Paulson, une fausse valeur ?

 |   |  290  mots
L'ex grand patron de la banque d'affaires américaine Goldman Sachs est considéré comme le chef d'orchestre des Etats-Unis face à la crise financière. Et pourtant, qu'a t-il fait ?

Et si Henry Paulson, le secrétaire (ministre) américain au Trésor était une fausse valeur, tout du moins une valeur démonétisée ? L'ex grand patron de la banque d'affaires américaine Goldman Sachs est pourtant considéré comme le chef d'orchestre des Etats-Unis face à la crise financière. Et pourtant, qu'a t-il fait ? Laissé partir à la faillite Lehman Brothers avec les conséquences désastreuses que l'on a connues ? Lancé un plan d'un montant de 700 milliards de dollars, dont on a pas bien compris tous les principes avant que l'un des plus importants - le rachat des actifs toxiques des banques qui avait donné son nom au plan, le TARP, troubled assets relief program, plan de sauvetage des actifs à risque - soit purement et simplement abandonné dun coup au profit de l'entrée envisagée au capital des banques et établissements financiers américains, ce que Washington se refusait absolument à faire jusque là... Et cerise sur le gâteau, Henry Paulson clâme haut et fort qu'il n'a pas l'intention de s'excuser et de dire qu'il s'est trompé : ce sont les circonstances qui ont changé et obligé à modifier le plan.Facile. On se souvient qu'une autre icône du "fine tuning" (gestion fine) des hauts et des bas de l'économie américaine, l'ex patron de la banque centrale américaine, la Fed (Reserve federal) Alan Greenspan, a vu aussi son étoile pâlir ces derniers mois lorsque l'on s'est demandé s'il n'avait pas encouragé la crise financière en laissant se constituer des bulles financières via l'apport de fonds générés par sa politique forcénée de baisse des taux. Pas sûr que les choix de Paulson soient plus judicieux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :