Être conforme, est-ce encore possible ?

OPINION. Lutte contre le blanchiment d'argent, le cyber-terrorisme... face aux milliers de textes réglementaires censés définir des règles strictes à suivre, sous peine d'amendes et de poursuites judiciaires, face aux mégadonnées à traiter pour repérer les signaux faibles, les plateformes d'Intelligence Artificielle peuvent réellement changer la donne pour les équipes qui effectuent les contrôles de Risques et Conformité en entreprise. Par Jean-Philippe Desbiolles, VP Watson chez IBM France.

3 mn

Jean-Philippe Desbiolles, VP Watson chez IBM France.
Jean-Philippe Desbiolles, VP Watson chez IBM France. (Crédits : DR)

S'il existe un domaine où les contraintes s'exercent, c'est bien le domaine des Risques et de la Conformité. Imaginez quelques instants ces hommes et ces femmes dont le travail est, entre autres, de s'assurer qu'une activité est bien conforme à des milliers de textes réglementaires, procédures d'audits et autres documents, censés définir des règles strictes à suivre, sous peine d'amendes et de poursuites judiciaires. Ces textes, ne facilitant pas cette tâche, peuvent d'autant plus se superposer, se contredire, éventuellement, ou a minima poser des questionnements... même aux plus experts d'entre eux.

Cette situation ne vous rappelle-t-elle rien ?

Nous parlons grandement aujourd'hui de lutte contre le blanchiment d'argent, de cyber-terrorisme et bien d'autres menaces pour lesquels, in fine, il est nécessaire de prendre en compte non seulement une quantité d'informations très importante mais aussi de détecter leurs signaux faibles. Ces signaux sont perdus dans une masse de données qui peuvent être structurées (profil du risque, montant, virement...) ou non structurées (mails, sons, images, documents...). Dès lors, comment faire pour être certain que l'entreprise soit bien juridiquement conforme dans un monde où l'interprétation peut tout changer ?

Dans ce domaine, les plateformes d'Intelligence Artificielle peuvent réellement changer la donne et améliorer l'efficacité et la pertinence de ces hommes et de ces femmes qui effectuent les contrôles de Risques et Conformité en entreprise.

Les plateformes d'IA peuvent, dans un premier temps, détecter des « patterns », des modèles de risques, sur la base de processus d'apprentissage et trier les réelles alertes, des fausses. Elles peuvent par ailleurs ingérer et comprendre des masses de documents sans aucune limite de taille. Un rapport de 150 pages nécessite, par exemple, trois minutes de traitement à un système d'IA avant qu'il ne soit en mesure de restituer à une personne des éléments clefs dont elle a besoin pour évaluer une situation donnée. La lecture de ce même document par l'expert prendrait de son côté près de 3 à 4 heures.

L'Intelligence Artificielle peut de plus vérifier les cohérences ou les incohérences entre de nombreux documents. Cela peut être essentiel dans le cadre d'un processus d'acculturation d'un client, par exemple, qui se présente de manière erronée ou tentant de dissimuler un certain nombre d'informations. Les plateformes d'IA peuvent de même prédire des risques pour l'entreprise avant qu'ils ne s'avèrent, grâce à ses modèles apprenants. Ceci est d'une grande valeur notamment lors de rencontres et meetings avec des clientèles dites « à risque ».

Être parfaitement conforme aujourd'hui sans l'apport des nouvelles technologies est une utopie. On voit bien ici la complémentarité entre l'homme et la machine qui permet aux responsables Risques et Conformité, d'exercer leur métier avec confiance et pro-activement, en « augmentant » leurs capacités. Pour cela, nous devons veiller à la transparence et et l'explicabilité des solutions d'intelligence artificielle et à la qualité de leur apprentissage. Pour autant, comme pour toute nouvelle invention, cette nouvelle collaboration homme-machine nécessite un accompagnement humain spécifique, sans lequel, une bonne adoption et appropriation des systèmes ne pourrait être assurée.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 30/01/2019 à 8:43
Signaler
Pas besoin d'intelligence artificielle pour savoir que les mégas milliardaires du monde paupérisent les états en s'évadant fiscalement dans des paradis fiscaux et que nos autorités politiques les laissent totalement faire. Quand on ne veut pas on...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.