Europe : l'élargissement comment et jusqu'où ?

Malgré la crise et les crispations communautaires, l'Europe demeure attractive, comme en témoigne l'entre de la Croatie de l'UE, aboutissement d'un long processus. Mais le processus d'élargissement doit être néanmoins recadré. par Jean Christophe Gallien est professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)

Quel étonnant paradoxe ! Les uns, ses membres, lui reprochent tous leurs malheurs, les autres, les candidats, rêvent de rejoindre son aventure. L'Union Européenne s'incarne dans un je t'aime moi non plus qui ne se dément pas.
Nous sommes, depuis ce lundi, 28 pays membres de l'Union Européenne. 10 ans après son voisin slovène voici venu le tour de la Croatie ! Cet élargissement, le premier depuis l'entrée de la Roumanie et de la Bulgarie en janvier 2007 ne sera pas le dernier. Le mouvement reprend. D'autres pays sont sur la voie de l'adhésion. Vendredi, c'est la Serbie qui a reçu une date de début de négociation. En lice, le Montenegro progresse sereinement pendant que le cas de la Macédoine reste totalement bloqué par un conflit de nom avec la Grèce. Trois autres pays de la zone demeurent des candidats potentiels : l'Albanie, la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo tous avec des situations précaires et complexes.

Islande et Turquie balancent entre inquiétude et impatience
De leur côté, Islande et Turquie, les deux autres candidats officiellement en négociation, balancent entre déception, incertitude et impatience. Une perspective, il est vrai très largement teintée de pessimisme quant au calendrier et au résultat final des processus engagés, en particulier pour la Turquie.
La relation et l'appartenance à l'Europe si bousculée à l'interne tranche avec les velléités vivaces d'adhésions. La réalité du processus d'élargissement confirme que l'Union et son aventure demeure attractive, malgré la crise et les crispations communautaires.
Il ne s'agit pas seulement de paix, de stabilité ou d'économie. Les pays et leurs populations regardent l'Union comme une histoire et une géographie qui sont les leurs aussi. Comme une famille européenne à laquelle ils appartiennent naturellement.
Asphyxiés par la crise, terrifiés par la mondialisation, nous ne mesurons plus ce que l'aventure européenne a d'incroyable. Le succès de l'entreprise se mesure par le nombre de candidats pays ou individus qui frappent encore à la porte de l'Union. Ce sont les autres, européens, africains, asiatiques, américains, chinois ... qui définissent le mieux le rêve ou le cauchemar européen : une destination de vie, un marché sans équivalent ou encore un adversaire à éliminer ...

Un recadrage nécessaire
Pour autant nous devons procéder à un recadrage à la fois éclairé par les expériences récentes et visionnaire du futur de l'élargissement de l'Union Européenne. Nous avons trop souvent abandonné le contrôle vigilant et efficace du respect des conditions d'adhésion et en particulier après leur conclusion. Cette exigence vaut pour les adhésions à l'Union, mais aussi pour celles qui conduisent à l'appartenance à l'espace Schengen et à la zone euro. L'effort d'accompagnement économique et social de mise à niveau, qui fut réel pour les entrées espagnoles et portugaises, fut trop « oublié », lors des élargissements de 2004 et 2005. Nous le savons maintenant, cette politique est vitale pour tous et nous en particulier, et doit être engagée dans une volonté de protéger l'ensemble du marché social et économique interne européen.
Et puis quelles seront les frontières de l'Union ? Une fin à l'élargissement est-elle programmée ? L'Union est-elle un club sans limite ? L'Europe et ses citoyens comme ceux des pays voisins doivent avoir des réponses à ces questions fondamentales. Et c'est la même chose pour la suite de l'expérience de la zone euro. Quels pays ? Quelles conditions ? Quel calendrier ? Les 28 vont devoir au plus vite clarifier et affirmer une vision politique commune. Existe-t-elle vraiment ?

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 16/07/2013 à 6:11
Signaler
Intégration de la Croatie à l'Union Européenne http://www.leconomiste.eu/decryptage-economie/60-integration-de-la-croatie-a-l-union-europeenne.html

à écrit le 03/07/2013 à 14:07
Signaler
La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf . Une fuite en avant ne va pas résoudre nos problèmes. PPM

à écrit le 03/07/2013 à 9:19
Signaler
La fin de l?Europe se fera sous la forme d'une implosion,dans un tube cathodique il y a que du vide. Que l'on arrête de faire peur aux peuples avec les mots paix ou guerre remis à toutes les sauces,je vais pas faire la guerre à mon voisin,sous préte...

à écrit le 03/07/2013 à 0:42
Signaler
Cher Jean Christophe Gallien vos analyses sur l'Europe sont toujours passionnantes et européennes ! Allez au parlement !

à écrit le 03/07/2013 à 0:39
Signaler
Cher Jean Christophe Gallien vos analyses sur l'Euro

à écrit le 02/07/2013 à 9:38
Signaler
Nous sommes dans le domaine de la conquête façon Jules César,nous sommes à la conquête du monde rien n'a voir avec l'Europe pas d'inquiétude cela se fait sous contrôle des Etats Unis (avé Jules),de l'Angleterre et de l'Allemagne,pour une fois on n'es...

à écrit le 02/07/2013 à 9:19
Signaler
Élargissement sans nous demander notre avis (peuples européens) !

le 02/07/2013 à 14:53
Signaler
...et quand par "bonheur", on nous le demande par référendum, on change la donne! le NON se transforme en OUI ! Lisbonne, ça dit quelque chose avec sire Sarko?

à écrit le 02/07/2013 à 8:59
Signaler
On peut se demander si la France respecte les conditions d'adhésion à l'UE, notamment en ce qui concerne la liberté de circulation des personnes et celle des capitaux. Celui qui a des comptes bancaires à l'étranger et y voyage beaucoup est considéré ...

à écrit le 02/07/2013 à 8:47
Signaler
L'extention européenne se fait désormais contre les peuples. Qui peut croire que sur un referendum européen, le oui l'emporterait pour la rentrée de la Croatie.. Cette extention porte une auto destruction en elle: plus l'Europe est grande, moins elle...

à écrit le 02/07/2013 à 8:41
Signaler
L'Europe, une tour de Babel programmée, une Europe échouée, c'est du gâteau pour les ricains dans le traité euro atlantique grâce à leur complaisant Barroso. On dira, touché, coulé, ils iront ensuite dépecer ailleurs...Lire, visionner UPR. fr, ça a...

le 02/07/2013 à 10:20
Signaler
+1000

à écrit le 02/07/2013 à 8:06
Signaler
Plus ils élargissent l'Union européenne plus nous rétrécissons.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.