fait photovoltaïque + thermique = eau chaude et plus de 50% chauffage) ou au bureau avec du solaire aussi et j'ai près de 400 km d'autonomie. Les bornes arrivent assez vite en fait. Google map les signale désormais.
Réponse de le 27/10/2018 à 20:14 :
C'est une mesure destinée à limiter le lessivage des sols nus en hiver, à les stabiliser et les petits pois ça fixe l'azote, d'où une meilleure capture des eaux de pluie, moins de désherbants sur l'année en cours et moins d'engrais chimiques l'année d'après.

C'est tellement évident qu'on se demande par quelle logique techno-financière perverse les paysans en étaient arrivés à abandonner cette pratique et qu'il a fallu passer par la loi pour la rétablir.
Réponse de le 28/10/2018 à 13:48 :
Certes, votre installation semble rationnelle et efficace.

Une seule question:
Montant de la mise en fond initiale pour l"installation des capteurs hybrides chez vous et au bureau + box rechargement + véhicule ?
a écrit le 27/10/2018 à 15:16 :
Macron president de la ruine ?
Réponse de le 27/10/2018 à 18:39 :
La ruine c'est d'importer des énergies fossiles (56 milliards d'euros par an) + les coûts de pollution (1,6 milliard d'euros par an + 600.000 décès prématurés et malades) + la géopolitique (intervention militaires etc pour sécuriser les approvisionnements en énergies fossiles. Macron a raison de vouloir se passer des énergies fossiles au plus vite avant que les prix ne montent encore plus.
a écrit le 27/10/2018 à 14:26 :
Porte conteneurs cargo : Un seul navire pollue autant qu'un million de voitures
Mais, Macron l'incompétent et sa caste de technocrates dorés préferent taxer le citoyen moyen plutot que les entreprises richissimes de leurs amis.
La majeure partie de la pollution des navires s’explique par la teneur en soufre de leurs carburants, jusqu'à 3 500 fois plus élevée que le diesel des voitures. Une fois brûlé, ce carburant rejette du dioxyde de soufre, un polluant néfaste pour l’environnement et la santé.

L’université allemande de Rostock et le centre de recherche sur l’environnement Helmholzzentrum à Munich ont démontré le lien entre les gaz d’échappement des cargos et plusieurs maladies cardiovasculaires et respiratoires. Dans une étude publiée en 2015, les chercheurs estiment que la moitié de la pollution de l'air liée aux particules dans les zones côtières et portuaires provient des émissions des navires. Au total, les émissions du transport maritime causent 60 000 morts par an en Europe et coûtent 58 milliards d’euros chaque année.
Réponse de le 27/10/2018 à 15:16 :
Et si toutes les marchandises des porte-container voyageaient par voies routières et ferroviaires, le bilan pollution serait supérieur !
Il faut ne pas oublier de prendre en compte les infrastructures à construire pour que ce choix soit viable (béton, goudron, rails, tunnels, viaducs, systèmes). Et évidement l'entretien et la réfection de ces infrastructures. il faut aussi prendre en compte le risque stratégique, ni une nation bloquait ses frontières, que se passe-t'il ?
Conséquence économiques et stratégiques ?
Réponse de le 27/10/2018 à 17:11 :
Merci de dire que le dioxyde de soufre, SO2, aurement dit le "sulfite" est un "polluant néfaste pour la santé". Pourtant il est, comme antioxydant, très apprécié des œnologues et producteurs de vin.
Réponse de le 27/10/2018 à 18:27 :
Votre info n’est pas bonne, l’etude Que vous citez ne concerne pas les émissions de gaz à effet de serre mais les polluants souffres
a écrit le 27/10/2018 à 14:23 :
Kérosène des avions = ZERO taxe
Vive l'écologie sélective à la macronienne.
a écrit le 27/10/2018 à 14:09 :
Si on veut changer les comportements, effectivement il faut cogner là où cela fait mal, donc au portefeuille. Ceux qui n'ont pas compris cela doivent retourner aux études. Dans les années 70/80, les gens qui habitaient à plus de 15 km de leur lieu de travail étaient considérés comme des farfelus... Alors oui, la baisse de nos consommations énergétiques sera douloureuse, et chère.
Et, "redonner à l'écologie l'ensemble des taxes sur les carburants"? Mais pour quoi faire? Payer les 40 000 fonctionnaires du Ministère de l'environnementt, dont on peut légitimement se demander en quoi ils contribuent à la réduction de nos émissions de CO2? Soyons sérieux, cet argent doit être utilisé pour réduire nos déficits, tout comme le Ministère doit se séparer, a minima, de la moitié de ses agents (rien de personnel bien sûr).
a écrit le 27/10/2018 à 13:59 :
L'utilisation de l'argent engendre la création de pollution!
a écrit le 27/10/2018 à 13:54 :
... est de croire que l'empreinte écologique des véhicules électriques est meilleure que celle des thermiques !....

Attention dans une vingtaine d'années... qu'on ait pas un scandale de l'électrique initié mordicus par Macron (c'est lui le responsable global) comme Calvet il y a plus de vingt ans qui prônait le diesel pour ses véhicules Peugeot sans parler du laxisme du sang contaminé !...

Le tout ou rien manque de parcimonie !... A trop vouloir appliquer l'écologie punitive avec les carburants, tous ces politiques nantis et égocentriques flancherons lamentablement devant le blocage du réseau routier par tous les camions et on repartira pour un nouveau tour !....

A qui profite tout cela en premier lieu ?

On peut peut-être lire :
« http://la.climatologie.free.fr/sommaire.htm »
« https://www.minurne.org/billets/17816?fbclid=IwAR3VTI-tUyAr-YMjaAzfUJW9GR-qa4mBkEyYuhPlkBtg4dEmw4HHCO524EE »
Réponse de le 27/10/2018 à 15:50 :
L'empreinte Co2 des voitures électriques est exceptionnellement bonne en France. Grâce au nucléaire. Comme quoi le nucléaire n'a pas d'odeur pour les écolos quand il sert à appuyer leurs idées reçues.
a écrit le 27/10/2018 à 13:30 :
C'est normal que ceux qui polluent et consomment les infrastructures payent.
Le point faible du gouvernement est de ne pas baisser les dépenses et surtout de ne pas revoir à la baisse les allocations familiales qui incitent à la natalité les moins capables d'éduquer.
a écrit le 27/10/2018 à 13:20 :
Les écolos sont à dégager avec le président anti pauvres et la reine des bobos de Paris , Hidalgo . Qu'ils aillent faire leurs conneries en Chine ou en Inde .
a écrit le 27/10/2018 à 13:06 :
Taxons les familles nombreuses, démultiplication de la pollution, de la consommation et c'est pas bon pour la planète ...! Euh oui...!
a écrit le 27/10/2018 à 12:40 :
La ségrégation écologique dans toute sa splendeur.
Pour les nantis qui ont les moyens d'habiter à Paris, des bonus écologiques pour s'acheter une voiture électrique. Pour les pauvres qui habitent en banlieue, des taxes sur le diesel pour leur rappeler que la voiture c'est pas pour eux: ils n'ont qu'à prendre les transports en commun.
Macron termine le travail qu'Hidalgo a commencé: un Paris propre et écologique, et en plus débarrassé des pauvres et des classes moyennes qui sont invités à traverser Paris dans le sous-sol.
Réponse de le 27/10/2018 à 18:29 :
On trouve des Zoe d’occasion à 7000€ maintenant
a écrit le 27/10/2018 à 12:39 :
Y'en a marre du pvr d'achat. Y'en marre de se battre pour de l'essence moins cher.
Plus de monde signe la pétition contre l'augmentation du prix de l'essence que pour la marche pour le climat.
Le peuple se rend-t-il compte que notre planète et notre mode de vie sont à l'agonie ?! Quel aveuglement ! Quelle bêtise !
Pouvoir d'achat pour quoi ? Avoir un abonnement Bein ? Canal ? RMC sport ? Acheter un Iphone à 1200 euros ?! Avoir deux bagnoles. J'ai 46 ans et depuis 46 ans j'entends parler de crise économique ! Quelle connerie ! Au Tchad, au Bangladesh, en Ethiopie là est la crise ! Pas ici !
Réponse de le 27/10/2018 à 13:26 :
Vous avez rasion à 100%.
Ceux qui veulent du pouvoir d'achat n'ont qu'à travailler plus ou differement ou à démander une baisse de la dépense publique dont les allocations familiales et autres formes d'assistanat pour reduire les prélevements sur le travail.
Réponse de le 27/10/2018 à 14:17 :
Le "pouvoir d'achat" est un concept "has been" du XIX siècle: le poste "alimentation", évidemment vital, ne cesse de diminuer en % du revenu des ménages (- de 15% aujourd'hui).. et donc la défense du "pouvoir d'achat" n'a pour objet que les dépenses accessoires (hormis la question du logement traitée, même si elle est très mal traitée, par les prestations sociales).
Réponse de le 27/10/2018 à 14:17 :
Vous n'en avez pas marre de toujours parler de la dépense publique et de l'argent que coûte les pauvres alors que les milliardaires accumulent s'en cesse à un point qui devient délirant ?
Que dîtes vous de l'inégalité devant l'impôt ? De ces multimilliardaires et multinationales qui ont les moyens de se payer des armés de fiscalistes pour ne pas payer d'impôts ?
Cessez d'être aveugle !

https://www.cnews.fr/monde/2018-10-26/les-milliardaires-dans-le-monde-20-plus-riches-798340
Réponse de le 27/10/2018 à 15:06 :
@BH : Merci pour votre remarque très pertinente et intéressante.
a écrit le 27/10/2018 à 12:27 :
Faire la grève du carburant et des courses chez Leclerc 1 seul week-end et le prix baissera immédiatement pour ré-appatter les proies !
Réponse de le 27/10/2018 à 12:41 :
Leclerc : le pire de la grande distrib. Celui qui étrangle les producteurs ! Bravo. Quelle belle idée !
Réponse de le 29/10/2018 à 14:34 :
@Hoi : n'empêche qu'il va vraiment être temps de se mettre à la grève de la consommation, ce qui risquerait de faire baisser la croissance, seule chose qui peut inquiéter le Gouvernement !!
a écrit le 27/10/2018 à 11:58 :
Cette réforme est impopulaire mais nécessaire. Macron a bien du courage...
a écrit le 27/10/2018 à 11:49 :
pour eux ! les camions (de plus en plus) et l aéronautique ne polluent guère seule la nigauderie pollue
a écrit le 27/10/2018 à 11:16 :
Les importations fossiles sont de 56 milliards d'euros par an en France et 450 milliards d'euros par an en Europe auxquels s'ajoutent 600.000 décès et malades et 1,6 milliard de coûts. Continuer de rouler en voiture à essence ou diesel est donc criminel alors qu l'électrique évolue vers les batteries Na-ion entre autres avec des temps de recharges très rapides, un rendement de plus de 90% et une plus grande longévité.
a écrit le 27/10/2018 à 11:13 :
On commence par réduire les dépenses publiques, le nombre de fonctionnaires. Nous avons des niches fiscales dont certaines pourraient être supprimées qui représentent un manque à gagner pour l'état par an de 100 milliards d'euros. Idem pour la fraude fiscale.
Macron préfère s'attaquer aux retraités et aux familles. Augmentation de la CSG, des taxes, des assurances , pensions gelées , loyers inaccessibles pour la plupart des français.
A part ça, la Macronie se pavane sur toutes les chaînes de TV toujours aussi satisfaite d'elle-même, elle assume , le mot clef de cette nouvelle caste de dirigeants.
a écrit le 27/10/2018 à 11:07 :
Un jésuite ! jésuite marie joseph, virez moi tous ces religieux de cette terre païenne et vite, nous sommes descendants des viking pas des moyen orientaux
a écrit le 27/10/2018 à 10:58 :
QUI peut croire une seconde à cette transition si TOUT ça était vrai Hulot serait encore là ?!
Il y a 1 E de taxe par litre !!!! De quoi on nous parle ? DE TRANSITION ou de RACKET ? On ne doit plus rouler c'est ça ? En 2 années de propagande, le Diesel (qui était là solution parfaite en 1980 !!!) est devenu un carburant meurtrier hahahaha ! Heu des filtres c'est trop compliqué ?
Les voitures électriques sont encore très limitées (j'ai essayé), dans 5 années on verra.
La France est incapable d'évoluer sans racketer son peuple ! Il y a eu la taxe sur les fenêtres en 1798 à .... 1926 Waooo quand même !
Réponse de le 27/10/2018 à 11:25 :
C'est le lobby EDF en action:qui voudra maintenant fermer des centrales nucléaires?Et quand beaucoup de gens seront passés a l'électrique que fera EDF?Ils augmenteront fortement les tarifs,prétextant des frais de modernisation afin de fournir plus.Les véhicules électriques sont une catastrophe écologique,sans compter les poussières de pneus et de freins qui persisteront.En marche vers de somptueux 4x4 électriques ou hybrides, financés par l'état qui serviront a leurs propriétaires a faire 400m pour aller chercher le pain et amener les enfants a l'école
a écrit le 27/10/2018 à 10:49 :
On peut dire tout ce que l'on veut à l'idiot du village ça ne sert à rien, il a sa feuille de route, tout ce que vous pourrez dire ne changera rien.
Réponse de le 27/10/2018 à 13:48 :
Totalement d'accord!Et pourtant on avait prévenu les gens depuis longtemps
Réponse de le 29/10/2018 à 17:41 :
Vous aviez prévenu qui de quoi ?

Normal que l'on comprenne jamais ce que vous voulez dire ?
a écrit le 27/10/2018 à 10:41 :
Aux décideurs
On ne maitrise malheureusement pas les évolutions du cours du baril soumis à la spéculation, et qui dépasse aujourd’hui les 80 dollars, mais on n’est pas obligé d’en rajouter en additionnant encore les taxes.
Le prix du fioul domestique, (11millions de français se chauffent au fioul) qui passe 1.00 euros le litre aujourd’hui, pose de gros problèmes chez de nombreux citoyens aux revenus modestes. Pour chauffer une maison de 80 m2 une moyenne de 2300 litres / ans sont nécessaires. Et ceux qui peinent, n’ont pas, ou plus les moyens d’investir dans l’isolation, même avec les aides d’état.
Suite aux diverses augmentations, prévues, carburants gaz, électricité, la suppression de Taxe habitation aura effet nul pour le pouvoir d’achat de beaucoup de citoyens.
Et que penser de l’évolution future de la contribution climat-énergie. ? On ne peut pas inciter les citoyens à ne pas pouvoir se déplacer au prétexte tendancieux de dégagement de CO2.
Que représente la circulation automobile dans les rejets anthropiques ?
LA France rejette 1% du des rejets mondiaux de CO2. Dans ces 1%, le transport routier c’est 15% des rejets. Bref très, très peu au bout du compte.
Contrairement à ce que répand la doxa, l’automobile est un bien de première nécessité dont l’utilisation est incompressible principalement, pour les ruraux.
Et puis à quoi sert la loi sur la mobilité, si on n’arrête pas de brider l’utilisation de l’automobile
Augmenter les taxes sur les carburants, surtout au prétexte qui me semble prétentieux, d’avoir une incidence sur le climat via les émissions de CO2, ne peut que limiter, voir annuler une reprise économique, par diminution du pouvoir d’achat net ; pour le coup vous aurez du « ruissellement » sur tous les produits finis, c’est un point élémentaire en économie.
Nous ne sommes pas dupes ; la hausse des taxes associées carbone est avant tout mise en œuvre dans une logique de rendement budgétaire, au profit du budget général de l'État. Entre 2014 et 2016, l’Ifrap conclu que la hausse des produits de la fiscalité énergétique a principalement servi à compenser une partie du coût du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) ».
Pour dire les choses plus clairement, la taxe carbone est donc un moyen hypocrite de remplir les caisses de l’Etat, et entraîne une forte pénalisation de la circulation automobile sans assurer l’entretien correct du réseau routier. Elle n’est pas non plus utilisée pour favoriser la transition énergétique. Alors ou va cette taxe ?
D’autre part la politique sur les carburants visant à assommer le diesel est aberrante. On peut comprendre que le diesel en circulation urbaine soit une ineptie. Ne serait-ce qu’au point de vue technique, car les températures de fonctionnement en ville ne permettent pas un fonctionnement correct des dispositifs antipollution.
Mais dans nos campagnes !!!
Je n’ose rappeler qu’à puissance égale, un moteur diésel consomme 20 à 25 % de moins qu’un moteur essence de nouvelle génération dit « downsizés. Donc dans l’approche d’une réduction des émissions carbone, mauvais calcul ;
Essence, plus de CO2 émis, sans compter la surconsommation en circulation urbaine.
Et en ce qui concerne les NOx, idem les moteurs essence « downsisés», émettent plus de Nox qu’un diesel euro 6, au point qu’on va être obligé de les équiper également d’un Filtre à Particules.
Au lieu de prendre des décisions « à l’arrache », n’aurait-il pas mieux été sage de laisser le stock de véhicules se transformer, par simple attrition des vieux véhicules.
Bref, politique incohérente, et très mal vécue par tous les habitants de nos campagnes, qui ne peuvent se passer d’un véhicule et qui ne disposent pas de solution de remplacement abordable et efficace. (Véhicules électriques trop chers, peu performants en matière d’autonomie),
Attention, les populations des campagnes et banlieues sont à bout. Dans ce domaine, il ne se passe pas une semaine, sans que ce problème des taxes sur les produits pétroliers revienne, en tête des mécontentements. Je parle des campagnes mais ce matraquage sur les taxes des produits pétroliers ne satisfait personne hormis un petit microcosme parisien.
Une solution véritablement écologique, et non mercantile, aurait été d’aligner le prix des carburants en abaissant celui de l’essence sur le diesel. L’argument climatique n’est pas réaliste. Il ne sert qu’à culpabiliser à tort le citoyen.
Dernier point, dans le cadre d’une politique réellement écologique, et dans l’objectif d’une électrisation majoritaire du parc automobile français pourriez-vous nous assurer que, les taxes carbone seront supprimées sur les énergies électriques.
a écrit le 27/10/2018 à 10:18 :
M. Mabille vous n avez pas tout compris. Hulot est apprécié parce qu'il a l'image d'une personne intègre. Pour prendre un exemple, peu de Français ont dû approuver son interdiction de recherche d'hydrocarbure au large de la Guyane, cette mesure démontre que Hulot s'est égaré dans son combat, il n a pas su coller ses convictions a la réalité du quotidien,. mais si cette autorisation avait été accepté, dans l esprit de Mr tout le monde il était l'"assurance" que cela aurait été fait correctement et dans une certaine mesure "proprement", tout comme il était l'assurance que les industriels et politiques qui s'assoient allègrement sur l'intérêt commun, soient plus au moins remis dans les clous ou montré du doigt.. Malheureusement pour nous, il n'a pas voulu prendre la robe de Bure du missionnaire du bon sens et de l'intérêt commun, maintenant les corporatistes ont la voie libre, le futur plan énergie en est un exemple flagrant !
a écrit le 27/10/2018 à 10:08 :
Les importations fossiles sont de 56 milliards d'euros par an en France et 450 milliards d'euros par an en Europe auxquels s'ajoutent 600.000 décès et malades et 1,6 milliard de coûts. Continuer de rouler en voiture à essence ou diesel est donc criminel alors qu l'électrique évolue vers les batteries Na-ion entre autres avec des temps de recharges très rapides, un rendement de plus de 90% et une plus grande longévité.
Réponse de le 27/10/2018 à 12:08 :
1/ Pourriez vous citer vos sources?
2/ Produire des batteries et de l'électricité ne se fait pas sans pollution, avez vous des données comparatives?
a écrit le 27/10/2018 à 9:52 :
La hausse des prix à la pompe en faveur de la transition écologique est une escroquerie et un mensonge. Ou va l'argent de la TIPP ?
Quel français peut se permettre de changer de voiture au vu des salaires faibles ?
a écrit le 27/10/2018 à 9:50 :
Bonjour,
Un 1789 et un 1791 nous ferait beaucoup de bien, il nous suffit de dire tous NON, aux armes citoyens le temps est venu....
a écrit le 27/10/2018 à 9:46 :
trottinettes électriques sur la route, "Encore une grande réforme" les députés lrem ne vont manquer de le souligner.
a écrit le 27/10/2018 à 9:05 :
pourquoi le pauvre pour aller au travail doit rouler à velo alors que les nantis ont des avions DE LOISIR bateaux 4 x 4; supprimons les 24 h le Dakak etc à j'oubliais les Loobies tres present à l'Elysee ne veulent pas

et nos politiques pour leurs deplacements de pure propagande pourquoi ne prennent ils pas le TGV
a écrit le 27/10/2018 à 8:17 :
Il n'y a pas d'autre solution que l'application de la note n°6 du CAE qui propose de répartir les charges sociales sur le travail et sur l'énergie à niveau constant. Qui peut nous en parler?
a écrit le 27/10/2018 à 8:01 :
Les solutions de remplacement à la voiture diesel ne sont pas satisfaisantes à l’heure actuelle . Mon automobile roule au diesel , elle date de 2003, j’ai 260 000 km au compteur je n’ai pas l’intention de changer pour un véhicule essence qui consomme 20 % de plus qui pollue plus en CO2.
Passez à l’electique Très bien sauf qu’on aura pas assez d’électricité produite, qu’on sera dépendant des batteries chinoises.
On nous taxe mais j’attends les mesures sur le transport aérien
a écrit le 27/10/2018 à 7:20 :
Surtaxer le carburant de tout les jours des français quand l'aérien et le maritime sont très largement épargnés, que les allemands brulent du charbon voir de la lignite et les américains un peu tout ce qu'ils trouvent, écologiquement ça ne sert pas a grand chose. Si seulement le budget était à l'équilibre mais même pas
1038 milliards de prélèvements obligatoires, presque 1300 euros par mois hommes femmes enfants petits vieux nouveaux nés, on a pas l'impression d'en avoir pour nos sous.
a écrit le 27/10/2018 à 6:59 :
"de la même façon que l'argent des radars est destiné à près de 100 % à la sécurité routière"
Oui eh bien justement non ? Outre qu'une bonne partie alimente le système lui même, l'argent des radars va au desendettement ou à l'Afitf, qui finance surtout le rail. Le détournement de la fiscalité de son but affiché est une spécialité française...
a écrit le 27/10/2018 à 6:09 :
Macron est bien décevant

Je crois que ça va être dur à avaler pour les banlieusards et campagnards , cette taxe sur le gasoil et l essence qui revient à faire payer les voitures électriques des bobos des centre ville par les travailleurs pauvres

Il devait réformer et baisser la dépense publique
On a droit à des taxes et impôts et toujours plus de taxes
Macron est un hollande bis
a écrit le 27/10/2018 à 6:06 :
M Macron
Je suis à ce jour un tirailleur pauvre. Je suis obligé dans ma campagne d'utiliser ma voiture au quotidien.
Demain grâce à vœu je serais à la charge de la société.,car il sera plus avantageux pour moi et des milliers d'autres dans ma situation de vivre au crochet de l'état.
Vive la mcronie et à bien tôt la révolution
a écrit le 26/10/2018 à 23:28 :
Dans les campagnes, la question de la recharge des voitures électriques n'est pas vraiment un problème. On peut recharger sa voiture chez soi. Et l'autonomie des voitures actuelles (avec batterie autour de 40kW permettant plus de 250km d'autonomie) est largement suffisante pour les trajets quotidiens. Le problème est plutôt le prix de la voiture... C'est sans doute plus simple avec des systèmes de location ou de location de batterie pour étaler le prix (et rembourser la batterie plutôt que faire le plein d'essence).
Réponse de le 27/10/2018 à 18:33 :
Tout à fait d’accord, les gens parlent des voitures électriques sans les avoir testées
a écrit le 26/10/2018 à 21:28 :
Y a deux facettes, une collecte d'argent pour la transition écologique, si chaque euro prélevé va entièrement à l'écologie, faut voir, au moins c'est pas une ponction fiscale banale (sur ma facture gaz reçue y a une semaine, la TICGN (taxe carbone) est passée de 4,88€(HT)/MWh à 8,45€ en 2018 (20% du prix actuel du gaz), à quand la taxe égale à celle du produit ? En 2026 ?), et officiellement une méthode pour faire changer les habitudes.
On peut (sauf à la campagne profonde et en montagne) prendre le bus pour ne pas payer de carburant, covoiturer, faire du vélo, ou changer de motorisation. L'essence consomme plus, dommage pour le CO2 émis (benzène: leucémie, particules fines sur injection directe = FAP réclamé par l'UE, ENFIN).
Quand le pétrole est peu cher, les hausses de TICGN se voient peu, ça n'est pas efficace pour faire changer d'habitudes (comme la grenouille dans l'eau froide qu'on chauffe, c'est moins brutal que la plonger dans l'eau bouillante) mais rapporte, ce qui est essentiel finalement, de plus en plus d'argent écologiste.
Pour transiter il faut des véhicules carbon-free comme on dit. Le reste n'est que blabla.
L'hybride passe à la pompe donc contribue aux taxes ET au CO2, donc contre productif.
Changer d'habitudes c'est pas remplacer un véhicule à pétrole même fumant par un à pétrole inodore. On confond le CO2 et la pollution en ville, on veut éradiquer le carbone, du moins officiellement, et (très) rapidement !! Ou alors on nous mène en bateau (fiscal).
Réponse de le 27/10/2018 à 10:58 :
Quelques chiffres pour préciser le concept et rappeler que la ruralité c'est

- environ 20% des habitants du pays
- 95% des communes (seuil à 5000 hab) ou 37% des commues (seuil à 500 habitants).

Factuelllement, la moitié des communes de France n'a plus un seul commerce. En gros, en dessous de 600 hab, vous devez vous déplacer impérativement pour les besoins de survie quotidienne.

L'exode rural s'est terminé au début du XXIeme siècle, la tendance est à un repeuplement des campagnes (0.7% par an contre 0.5% pour les villes).

Sauf à être sourd et aveugle on ne peut pas faire une politique qui ne peut être appliquée que dans les villes de plus de 50 000 hab (soit 120 communes), voire même 10 000 hab (environ 1000) et oublier les 35 000 autres qui représentent 30% de la population.
a écrit le 26/10/2018 à 21:00 :
Euh... si on n'adule pas Hulot, est-ce qu'on peut être dispensé du racket de la hausse de taxes sur les carburants et l'énergie ? S'imagine-t-on une seconde que parce qu'au premier janvier la France aura le triste record du gazole le plus cher de l'UE, coiffant au poteau Italie, Royaume-Uni et Suède, jusqu'ici pays les plus chers (poussant d'ailleurs à l'achat inconsidéré de voitures à essence qui, même en hydride, émettent sur route plus de CO2 que les diesel... autrement dit pousser à aller à rebours de l'objectif de réduction des GES) le pays s'en portera mieux ? Quelle fumisterie...
Réponse de le 27/10/2018 à 9:56 :
Attention, cher Bruno, il y a une relation économique fondamentale entre le cout du travail et le prix de l'énergie; voir la note n°6 et les idées exprimées par JM Jancovici. Il faut effectivement tenir compte de toutes les formes d'énergie et pas uniquement des carburants. C'est un point important à étudier. Merci.
Réponse de le 01/11/2018 à 11:29 :
@Gépé : je constate qu'aux USA, où l'énergie est bon marché, on est au plein emploi. Moi je vois plutôt une relation fondamentale entre prix de l'énergie et niveau du chômage : plus elle est taxée, moins il y a d'emplois.
a écrit le 26/10/2018 à 20:59 :
Les entreprises ont un avantage évident sur les particuliers. Elles peuvent reporter leurs charges sur leur clients, ce que les particuliers auront bien du mal à faire.

Un mécanisme du type TICPE flottante aurait l'avantage de rendre du pouvoir d'achat aux ménages qui n'ont pas le choix du mode de transport, sans altérer le budget de l'état qui se fait d'énormes plus values fiscales quand le baril est haut.

Accessoirement, elle enverrait un message positif du type "L'Etat comprend que vous n'avez pas le choix et que le budget carburant vous devient insupportable, alors il baisse sa marge à votre profit...".

Actuellement ce qu'on entend est plutôt "on va se faire un maximum d'argent sur le dos des automobilistes". Sans publier qu'en campagne le premier mode de chauffage est la chaudière au fioul.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :