Opérateurs télécoms : prenez de la graine de Décathlon !

Le groupe Oxylane devrait être un modèle pour le marché des opérateurs de Télecoms en matière d'innovation et d'adaptation aux besoins des clients. Par Etienne Gaillard, conseil de l’agence 1min30 en brand marketing
A l'instar du groupe Oxylane, ex-groupe Decathlon, les opérateurs de télécommunication doivent innover, insiste Etienne Gaillard. /Reuters
A l'instar du groupe Oxylane, ex-groupe Decathlon, les opérateurs de télécommunication "doivent innover", insiste Etienne Gaillard. /Reuters (Crédits : Reuters)

Oubliez Google, Netflix et Apple : la référence du marché des opérateurs de télécoms devrait être Décathlon, ou plutôt Oxylane devrais-je dire à présent.

Le marché de la distribution et le marché des opérateurs de télécoms sont bien plus proches qu'on ne le pense. Après tout, les opérateurs télécoms sont des distributeurs eux-mêmes, mais au-delà, il est possible de les comparer dans de nombreuses dimensions : implantations et chalandise, bande passante et capacité de vente (ou "shelf space" pour les spécialistes), mais surtout aggrégation de produits et services, d'offres.

Ce parallèle est bien plus intéressant encore si l'on essaie d'identifier les Google et Netflix du monde de la grande distribution : ils existent évidement, depuis des années ! Ce sont les "Nike" et "Adidas" de ce monde, toutes ces marques planétaires qui ont toujours entretenu avec les distributeurs des relations "particulières". Ce parallèle d'ailleurs, s'applique particulièrement aux réflexions actuelles sur la concurrence ou la "neutralité du net". Les régulateurs feraient sans doute bien de tenter cette comparaison pour clarifier les débats.

 

Oxylane, un succès international 

Non, l'industrie des télécoms n'est pas différente. Elle est semblable. Là ou elle pourrait s'avérer utile, c'est que l'industrie de la grande distribution a été affectée pas le digital bien moins positivement que les télécoms, et qu'elle a dû se réinventer… il y a dix ans ! Or, chose rare, l'une des plus criantes - et des plus discrète - success story de cette transformation c'est… Decathlon, un groupe français !

Decathlon, pardon Oxylane group, c'est 7,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires, en croissance (oui, vous avez bien lu : croissance, dans la grande distribution) de 7% cette année, 58% du chiffre à l'international, 60000 salariés, 725 implantations… c'est un succès dont on ne parle pas assez ! Alors que pourraient apprendre Orange, SFR, et les autres de Decathlon ? Un seul mot : innover !

Car voilà le secret de cette formidable entreprise. En dix ans, 20 marques ont émergé des différentes lignes de produits, plus d'une dizaine de matériaux outillent ces marchés, et au coeur de la machine un centre de recherche fonctionne à plein régime.

Décathlon, modèle d'innovation

Qui osera dire que, pour Oxylane "c'est plus facile" ? Qui osera dire qu'il était aisé de contrer tous les acteurs "Over the Top", comme on aime dire chez les télécoms, parce qu'ils étaient faibles ? Nike et Adidas contre Kalenji… Qui aurait cru qu'il était possible d'innover encore et de se poser en concurrent d'une industrie entière qui semblait entre les mains des acteurs globaux ? Était-ce plus facile d'innover dans les domaines les plus basiques ? Les T-Shirt, les montres, les vestes de pluie, les tentes, les skis…

Chers opérateurs télécom, Décathlon a accompli votre rêve : 53% du chiffre d'affaires généré l'est par des produits conçus et mis sur le marché par Décathlon.

Innovez, voila le salut. Et si d'aventure les méthodes vous manquaient, Oxylane peut là encore vous servir d'inspiration… et d'une certaine manière, cette méthode lui a permis d'être bien plus efficace que les Apple de ce monde qui obsèdent tant de professionnels du marketing. Chaque année, Oxylane/Decathlon produit plusieurs "iphone" ou "ipad" par ans ! Bien sûr, les revenus unitaires de ces lignes de produits sont loin d'atteindre le niveau du champion mondial, mais les petits cailloux des gars du nord représentent à présent une sacrée montagne.

 

S'adapter à la demande des clients

Cette méthode est simple : écouter les clients, s'intéresser aux problèmes qu'ils rencontrent. Et au lieu d'écouter les canons du marché des professionnel du marketing en vase clos qui vous incitent à adopter des "membranes gore-tex" ou "cordura" dans vos produits pour vous assurer de bonnes ventes, entendez des demandes de "tissus respirants" et "résistants"... et voyez si le génie des universités et entreprises françaises serait capables de produire des matériaux qui répondent à ces demandes, au meilleur coût, le tout au coeur d'une démarche de design qui embrasse les tendances sur toutes les dimensions possibles (sociales, esthétiques, etc.)

Ainsi, chers Opérateurs télécom, je ne veux pas une veste "Nike" "Gore-tex" et "Cordura" - ce qui équivaut dans votre domaine à un "samsung" "android" ou "iphone", mais sans doute quelque chose de plus simple pour lequel je n'ai pas d'alternative… Decathlon dispose d'une gamme entière de vestes qui convient à une majorité d'utilisateur plus large que ceux qui achètent des vestes "nike gore-tex en cordura" ! Ainsi, je ne veux peut-être pas seulement Netflix mais sans doute une alternative à la télévistion telle que vous me l'imposez aujourd'hui.

 

Une nouvelle génération de designers de produits et de services

Ainsi, plutôt que de disserter sur la façon de bouter les barbares hors de France, peut-être serait-il temps tirer parti de nos atouts.Sans doute faudra-t-il qu'une nouvelle génération de "designer de produits et service" se dresse pour prendre le relais de pratiques seulement "quantitatives". C'est là la vrai révolution qu'a apporté le Digital. En rendant tous les produits accessibles à tous, où qu'il soit, un seul vrai critère compte : la qualité des produits et services offerts ! Car après tout, si votre produit est mauvais, je saurai accéder au meilleur produit ailleurs.

Observez Oxylane. Faites des parallèles, et innovez. Comme un comble, il reste à Oxylane à terminer sa propre transformation digitale. mais c'est une autre histoire.

 

Article rédigé par Etienne Gaillard, conseil de l'agence 1min30 en brand marketing

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 05/06/2014 à 8:33
Signaler
Dommage que vous ne publiez pas ma réaction qui est illustre pourtant tout à fait ce que pensent les entrepreneurs de la région du Nord....

à écrit le 04/06/2014 à 17:23
Signaler
Le parallèle entre telco et distribution est osé et donc forcément intéressant, et le rapprochement entre les contenus pour les telcos et les marques pour la distribution me semble avoir du sens. Par contre j’ai un peu plus de mal à adhérer au fait d...

le 05/06/2014 à 10:24
Signaler
Effectivement, on parle sans doute ici plus d'innovation "incrémentale" que de de disruption : l'innovation est-elle forcement disruptive ?

à écrit le 03/06/2014 à 12:42
Signaler
Encore un apprenti geek qui prend ses rêves pour des réalités. Quand on fait du marketing, on brasse du vent pour faire rêver les gens, mais on invente rien sinon que des méthodes.... Quelle est le principal job des télécoms ? construire des rése...

le 03/06/2014 à 23:42
Signaler
:-) a part l’agression directe qui est très claire, je ne comprends pas bien les arguments suivants. Dans l’univers de la grand distribution, votre commentaire sur le role des opérateurs qui devraient « se cantonner à la plomberie » équivaut à dire ...

à écrit le 03/06/2014 à 9:25
Signaler
pt de vue original et intéressant; je pense qu'il faut ajouter comme clé de succès, l'accès direct et maîtrisé aux clients&marchés, via le réseau de magasins, qui permet de tester rapidement en grand, et d'adapter son offre de marques&produits en per...

à écrit le 02/06/2014 à 13:42
Signaler
Oui c'est évident que l'innovation est un moteur de réussite, mais ce que vous demandez ici au opérateur est un peu plus compliqué. D'une part parce que la nature même des produits vendus est différentes, Oxylane nous vend des objets physiques, alor...

le 02/06/2014 à 15:17
Signaler
votre commentaire sur le positionnement de l'iphone comme marque de lux est justement mon propos : n'y a-t-il pas un positionnement "value for money" (à la decath) a construire ?

le 02/06/2014 à 15:19
Signaler
... d'autre part, je me demande si l'on peut considérer l'écosystème de la grande distribution comme "non contraint" ?

le 02/06/2014 à 15:22
Signaler
... enfin, en parlant de la fibre ou de la box, il me semble vous placez l'innovation au niveau des "infrastructures physique"... dans le cas de Decath, ce serait l'équivalent de parler de la taille des parkings ou de la forme des bretelles d'accès. ...

le 02/06/2014 à 16:26
Signaler
"Oxylane nous vend des objets physiques, alors que les opérateurs nous vendent un service dématérialisé..." FAUX: dans les deux cas on vend un objet physique relié à une valeur immatérielle. une paire de chaussure de course de marque? 150 Euros, voir...

le 03/06/2014 à 13:58
Signaler
Avant de continuer le débat je voudrais que l'on soit d'accord sur un point : le coeur de métier des opérateurs et de décathlon. Les opérateurs télécoms en ont un : vendre un accès au réseau. Décathlon lui se bat sur deux fronts : la conception de p...

le 03/06/2014 à 23:58
Signaler
je crois que nous convergeons, particulièrement à la lecture de votre dernier paragraphe… par contre je suis un peu surpris de la première partie : « […] le coeur de métier des opérateurs et de décathlon. Les opérateurs télécoms en ont un : vendre un...

le 05/06/2014 à 13:29
Signaler
Si on va par-là alors c'est le cœur de métier de toute les entreprise de vendre … Quand je parle du métier de vente de décathlon je parle bien sûr de grande distribution. Alors que, comme l’a dit lolilol le métier des opérateurs c’est de « mettre en ...

le 06/06/2014 à 12:02
Signaler
Sur la 3D je pense que nous sommes en phase : pour marcher ça doit être sans "équipement" supplémentaire. L'annonce a venir d'Amazon parait intéressante (pour un écran individuel ça peut marcher)... mais pour un écran partagé, on a toujours par trouv...

à écrit le 02/06/2014 à 13:32
Signaler
Un petit tour dans un magasin Décathlon : quand vous regardez les cartons lors du réassort, tout provient de Chine. Comme Apple, Designed in France, Manufactured in China. Est cela le modèle universel ?

le 02/06/2014 à 14:06
Signaler
Peut-être , mais, au moins, Decathlon vend à des prix raisonnables. Les "grandes" marques font fabriquer aussi en Chine , et leurs prix sont 100% supérieurs ( au moins) , engraissant ainsi l'actionnaire.

le 02/06/2014 à 15:18
Signaler
ne faut-il pas distinguer conception et production ? e

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.