Ce que l’affaire Carlos Ghosn révèle de la justice japonaise

 |   |  544  mots
Michel Santi.
Michel Santi. (Crédits : DR)
OPINION. Ce n'est que 50 jours après le début de sa détention (ayant démarré le 19 novembre 2018) que Carlos Ghosn put enfin comparaître le 8 janvier 2019 - et à sa demande ! - devant une Cour de justice à Tokyo, encordé à un policier par la taille et chaussé de sandales en plastic vert. Il aura donc fallu près de huit semaines au système judiciaire nippon pour laisser se défendre publiquement un accusé qui risque néanmoins de rester incarcéré pendant encore au moins six mois. Par Michel Santi, économiste*.

Au-delà l'affaire Ghosn, c'est donc bel et bien cet engrenage de la justice japonaise qui se retrouve aujourd'hui mise en accusation, car la publicité accordée aux déboires de Carlos Ghosn éclaire sous un jour nouveau une manière de procéder dont la raison d'être est de broyer les récalcitrants.

Emprisonnement qui se prolonge indéfiniment sans inculpation, interdiction d'avoir accès au dossier, interrogatoires à répétition à toute heure du jour et de la nuit en l'absence d'un avocat, conditions de détention extrêmement rudes, quasi-impossibilité de libération sous caution sont autant de moyens de pression intenses couramment employés - y compris pour les cas n'impliquant aucune violence physique - par une démocratie japonaise qui ne se préoccupe donc ni de la présomption d'innocence ni des droits du mis en cause. Je ne sais si la justice est le reflet - ou la conséquence - du milieu des affaires nippon qui est violent et où la parole donnée compte pour fort peu de choses, toujours est-il que le fondement suprême du système judiciaire nippon est la présomption de culpabilité. Il faut en effet en venir aux extrêmes dans ce pays - tant moralement que physiquement - pour prouver son innocence! Ainsi, Carlos Ghosn - pour revenir à cet exemple- serait bien mieux traité et aurait une bien meilleure chance d'être libéré sous caution en attente de son procès...s'il avouait ses crimes, avérés ou pas! Il restera emprisonné, autrement dit, dans de telles conditions, et ce tant qu'il continuera à nier.

Il va de soi qu'un tel rouleau compresseur favorise les fausses confessions de prisonniers qui craquent d'autant plus facilement et rapidement qu'ils ne sont assistés d'aucun défenseur pendant ces épreuves sordides, et qu'ils sont totalement coupés du monde. Cette justice japonaise qui se targue d'un taux de condamnation de 99% devrait pourtant se poser de sérieuses questions tant il semble évident que la limitation dans le temps de la détention provisoire combinée à l'assistance d'un avocat réduirait considérablement ce palmarès digne d'un régime dictatorial. De fait, une telle procédure inique où l'accusation ne prévaut que par et que grâce à l'aveu - seule et unique technique d'investigation - est indigne d'une grande démocratie. Ce taux de condamnation de 99% n'honore effectivement pas une justice qui - en toute logique - n'instruit donc que les dossiers qu'elle est certaine de gagner, quand ce sont précisément les relaxes et les non-lieux qui caractérisent une justice impartiale, ou tout simplement humaine.

Les enquêteurs et juges nippons devraient donc apprendre et accepter de perdre plus souvent plutôt que de ne traiter que les dossiers gagnants. Le cas Ghosn et la lumière ainsi braquée sur un tel système judiciaire ancestral doivent faire évoluer le Japon qui, du point de vue de sa justice, peut mieux faire.

___

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d'Art Trading & Finance.
Il vient de publier "Fauteuil 37" préfacé par Edgar Morin.
Sa page Facebook et son fil Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2019 à 17:08 :
Merci à la justice Japonaise un plus pour nos impôts !
a écrit le 30/01/2019 à 15:00 :
en France il serait libre coupable mais comme l'air comme Cahuzac,Gueant, Sarko,Balkany. Chirac, Pasqua ....................la liste est trop longue... " Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir "
Réponse de le 30/01/2019 à 15:25 :
Pasqua est coffré à perpétuité. Et pour les autres, qui n'ont à ma connaissance tué personne, qu'auraient ils à faire en prison ?
Réponse de le 31/01/2019 à 7:39 :
Ils n'ont tué personne mais le code pénal prévoit pourtant de la prison pour les infractions commises par eux. Ne devraient-ils pas montrer l'exemple au regard de leur fonction ?

Le boxeur en gilet jaune a t-il tué une personne ? Non
Le boxeur en gilet jaune a t-il été jugé ? Non
Le boxeur en gilet jaune est -il en prison ? Oui

Une de ces personnes citées a t-elle été jugée et définitivement condamnée à de la prison comme le prévoit la loi ? Oui à 1 an ferme
Cette personne ira-t-elle en prison ? Non jamais
Réponse de le 31/01/2019 à 9:21 :
Si vous croyez que seules les personnes qui ont commis des homicides se retrouvent en prison....
a écrit le 30/01/2019 à 14:16 :
Chez Renault tout le monde sait que M. Ghosn se rendait au Japon pour éjecter le patron de Nissan et faciliter la prise de contrôle majoritaire de cette dernière (44 +7 = 51).
Les dirigeants du Japon, plus que jamais autarciques et pro-Obama, s'y sont opposés.
Un simple mea-culpa ne suffira pas.
a écrit le 30/01/2019 à 12:03 :
Il faut le libérer maintenant ! Cette garde a vue de plus d'un mois est grotesque, Mr Ghosn n'est pas un meurtrier qui risque de disparaitre dans la nature. Les Japonais nous la mette a l'envers. Et tous les jaloux sortent du bois pour lui casser du sucre dessus. Alors que l'accusation n'a rien sorti de solide. Dossier vide vide vide vide.
a écrit le 30/01/2019 à 7:16 :
😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭
a écrit le 30/01/2019 à 6:49 :
On dit que le Japon est une démocratie mais son système carcéral est celui de la Corée du Nord et autres dictatures dans le monde !
a écrit le 29/01/2019 à 21:30 :
C'est du même niveau que les pseudo arrestations / détentions préventives de Gilets jaunes, en fait...
a écrit le 29/01/2019 à 18:04 :
Faut pas trop s'étonner quand même , suffit de se remémorer la sauvagerie de la résistance nippone à Okinawa par exemple.
a écrit le 29/01/2019 à 16:17 :
Au moins la justice japonaise fait son travail. En France mieux vaut voler 10 millions qu'un tube de dentifrice chez Lidl. "Selon que vous puissant ou misérable"...
a écrit le 29/01/2019 à 0:36 :
Ne me dites pas que les japonais font tout ce barouf pour quelques millions étalés sur 10 ans alors que le groupe Nissan-Renault-Mitsubishi représente un chiffre d'affaire de 150 milliards annuel !

Ca ne passe pas !

Et si nous allions voir du coté du Liban et du hizbollah, premier réseau de trafiques de drogues et d'arme de la planète dont la plus grande base arrière et dans les banlieues "intouchables" ?
a écrit le 28/01/2019 à 22:42 :
... si on m'avait dit qu'un jour je partagerais à 100% une analyse de Michel Santi... Oui les méthodes de la justice nippone sont abjectes (à commencer par l'arrestation à grand spectacle de Ghosn avec convocation des caméras de télévision). Et, coupable ou pas, il serait quand même temps que la France et l'UE commencent à dénoncer vivement ces méthodes.
a écrit le 28/01/2019 à 19:33 :
Mr Santi expert économiste et critique du système judiciaire nippon. et heureusement que ce n'est pas en France. Mr Ghosn était irréprochable tout puissant Louis XVI... hélas le révolution s'est produite ailleurs rassurez vous sa tête ne roulera pas dans le panier. c'est au moins çà.
Réponse de le 28/01/2019 à 22:37 :
Y a-t-il lieu d'être fier d'une révolution qui au régicide et à l'assassinat de la famille royale a ajouté un génocide, la dictature d'un aventurier, un quart de siècle de guerres avec nos voisins, une défaite militaire, et un demi-siècle de retard dans la seule révolution qui vaille, la révolution industrielle ? La France serait aujourd'hui probablement plus forte (et sans doute plus démocratique aussi) si elle s'était épargnée ce quart de siècle perdu.
a écrit le 28/01/2019 à 19:29 :
S'il avait eu un passeport diplomatique...
a écrit le 28/01/2019 à 19:25 :
Que le taux soit de 99%, cela interroge soite.
Que l'on confonde couleur des savates en plastique (oui moi aussi je trouve cela horrible en vert) et droit de l'homme c'est autre chose.
Avec un taux d'occupation des prison de 67% contre 119% en France, je reste persuadé que le taux de viol est infiniment plus faible qu'en France.
Au choix, et mon avis est personnel, je pencherais pour les savate vertes.
a écrit le 28/01/2019 à 18:52 :
"Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales"

Ok donc il n'y connais rien en droit, et encore moins en droit au Japon. On peut aussi avoir l'avis de votre coiffeur, boucher ou encore le boulanger ? Si M. Santi veut faire un article, il peut expliquer comment Ghosn paye des impôts au pays bas sans y mettre les pieds ? Ou pourquoi Renault ne veut pas connaître le système de détournement d'argent mis en place chez Nissan pour vérifier s'il n'a pas fait la même chose chez Renault ?
Réponse de le 28/01/2019 à 22:47 :
C'est on ne peut plus simple : Ghosn était aussi à la tête de l'alliance Renault Nissan... dont le siège est aux Pays-Bas. Et c'est Schweitzer , le prédécesseur de Ghosn (et non Ghosn lui-même) qui l'y a installée. Ghosn était donc pleinement fondé à devenir résident fiscal néerlandais puisqu'il y avait une partie de ses intérêts.
Réponse de le 29/01/2019 à 8:21 :
Etre imposé aux Pays-bas ne suppose pas ne pas être imposé en France, au Japon ou aux USA, sur les revenus issus dans ces pays respectifs, et en principe, en déclarant l'ensemble de ses avoirs annuels pour établir les bases d'imposition...tout le monde sait cela..
a écrit le 28/01/2019 à 18:39 :
Je ne suis pas spécialiste judiciaire mais je suis entièrement en accord avec vous M. Santi. Le système judiciaire Nippon est digne d'une république bananière ou de l'ex URSS. 99% de condamnation prouve leur manque de défense du justiciable connu et inconnu des médias.
a écrit le 28/01/2019 à 18:32 :
C'est drôle mais tout ce qui est écrit sur la justice japonaise pourrait être identique en remplaçant Japon par Israël mais personne n'en parle jamais
Réponse de le 28/01/2019 à 19:28 :
eh beh ça alors. on ne peut pas dire que vous, vous n'avez pas une obsession "Israël" vous. savez vous qu'il n'y a aucune comparaison avec les 2 systèmes judiciaires? lequel Israël a poursuivi, condamné et emprisonné un ancien président EN fonction et un ancien 1er ministre. citez moi un pays démocratique à l'avoir fait. sinon vous êtes totalement HS.
a écrit le 28/01/2019 à 16:21 :
M. Santi, vous êtes economiste pas specialiste judiciaire. Croyez-vous que les autorites judiciaires japonaises se soient amusees a mettre M. Ghosn avec son aura onternationale en prison sans un dossier tres tres serieux?????
Réponse de le 28/01/2019 à 19:02 :
Le gilet jaune "boxeur" qui n'a pas été jugé, est toujours en prison.

Un ancien ministre de Nicolas Sarkozy vient d'être condamné définitivement à 1 an de prison ferme pour détournementS de fonds publics.

Il n'ira jamais en prison.
Réponse de le 28/01/2019 à 22:52 :
C'est JUSTEMENT parce qu'il n'y a probablement rien de sérieux dans e dossier que Ghosn est en prison
-de l'aveu même de la justice nippone, parce qu'il y a risque de destruction de preuves en cas de libération... donc que les preuves, la justice nippone ne les a pas.
-pour essayer, par le chantage à la détention et à défaut de preuves, de lui arracher des aveux
Réponse de le 30/01/2019 à 12:31 :
La justice niponne ne les a pas (qui peut le savoir ?) parce qu'elle mène des missions investigatrices afin de les rassembler, et de les joindre au dossier. Cela se nomme la phase de l'instruction. Il y a un fort risque de fuite du mis en examen …et qu'il ne revienne jamais se faire juger: pas de risque d'extradition depuis la France. La justice japonaise connait le fonctionnement de la justice française ("selon que vous serez…")
a écrit le 28/01/2019 à 15:43 :
ou étiez vous avant qu il ne s agisse d un riche français??
ne voyez vous pas les insuffisances de la justice française qui enferme un gilet jaune pour avoir un casque et laisse libre Sarko, Chirac, Benalla ... et autre riche?
a écrit le 28/01/2019 à 15:33 :
Je serai un peu hors sujet dans ma réponse, mais ce que je trouve sidérant depuis le début de cette affaire, c'est la partialité des media français.
J'étais au Japon quand il s'est fait arrêté.
Et la-bas, il y avait au minimum une nouvelle accusation par jour (Mariage à Versailles, appartement au centre de Tokyo, Vacance en Jet.... et tout payé par Nissan).
Mes collègues japonais affirmaient sans avoir trop peur de se tromper que c'était un coup monté de la part de la direction japonaise de Nissan, mais que la fraude était bien là.
La question est pourquoi nous n'avons jamais eu de tel article "a charge" en France.
Je sais que ce n'est pas très élégant, mais c'est quand même la norme ici (Fillon, DSK, Tapis....)
a écrit le 28/01/2019 à 15:08 :
Je pense que la justice japonaise n'a que faire de ce pseudo économiste et de ses opinions déplorables.
a écrit le 28/01/2019 à 14:59 :
Il y a le cas de Trichet, coupable d'avoir mal surveillé le crédit lyonnais, lorsqu'il était directeur du trésor. On a obligé la justice a enterrer la procédure en cours , contre lui. Et cela pour lui permettre de devenir président de la BCE. A la BCE ,sa gestion de la crise de 2008 à été catastrophique et il provoqué la crise de l'euro et prolongé la crise économique en Europe, pendant plusieurs années, alors que les chinois et les américains ,ont pratiqué une politique monétaire intelligente,qui leur aura permis de sortir de la crise, beaucoup plus vite qu'en Europe. On critique les japonais ,mais en France la justice,n 'est pas non plus indépendante du gouvernement.
a écrit le 28/01/2019 à 14:50 :
Excuses, doublon envoyé par erreur.
a écrit le 28/01/2019 à 14:49 :
C'est marrant, c'est toujours quand un de leur caste est mis en cause que certains s'intéressent au système judiciaire concerné. On l'a vu en France avec les entôlages (rares) d'hommes politiques. Sinon, quand c'est le citoyen lambda qui a à en pâtir, les mêmes qui s'intéressent au sort de Carlos Ghosn s'en fichent complètement.
a écrit le 28/01/2019 à 14:47 :
Quelque part,la justice nippone remet en cause les montages financiers,faits par les entreprises dans les paradis fiscaux. Ce n'est pas la justice française qui remettra en cause les paradis fiscaux. La Hollande fait partie de la CE et elle se comporte comme un paradis fiscal.
a écrit le 28/01/2019 à 14:41 :
ça révèle surtout que les puissants ont les jetons qu'on les traite comme de simples citoyens et qu'au Japon c'est visiblement plus dur de corrompre la justice que chez nous.

Je ne pense pas que ce soit une bonne solution de priver les prévenus de libertés comme au Japon mais ce cas montre qu'il faudrait prononcer plus de peine de prison ferme contre les puissants et moins de mesures de complaisance car il en sont effrayés.

Et, second effet kiss cool, ça redonnerait aux simples citoyens la confiance perdue en leur justice qui jusqu'à maintenant est une vaste passoire contre les délinquants en col blanc
a écrit le 28/01/2019 à 14:10 :
C. goshn l'homme de nulle part , l'homme mondialisé, franco, libano brésilo...payant ou faisant semblant de payer ses impots aux pays bas vient de se rendre compte que la raison d'Etat existait , qu'il n'était pas japonais et pas non plus français:personne ne s'est battu pour lui en france . Son affaire marque peut etre la fin de la mondialisation heureuse. il vaut mieux avoir un pays à soi. les autres ne sont pas si sur!
Réponse de le 28/01/2019 à 22:55 :
Dans cette affaire, la passivité française est vraiment très surprenante, voire scandaleuse.
a écrit le 28/01/2019 à 14:02 :
Je serai un peu hors sujet dans ma réponse, mais ce que je trouve sidérant depuis le début de cette affaire, c'est la partialité des media français.
J'étais au Japon quand il s'est fait arrêté.
Et la-bas, il y avait au minimum une nouvelle accusation par jour (Mariage à Versailles, appartement au centre de Tokyo, Vacance en Jet.... et tout payé par Nissan).
Mes collègues japonais affirmaient sans avoir trop peur de se tromper que c'était un coup monté de la part de la direction japonaise de Nissan, mais que la fraude était bien là.
La question est pourquoi nous n'avons jamais eu de tel article "a charge" en France.
Je sais que ce n'est pas très élégant, mais c'est quand même la norme ici (Fillon, DSK, Tapis....)
a écrit le 28/01/2019 à 13:50 :
Monsieur Santi est-il économiste ou juriste criminologue ...
Qu'il se renseigne sur les pratiques de garde à vue "à la française", des conditions de détention provisoire "à la française", des geôles de 9m2 pour 8 "à la française"
... et seulement après il pourra donner des leçons de démocratie "à la française" au gouvernement japonais.
Je pense que M Gohsn, avec 3 ambassadeurs à son chevet (Libanais, Brésilien ... et Batave pour les impôts), à de quoi être défendu, plus que le commun des japonais
a écrit le 28/01/2019 à 13:28 :
Tant que caillasser, la police, vendre de la drogue, escroquer des millions sera moins risqué que d'être père de famille divorcé; aller critiquer la justice d'un autre pays montre qu'on a perdu le sens de la perspective. Pour ne pas parler du sens commun.

Regardons ici les pères de famille qui n'ont d'autre option que de se coller au sommet d'une grue après un passage devant des "juges" aux affaires familiales;
Regardons les dealers être libres de vendre de la drogue d'une moins d'une journée après leur arrestation;
Revenons sur la l'équilibre d'un système ou voler des millions fait courir le "risque" de payer une amende de quelques dizaines de milliers d'Euros;
Revenons sur ces peines de prison inférieures a 2 ans qui ne sont "légalement" pas effectuées;
Revenons sur l'impunité totale des magistrats après les erreurs de justice.

On ne peut pas critiquer le reste de la planète et donner des leçons en se regardant le nombril... En restant rationnel, cela ne tient pas debout.

Mon diagnostic est donc: perte de conscience de la réalité liée au syndrome d'arrogance normale Française.
Je conseille en medication:
- Divorcer en étant père et passer aux affaires familiales pour bien apprécier le niveau particulièrement éclairé de notre justice,
- Prendre un billet d'avion pour aller au Japon afin d'observer ce que ce pays pourrait apprendre de la France.

Si les symptômes persistent, recommencer l'operation jusqu'a disparition des troubles.
a écrit le 28/01/2019 à 12:58 :
La justice japonaise fonctionne ainsi car la police japonaise fonctionne autrement.
Dans les pays occidentaux la police arrête les gens D'ABORD pour obtenir des éléments incriminant via la "question" pour monter un dossier d'accusation, méthode développée par... l'Inquisition.
D'où la nécessité d'avoir un arsenal de droit de la défense pour éviter d'avoir trop de bûchers.

Au Japon la police n’arrête PERSONNE à moins d'avoir obtenu des éléments matériels incriminant qui sont à eux seuls suffisant pour obtenir une condamnation (et dont la presse internationale s'est faite l'écho quand la presse française fait l'autruche. Nissan via la société écran Zi-A Capital BV à payer pour pas loin d'une demi-douzaine de propriétés mise au nom de Ghosn, dans un très classique et flagrant abus de bien social), l’aveu et l'interrogation ne sont qu'une formalité par laquelle le prévenu peut (et DOIT) faire preuve de contrition, premier pas vers la réhabilitation.
Et le jugement ne se fait pas tant sur la culpabilité mais sur le respect de la procédure par la police et la personnalisation de la sentence.

Si la police pense que vous avez commis une infraction mais n'a pas ces éléments matériels le pire que vous risquez c'est entre un entretien (qui n'a pas à ce faire dans un commissariat) et une assignation à résidence (cas grave).

La garde à vue de témoin et autre pratique de privations de liberté temporaire pour des gens qui n'ont vraisemblablement rien fait ça n'existe pas chez eux.
Le fait que Carlos Ghosn continue à s’entêter à dire qu'il n'a rien fait, prouve à quel point aussi bien en affaire qu'au judiciaire, il n'entrave absolument rien à la culture japonaise...
Tout l'inverse de Louis Schweitzer, le vrai sauveur de Nissan et l'homme pas assez stupide pour renoncer à tout les droit de votes de Renault dans Nissan.

Ce qu'on ne ferait pas pour sauver le pauvre patron Brésilo-libanais de Renault.
a écrit le 28/01/2019 à 12:57 :
Monsieur Santi critique la justice japonaise ! Qu'il commence a balayer devant la porte France et sa pseudo justice de classe.
L'arrogance francaise dans toute sa splendeur.
a écrit le 28/01/2019 à 12:55 :
Personne ne l'a forçé à servir dans la caisse Nissan. Qu'il y reste et je soutiens la justice nippone.
a écrit le 28/01/2019 à 12:55 :
Personne ne l'a forçé à servir dans la caisse Nissan. Qu'il y reste et je soutiens la justice nippone.
a écrit le 28/01/2019 à 12:53 :
il est facile de critiquer la justice japonaise
mais avant poser vous les memes question sur celle de la France
pour qui se personnage reside en hollande pour ses impots
alors que dans la fiscalite hollandaise le beneficiare doit prouver qu'il reside minimum 183 jours par ans. ou est le laxisme
a écrit le 28/01/2019 à 12:53 :
C'est marrant, c'est toujours quand un de leur caste est mis en cause que certains s'intéressent au système judiciaire concerné. On l'a vu en France avec les entôlages (rares) d'hommes politiques. Sinon, quand c'est le citoyen lambda qui a à en pâtir, les mêmes qui s'intéressent au sort de Carlos Ghosn s'en fichent complètement.
a écrit le 28/01/2019 à 12:18 :
Je ne remercierais jamais assez la justice japonaise pour avoir fait, ce que la France, hélas, ne fait jamais: juger et traiter un homme puissant comme tout autre citoyen.
c'est tout à son honneur.
En France, il y a toujours pour la canaille de "haute volée", une présomption d'innocence, une indulgence, une absence de condamnation. Quand ce n'est pas le fameux verrou fiscal de Bercy.
Je rappelle que Mr Cahuzac n'a même pas fait un seul jour de prison...
ça en dit long sur notre système judiciaire.
Je rappelle que Mme Christine Lagarde a été jugée coupable mais dispensé de peine...
Par contre certains gilets jaunes se sont retrouvés en comparution immédiate et ont fait de la prison pour avoir porté des lunettes de natation... Une arme sans aucun doute terrifiante
Réponse de le 28/01/2019 à 13:21 :
M. Santi ne parle pas de la justice française ou Carlos Ghosn aurais reçu la légion d'honneur pour les mêmes faits entre copain.
Réponse de le 28/01/2019 à 13:34 :
C’est vrai qu’a part Petain et laval j’ai du mal a trouver un homme politique de premier plan qui ai fait de la prison....hors si on fait les maths c’est juste quasi impossible, soit on a des politiques d’une rigueur morale absolue,soit on a in problème.
a écrit le 28/01/2019 à 12:16 :
La dureté et la violence des japonais entre eux est bien connue et culturellement enracinée. Elle ne doit pas être mondialisée et la passivité de la France est choquante.
En d'autres temps Michel Charasse avait organisé un Poitiers des produits japonais envahissants.
a écrit le 28/01/2019 à 11:53 :
Tout à fait d'accord avec cet article qui démontre encore une fois la violence de cette justice d'un autre temps....
Réponse de le 28/01/2019 à 12:47 :
C'est médiéval et ça ne laisse au justiciable quasiment aucune possibilité de se défendre.
Le juge qui n'instruit qu'à charge est tout puissant.

Comme quoi on peut construire les véhicules les plus fiables sur la planète, avoir inventé l’ingénierie de pointe et rester sociologiquement une société féodale.
Réponse de le 29/01/2019 à 9:10 :
vous parlez d'un autre temps pour la justice du japon
mais celle de la France a celle de sa base jamais reforme ou remise en cause
dans celle de l'inquisition
a écrit le 28/01/2019 à 11:49 :
La Justice dans n'importe quel pays est toujours la justice des vainqueurs. Le système japonais est inégal certes mais permet de condamner des gens bourrés de blés contrairement en France par exemple dans laquelle les politiciens ont affamé la justice afin que celle-ci ne puisse plus empêcher la corruption généralisée entre politiciens et hommes d'affaires comme partout en union européenne.

Se pencher sur les régimes juridiques des différents pays serait une excellente idée permettant de voir les nuances propres à chacun et qui dit nuances en matière juridique dit subjectivité avérée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :