Une divergence à risque des politiques monétaires

 |   |  610  mots
(Crédits : DR)
Entre la banque centrale américaine qui s'oriente vers une politique de plus en plus restrictive et la BCE qui au contraire veut faire tourner la planche à billets, les divergences s'accroissent entre politiques monétaires. Ce sont surtout les pays émergents qui risquent d'en faire les frais. par Alicia Garcia Herrero, Chef Economiste spécialiste des Marchés Emergents, BBVA Research

La reprise de l'économie mondiale se caractérise plus que jamais par un cycle à plusieurs vitesses. La conjoncture favorable de pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni contraste avec les perspectives plus sombres du Japon et de la zone euro, deux zones économiques menacées par un risque significatif de déflation. Ce contexte global justifie les stratégies monétaires divergentes des grandes banques centrales.

Aux États-Unis, depuis le mois de mai 2013, la Réserve fédérale met en œuvre une séquence de normalisation monétaire. Le consensus de marché anticipe une remontée du principal taux directeur de la Fed à partir de mi-2015, celui-ci devrait atteindre 1,5% en 2016. Un scénario similaire est envisagé dans le cas de la Banque d'Angleterre.
De leur côté, la Banque du Japon et la Banque Centrale Européenne, toutes deux préoccupées par la faiblesse du niveau d'inflation et de la reprise de l'activité économique, pilotent des stratégies différentes l'une de l'autre. Alors que la Banque du Japon a intensifié ses mesures d'assouplissement quantitatif, dans le cadre du vaste programme de réformes structurelles initié par le gouvernement de Shinzo Abe il y a quelques années, la BCE vient seulement de mettre en place une politique de quantitative easing.


Les actions de la Fed, beaucoup plus efficaces que celles de n'importe quelle banque centrale

Ces différents cycles monétaires vont probablement avoir des conséquences assez variées sur les flux de capitaux et la valorisation des actifs à l'échelle mondiale (notamment les taux de change), qu'il est encore difficile de mesurer. Il faut considérer le rôle de monnaie de réserve du dollar US, qui rend les actions de la Fed beaucoup plus efficaces que celles de n'importe quelle autre banque centrale au monde.
Qui plus est, les politiques monétaires des différentes banques centrales n'auront pas nécessairement un impact linéaire et homogène, surtout si les situations économiques continuent à diverger d'une zone économique à l'autre. La BCE aurait besoin de tripler le montant des actifs acquis par la Fed dans le cadre de son quantitative easing, pour obtenir des effets similaires sur les flux d'investissement et la valorisation des actifs ! Ce scénario est aujourd'hui totalement exclu. Quant au Japon, les effets du quantitative easing sur l'ensemble de la région asiatique semblent moins perceptibles aujourd'hui qu'il y a quelques temps.


Moins de flux de capitaux en faveur des marchés émergents

Dans ces conditions, les flux de capitaux massifs dont ont bénéficié les marchés émergents depuis plusieurs années risquent de se réduire, compte tenu de la normalisation monétaire de la Fed. L'impact des politiques ultra-accommodantes au Japon et en zone euro ne devrait pas suffire à compenser cette baisse de flux (selon nos estimations, le montant de la baisse des flux de capitaux pourrait représenter de 2 à 6% du PIB total des économies émergentes).
Les pays d'Amérique latine devraient être les plus affectés par le ralentissement économique et le resserrement monétaire américain, suivis par les pays émergents asiatiques. De leur côté, les pays émergents d'Europe de l'Est devraient moins souffrir, compte tenu du rôle « compensatoire » de la BCE.

De toute évidence, les devises latino-américaines ne seront pas en mesure de suivre le même mouvement d'appréciation que le dollar US. Enfin, les flux de capitaux à destination de l'Europe - en particulier des marchés d'Europe du Sud - devraient également se réduire, en raison d'un différentiel de taux d'intérêt favorable aux Etats-Unis et des anticipations de dépréciation de l'euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2015 à 21:51 :
De toutes façons les QE sont horriblement dangereux : ils ont créé des bulles gigantesques (le Dow Jones à 18 000, bien plus haut qu'avant la crise de 2007 !!! des taux longs à 0,3% !!) et leur explosion sera extrêmement dangereuse.
a écrit le 04/02/2015 à 17:22 :
Propos décousu à orientation boursière. Les marches financiers profitent de toute mesure d'injection de liquidités quelque soit le point d'injection. Le principal pour eux étant qu'il y en ait toujours un. On sait que ces politiques sont peu efficaces pour les pays. En fait elles permettent de recadrer les flux internes pour un temps... puisque pour continuer d'exister les acteurs économiques doivent à nouveau prendre des risque importants dans un marché de plus en plus dégradé. Au Japon cette pratique revient à ce que le pays soit dans une logique de suicide collectif mais aussi entraîne dans sa débâcle les autres états puisque son action de déclassement n'est pas neutre dans le monde occidental. Le mauvais chemin à ne pas suivre sur lequel pourtant nous nous engageons. Aux USA les différents QE auraient permis l'embauche d'un tiers du pays à salaire convenable durant 8 ans, autant dire à l'éradication du chômage. Il n'en a rien été, les flux financiers ont été captés par les financiers, faux emplois prédateurs, afin de permettre la poursuite de leurs manoeuvres. certains disent pour entretenir l'espoir. Les entreprises ont en échange de leur camouflage financier ainsi organisé, investi sur quelques millions d'emplois sans obtenir aucun effet. Le pays accueille en effet 1 million de personnes supplémentaires chaque année. La vérité est qu'il ne faut plus accepter de telles dérives qui ne créent rien si ce n'est de la satisfaction chez les financiers car elles assurent leur salaire, uniquement.
a écrit le 04/02/2015 à 12:59 :
Conclusion les taux obligataires européens remonteront , sauf si l Allemagne se résout à ce que la bce soit préteur en premier .
Réponse de le 04/02/2015 à 14:12 :
Bon sens paysan pourrait-on dire. Si les taux obligataires européens remontent, les difficultés des états endettés vont exploser...et l'or s'envolera pour atteindre le zénith ! Conclusion : plus que jamais acheter de l'or.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :