Hollande, story-teller de la rareté

 |   |  496  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
La Présidence de l'austérité qui se confirme de jour en jour a finalement commencé par l'austérité de la parole ! Prudence d'une option stratégique Mitterrandienne d'un autre temps pour certains, avarice obligée par l'incapacité d'agir pour d'autres, il reste que la rareté de l'expression signe le style du début de la Présidence Hollandienne.

A la seule exception de la séquence de lancement de l'opération au Mali, le silence est assourdissant. François Hollande nourrit seulement notre appétit de communication par des petits morceaux de parole présidentielle dans une longueur d'onde davantage ministérielle que présidentielle et très souvent sociétale. La rareté de l'expression vient grossir la rumeur de l'incapacité à prévoir, de la faiblesse à agir, et de l'impuissance à expliquer.

Images de voyages à l'étranger et silence domestique
La période est pourtant marquée par la sourde accélération de la crise, par l'accroissement continu du chômage, mais aussi par une météorologie gouvernementale prise en flagrant délit répété d'erreurs de prévision.  Entre images de voyages à l'étranger et silences domestiques, un doute s'installe. C'est comme si le Président se retirait du front, envoyait son Premier ministre et quelques uns de ses ministres tenter de faire face dans un dispositif de crise bricolé et nécessairement balloté par les événements. Sans parler des dérapages façon Victorien Lurel au Vénezuéla engageant un peu trop personnellement la parole de la France.
Il est temps que le Président traverse à nouveau l'espace public et politique et qu'il parle, qu'il écrive pourquoi pas, mais qu'il dise sa vérité de la situation nationale, européenne et globale. Les français qui sentent s'installer durablement l'impact économique et social d'une crise débutée en 2008 ne peuvent en plus se satisfaire de la disette que leur impose la communication présidentielle. Ils ont besoin de recevoir son analyse d'aujourd'hui, sa vision de demain et de le situer dans l'action et pas seulement dans l'inauguration.

Président de la cinquième République aux champs
On nous dit qu'il va renouveler en les multipliant des déplacements sur le territoire national avec l'objectif de quadriller la France dans les mois qui viennent. L'idée est que le président passe une nuit sur place pour avoir le temps d'expliquer sa politique. Un retour à la dimension pédagogique qui s'appuie sur un storytelling très classique façon Président de la cinquième République aux champs, une narration presque Gaullienne quand le Général s'installait de temps en temps, lui aussi lors de visites provinciales qu'il adorait, dans les chambres présidentielles des préfectures.
La violence de la crise et l'accélération des temps économiques et politiques du 21e siècle ne condamnent pas vraiment ce dispositif relationnel, mais les citoyens ne peuvent se contenter désormais du seul storytelling même quand celui-ci vient rompre le silence d'une narration quasiment disparue depuis des semaines. Au delà, ce que nous attendons tous désormais, et dans l'urgence, c'est plutôt un véritable storymaking de la part de François Hollande.

*Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne
Conseil en communication d'influence
Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2013 à 7:52 :
Ce qui est impressionnant, c'est qu'il y ait encore 31% d'hurluberlus pour le soutenir !
a écrit le 12/03/2013 à 22:09 :
Du storymaking ? Mis à part remettre dans son lit le torrent étatique qui a inondé la France (division par trois des dépenses publiques, privatisation de la sécu et des retraites), nous n'avons pas besoin d'un énième homme providentiel, même normal. D'une façon générale, nous n'avons pas besoin de l'Etat-providence. Que les politiciens cessent donc de se mêler de raconter des histoires ou de croire pouvoir faire l'histoire, nous la ferons bien mieux sans eux qu'avec eux.
a écrit le 12/03/2013 à 10:17 :
FLANBY

LA MOUTARDE ME MONTE AU NEZ
a écrit le 12/03/2013 à 8:48 :
Il posait la bonne question, cet habitant de Dijon: "elles sont où vos promesses ?". Au lieu d'avoir une réponse de "notre" président, il s'est fait expulser manu militari par le 2ème rideau du service d'ordre. D'après le Monde, l'ambiance était tendu malgré le comité d'accueil composé de militants socialistes. http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/03/11/a-dijon-m-hollande-elles-sont-ou-vos-promesses_1846222_823448.html
a écrit le 12/03/2013 à 8:09 :
F. Hollande est totalement incompétent, il ne peut que se taire car toute ses déclarations se trouvent infirmées dans le mois qui suit, il ne sait pas quoi faire donc il fait prélever des taxes et impôts pour financer une France qu'il est incapable de réformer en attendant, croit-il, qu'une hypothétique reprise de l'activité en Europe permette à l'économie Française de redémarrer. Sans réforme la France ne redémarrera pas.
a écrit le 12/03/2013 à 5:47 :
Vaudrais d'abord avoir un Président, pas des marionnettes sans pouvoir qui se font tapez sur les doigts de Bruxelles
a écrit le 12/03/2013 à 4:45 :
genre theorie de psy bobo sur l'utiltite de l'incompetence
a écrit le 11/03/2013 à 23:15 :
Ce qui est inutile peut fort bien être très rare...
a écrit le 11/03/2013 à 22:44 :
Article très pertinent.
A force de vouloir être "normal"", le jouflu en devient anormal.
Se cacher et se taire ressemble davantage à une marque d'incompétence
a écrit le 11/03/2013 à 22:38 :
Le problème, c'est que quand il ouvre la bouche, c'est pour raconter des salades : souvenez vous des voeux du 1° de l'an ou du déficit de 3% ou de la sortie du Mali au mois de mars...
a écrit le 11/03/2013 à 22:12 :
Par petite touche, FH a suggéré. Les français ont cru. Mais à la différence d'un impressionniste, il n'y a pas de vision d'ensemble. Ce qui apparaît, c'est l'augmentation des prélèvements au risque d'effondrer l'activité. Il a réussit. Pour le reste toutes les mesures en faveur de la croissances sont passées inaperçues parce qu'elles étaient illusoires. Il n'a rien fait et il dit qu'il a déjà fait.
a écrit le 11/03/2013 à 22:04 :
Bonne nouvelle, ce soir notre président va dormir à Dijon dans le lit fait sur mesure et occupé par le Général de Gaulle. Nous sommes sur la bonne voie !
a écrit le 11/03/2013 à 19:19 :
La photo, on dirait une pub pour meetic.
a écrit le 11/03/2013 à 17:32 :
depenser moins que l'augmentation qu'on avait prevue, c'est pas de l'austerite!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :