Appel pour une démocratie locale renforcée et participative

 |   |  758  mots
(Crédits : DR)
TRIBUNE. Le temps est venu d'une véritable refondation de notre démocratie en donnant aux citoyens la possibilité d'intervenir plus directement, plus souvent dans notre vie publique, de co-construire les politiques publiques. Par Bertrand Pancher, député (Libertés et Territoires) de la 1ère circonscription de la Meuse et président de Décider ensemble(*).

Nous le ressentons tous. La démocratie française est très fragilisée. Seuls 34 % à 43 % des Français valident son bon fonctionnement. Ce sentiment d'abord diffus s'est lentement installé comme s'il était devenu naturel que l'écart entre les attentes des citoyens et les réponses apportées s'accroisse, que l'extrême droite soit inlassablement présente au second tour de l'élection du président de la République, que la violence remplace le dialogue...

Le mouvement des "gilets jaunes" l'a montré. Il est une illustration de ce profond malaise au sein de la population et un appel à plus de démocratie et d'écoute. Certains citoyens, de guerre lasse, n'attendent plus rien ou se recroquevillent dans un individualisme peu compatible avec la vie en société. D'autres, au contraire, nombreux dans ce pays si « politique » qu'est la France, attendent l'opportunité pour reprendre une partie de leur destin en main.

Loin d'être le seul pays concerné, ce sentiment est partagé dans l'ensemble de nos démocraties. Il est renforcé par un avenir que l'on nous promet sombre et sur lequel personne ne semble avoir prise. Urgence écologique, augmentation des inégalités, services publiques défaillants, révolution numérique, qualité de vie même... Voilà quelques sujets parmi d'autres sur lesquels une part de plus en plus importante des citoyens attend des réponses concrètes. Mieux, ils voudraient proposer, agir.
L'objet de cette tribune n'est pas de critiquer telle ou telle politique publique. C'est la volonté de proposer, de construire une démocratie partagée et combler ce large gouffre au service du bien commun.

Adapter la démocratie à son époque

Citoyens, élus, associatifs, nous sommes nombreux à être convaincus que le temps est venu d'une véritable refondation de notre démocratie en permettant une participation ambitieuse, en donnant aux citoyens la possibilité d'intervenir plus directement, plus souvent dans notre vie publique, de co-construire les politiques publiques.

Ils le veulent si l'on en croit les enquêtes d'opinion. 80% appellent à un développement de la démocratie participative en général. Plus loin, ceux qui seraient en charge de sa mise en œuvre, les agents des trois fonctions publiques, pensent à près de 80 % que la concertation publique n'est pas assez développée en France. Il semble manquer uniquement une volonté politique nationale pour progresser.

Que nous le voulions ou non, nos concitoyens ne pourront plus jamais être dirigés comme avant. L'élévation du niveau de formation, d'information, le partage immédiat de l'actualité via les réseaux numériques, ont façonné un citoyen capable de s'engager et d'être associé régulièrement aux décisions. Notre ambition est simple, appeler les pouvoirs publics à adapter la démocratie à son époque et à la demande des citoyens, à renforcer le pouvoir de ces derniers, à leur donner les moyens de participer à la prise de décision et d'en garantir la transparence.

Permettre le dialogue et la consensualité

Qu'aurions-nous à craindre ? Ce formidable projet, aussi simple soit-il, porte en lui des avantages multiples : faciliter l'engagement, permettre une véritable subsidiarité, redonner goût à la chose publique et la parole à certaines catégories sociales, à certains territoires, permettre le dialogue et la consensualité qui nous manque tant, appréhender la complexité des sujets, faciliter l'acceptation de la décision et son partage, retisser les liens rompus avec les responsables politiques, circonscrire à la fois la technocratie et certaines élites mais aussi un certain populisme.

Bien entendu, la mise en place d'une véritable démocratie des territoires ne réglera pas tous nos problèmes. Mais en cette période incertaine, alors que la décision politique, submergée par le quotidien, ne semble pas toujours en mesure d'entendre le présent et de défendre l'intérêt des générations futures, il ne peut y avoir de crainte à faciliter l'engagement des Françaises et Français et engager une transformation profonde du rapport élus et citoyens.

Les prochaines élections municipales et intercommunales doivent constituer une étape essentielle de ce renouveau démocratique. Les futurs élus doivent s'engager à renforcer le dialogue et la concertation avec les habitants, créer et ancrer une nouvelle culture de la décision partagée dans nos territoires. Les multiples expériences et innovations réussies doivent irriguer les programmes électoraux afin de renforcer le pouvoir d'agir des citoyens et de donner un nouvel élan à notre démocratie si abîmée.

_ _ 
(*) Décider ensemble est un think-tank visant à "diffuser la culture de la concertation et de la décision partagée".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2020 à 17:24 :
Cette belle intention ne pourra se matérialiser que si l'on éduque tout jeune, tout citoyen, à l'entière responsabilité de ses choix et croyances, effectivement créatrices, pour sortir de l'idée d'attendre d'abord de l'extérieur d'être sauvé, d'être sain et en forme ! L'esprit en soi passe avant les circonstances extérieures si suffisamment anticipé et géré !
La technologie nous a donné l"illusion de tout le contraire, même avec la voiture en la déclarant capable d'autonomie, ce qui est faux en conditions climatiques extrêmes (neige, verglas, pluies torrentielles).
______De même, une société n'est pas viable en surpopulation à excès de pollution, de déforestation (a disparition de l'Abyssinie en fût la preuve). _____Actuellement, la surpopulation de l'Egypte qui atteint les 100 millions d'habitants sur une étroite bande autour du Nil, nous démontre qu'il est impossible de ne pas responsabiliser chaque individu en dehors de croyances passées faussement prises pour argent comptant, sans assez de remise en cause et d'évolutions adaptées !§!
a écrit le 11/02/2020 à 15:34 :
Merci pour cet alignement de mots qui transforme les conséquences d'une politique en cause d'une réaction populaire sans laisser filtrer le moindre début de solution, mais..., reprenant les arguments fallacieux que le peuple est coupable de sa situation!
Aviez vous remarquer que la décentralisation ne concerner que les responsabilités, alors que les moyens étaient centraliser au bon vouloir...? C'est un constat que vous auriez du faire!
a écrit le 11/02/2020 à 13:05 :
"Libertés et Territoires"

Ce serait bien avant tout déjà de nous expliquer ce terme que j'ai vu pour la première fois lors de meeting de la FNSEA: "Nourriture et territoires" il me semble.

Je vois sur internet que le mot "territoire" est associé de plus en plus à d'autres mots placés avant. Ça empeste l'obscurantisme à des kilomètres à la ronde votre truc... -_-

Pourrait on enfin avoir une explication svp ? Même si néolibéralisme et obscurantisme s'entendent parfaitement, merci.
a écrit le 11/02/2020 à 12:33 :
Non sujet puisqu' impossible dans l' UE qui pilote la politique à Macron via les GOPE mais possible uniquement par le FREXIT or je n' ai pas lu Frexit..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :