Hubert Védrine "Un Schengen efficace est la première réponse au mécontentement européen"

 |   |  46  mots
(Crédits : DR)
Divisée face à la crise des migrants, secouée par le séisme du Brexit, dominée par une tendance politique populiste, l’Europe peut-elle encore être sauvée ? Les peuples s’intéresseront-ils à nouveau à l’Union européenne ? Nous en parlons dans ce dernier hors-série de 28’.

Alors que l'Europe traverse une période de crise aussi bien sociale, économique, que politique, Hubert Védrine publie Sauvez l'Europe !, un ouvrage dans lequel il explicite les ressorts de la crise de confiance dans l'Union européenne et développe des propositions pour la surmonter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2017 à 15:50 :
Un Schengen "efficace", ça ne peut pas exister, puisqu'il est impossible de contrôler infailliblement quelque frontière que ce soit. Quiconque veut passer d'un pays à l'autre peut le faire sans trop de difficultés. Même les murs, les grillages, les barbelés ne retiennent personne.
S'il est utile de contrôler les grands points de passage, il est beaucoup plus efficace de "contrôler" sur territoire. Mais pour contrôler beaucoup de monde, il faut beaucoup de personnels...que nous ne sommes pas prêts (ou que nous n'avons pas les moyens) de payer.
Réponse de le 01/01/2017 à 19:48 :
Les caméras de surveillance peuvent au contraire contrôler de vastes frontières autour de l'Europe à moindre coût (et pas seulement les passages mais bien d'autres aspects, trafics, fraudes, vols etc compensant largement les investissements technologiques simples) où les plus de 13.000 km ne sont pas tous des passages naturels donc en réalité beaucoup moins. Ensuite les contrôles une fois les migrants passés ne représentent quasiment rien. Les passages sont via d'abord la mer donc çà limite beaucoup les points à surveiller. Il y a également beaucoup de zones bloquées. C'est donc bien en frontière externe que c'est le plus simple et le moins coûteux de loin en matériel et personnel même si çà ne bloquera pas tout.
a écrit le 01/01/2017 à 15:10 :
L'Union européenne tout comme l'euro sont indispensables face à la Russie, Chine, Etats-Unis etc. C'est drôle comme on refuse d'aller de l'avant comme un âne têtu alors que les Etats-Unis ont une monnaie commune pour bien plus que 27 Etats mais 50 et beaucoup d'américains qui ne parlent qu'une langue contrairement à beaucoup d'européens ! et des territoires comme la Californie au PIB supérieur à la France. Idem pour les accords en Amérique latine et ailleurs qui visent à l'Union et des monnaies communes et non l'inverse. La petite musique des trolls de Poutine qui voudraient après le Brexit qu'on sorte de l'Otan, qu'on fasse le Frexit et ensuite qu'on rejoigne une nouvelle Urss avec le FSB au pouvoir est systématiquement répétées et totalement absurde. Vous critiquez l'Union européenne vous allez apprécier la démocrature russe de Poutine. C'est la Russie de Poutine et du FSB qui est trop grande et trop centralisée comme l'envisageait déjà Dotoïevski et plus encore Tolstoï face au centralisme et à la corruption qui régnait déjà et les mensonges de Potemkine. Il est évident qu'une monnaie commune est indispensable comme tous les économistes l'admettent même si certains pensent que l'on y arrivera pas. C'est tout à fait possible quand on l'explique bien aux populations et les générations formées en Europe y sont favorables et n'ont pas cet esprit étriqué et replié sur lui même des éternels losers quelle que soit la monnaie ou le type de situation. Et il est évident que l'Union fait la force et que sortir de l'euro n'apporterait rien comme on l'a connu avant sinon plus de frais pour les entreprises et des risques permanent à cause des fluctuations, dévaluations etc. Il est plus facile et moins coûteux de contrôler les frontières extérieures de l'Europe que le maillage interne qui représente 50 fois plus de km à contrôler dont encore plus impossible et ruineux. Dans des villes proche de la frontière belge il a des centaines de passages qu'il faudrait fermer ou contrôler. Donc idée du FN, de Fillon ou de Mélenchon = idée de Poutine = nul. Qu'ils aillent faire de la politique en Russie, il y a la place et du boulot vue la corruption à cause de Poutine. Les russes méritent mieux et les européens mieux que des pions des partis séparatistes financés par l'actuel Kremlin.
a écrit le 01/01/2017 à 12:02 :
Quelques semaines avant son décès fin 2014, Helmut Schmitt, le chancelier le plus respectable de l'Allemagne, déplorait que la Grèce avait été accepté dans l'UE, car elle avait renoncé à sa dictature et sous l'impulsion de Giscard, mais sans fondement économique. Puis il disait que l'Europe n'avait pas de dirigeants visionnaires, qu'il fallait respecter la Russie en tant que grande nation et qu'il était très sceptique sur l'action d'Obama et que pour la démocratie américaine, c'était de mauvaise augure si des clans comme les Bush ou Clinton ne permettaient pas le renouvellement démocratique.
Réponse de le 01/01/2017 à 15:23 :
H Schmitt s'est également dit favorable à l'idée de mutualiser une partie de la dette européenne et conforter l'Union européenne à laquelle il tenait tout spécialement, conformément à la position des sociaux-démocrates allemands, et a estimé qu'accepter la Grèce dans l'euro avait été une erreur : "C'était une erreur d'accepter la Grèce, mais on l'a fait et on doit maintenant en assumer les conséquences", a-t-il précisé. Tout comme l'Union européenne ne voulait pas non plus. Mais c'est l'Europe des Nations, et ce sont ces nations qui sont responsables de la situation actuelle faute de créer une Union réelle et qui ont fait ce choix, pas l'Union européenne majoritairement contre. Pour info c'est Chirac qui a en réalité fait rentrer la Grèce dans l'UE alors qu'il était au pouvoir et aurait pu encore refuser de signer l'acte d'entrée. Giscard n'était déjà plus là. C'est donc plus d'Europe qu'il faut et moins de pouvoir de Nations qui tirent la couverture à elle au point de la déchirer et en plus de l'accuser. Les partis séparatistes sont très doués pour se servir de l'argent de l'Union et de l'accuser des problèmes alors que sont eux les responsables et qu'ils ne travaillent que pour leurs soif de pouvoir et intérêts.
a écrit le 01/01/2017 à 11:47 :
Tout les pays composant l'UE ont abandonné "la proie pour l'ombre" et sont toujours dans "l'obscurité"!
a écrit le 01/01/2017 à 10:56 :
Le problème est de savoir quelle Europe sauver? Si c'est celle de Védrine avec ses élites techno elle montre tous les jours son échec et les peuples (gros mot pour ce seigneur!) n'en veulent plus
Réponse de le 01/01/2017 à 15:28 :
@ Gabuzo : mieux vaut des élites techno formés que des parlementaires incapables qui "se font ch..." comme elle le disait au parlement et comme on les envoie type Rachida Dati etc Ce sont ces bons à rien qu'il faut remplacer par des élites techno élus par nous. Idem pour le clan le Pen ou Farage qui profitent pleinement des fonds de l'Europe et les détournent pour casser l'Europe. Mieux vaut des élites technos que des corrompus et incapables de cette espèce.
a écrit le 01/01/2017 à 3:09 :
Bien de donner des leçons, mais il ne faudrait pas non plus qu'il oublie qu'en tant que ministre socialo, il fait partie du problème. Chirac et Giscard ont instauré le regroupemenbt familial, mais c'est avec les socialos que les frontières ont éclaté avec les régularisations massives et ininterrompues. Alors, refermer les frontières, oui, mais il faut aussi virer les illégaux et mettre fin au regroupement familial. Sans doute l'objet d'un de ses prochains livres :-)
a écrit le 01/01/2017 à 2:51 :
Védrine est un génie ...
Il me fait toujours rire à prendre des airs maniérés pour ensuite sortir des formules emprunts du bon sens ...
Eh oui, il faudrait peut-être écouter les peuples car la dernière fois, cela s'est mal passé lorsqu'on a asphixié l'Allemagne avec une dette de guerre irremboursable ...
et maintenant , avec le Brexit et Trump , cela commence à faire bcp ....
a écrit le 31/12/2016 à 18:15 :
Et ta soeur ??
a écrit le 31/12/2016 à 18:10 :
J'ai vu une partie de cette émission étant donné que Vedrine fait partie des rares politiciens que je peux écouter et enfin c'est la première fois que j'entends de la part d'un représentant politique le fait que les peuples européens rejettent l'UE actuelle et que si cette dernière s'entête à mépriser ses peuples elle mourra.

Mais bien entendu elle ne changera rien, d'ailleurs elle n'arrête pas de l'annoncer, ha oui c'est vrai la révolution 5g... , étant donné qu'elle a été construite et pensée pour servir principalement l'intérêt des plus riches.

Vite un frexit.
a écrit le 31/12/2016 à 14:40 :
L'UE au départ était une idée de gens comme Monnet qui voulaient créer les Etats-Unis d'Europe sous le parapluie des USA. De Gaulle a voulu une tout autre UE, celle du rapprochement franco-allemand, d'une UE sans les anglo-saxons, basés sur l'Europe de l'ouest seulement. L'idée était de créer une vraie puissance dirigée par le couple France Allemagne rapproché, pour peser suffisamment afin d'être vraiment indépendants, y compris sur le plan militaire (d'où la bombe atomique française).
Hélas dès que Pompidou a eu le pouvoir, il a cassé le projet Français en faisant rentrer l'Angleterre, permettant ainsi d'entamer l'ouverture maximum de l'UE grâce à Giscard, Chirac, même Mitterrand ... Tout cela pour empêcher la création d'une puissance indépendante. Ils ont réussi !
La volonté de cette bourgeoisie richissime étaient de rester sous le parapluie US, d'imposer l'idéologie "libérale", la société de consommation noyant la citoyenneté, et pour cela de faire de la Russie un ennemi alors que c'était un allié historique pour la France.
Comment sortir de ce piège ? Je suis favorable à un retour à une UE limitée à l'ouest, intégrant l'Ecosse et la Tchéquie et les pays de l'ouest du continent. Par contre côté financier, on ne peut pas continuer avec un euro basé sur le deutchmark qui casse l'économie au profit de la seule Allemagne, et laisser el pouvoir réel au monde financier ! Ce serait la fin de la France en tant que nation ! Soit nous arrivons à changer ce cap, soit nous sortons de cette UE là (avec une proposition alternative quand même).
a écrit le 31/12/2016 à 14:00 :
Hubert Védrine fait partie de nos Grands Politiques (avec des majuscules en France). Une analyse qui n'hésite pas à se montrer contrariante. Toujours intéressant de l'écouter.
a écrit le 31/12/2016 à 13:37 :
La crise de l'Europe trouve ses origines dans la médiocrité des politiques, et la sous-représentation des gens de la société civile. Etre politique ne peut se concevoir qu'avec des personnes qui ont une grande expérience et une vista. Où est cette vista dans 95% des personnes qui se veulent Leader mais dont la quasi totalité ne pourrait prendre aucune responsabilité dans nos entreprises...? Qui confierait un projet, ou son portefeuille, à la quasi totalité des soit-disant élites..? Il faut supprimer la commission européenne si on veut sauver l'Europe: nous en sommes là!
a écrit le 31/12/2016 à 12:41 :
Schengen est un leurre , c'est ceux qui donnent les critères de passages à Bruxelles qui se défaussent , donc rien d'efficace ne sera fait sur ce genre de déplacement de masse , un qui passe c'est 100 candidats à l'exil qui entament le périple .
a écrit le 31/12/2016 à 12:19 :
On attend encore de savoir comment l'Europe des Nations (dont M. Védrine est un grand défenseur) peut être gouvernée à 28. L'actualité nous apporte la preuve tous les jours que c'est une gageure.
On se demande en effet comment on pourra éviter l'Europe politique si on veut continuer à peser face aux super-puissances.
a écrit le 31/12/2016 à 10:48 :
N'est-ce pas l'absence de projet politique clair qui est à la source du malaise existentiel européen? L'EU mille feuilles? l'EU des opt outs? l'EU des cercles concentriques? l'EU des états qui ne sont ni dans l'euro ni dans Schengen? Je trouve que le vrai malaise européen est dans l'absence d'Europe politique. Comment l'Eu peut-elle fonctionner alors que nous ne partageons pas la même Europe? Nous devons refaire l'EU à quelques uns autour de l'euro et de Schengen et des états hors EU n'ont aucune raison d'être dans la zone Schengen ( Suisse, Norvège et Lichtenstein). Si rien n'avance en 2017, si l'EU et ses états ne font pas montre de leur capacité à produire de la richesse et de la sécurité intérieure, j'ai peur que l'EU finisse avec le Brexit. Je suis pour une EU sur un mode fédéral où les états qui la composent décident pour l'ensemble. Certes, nous ne ferons pas un état fédéral unifié du jour au lendemain mais par étapes successives. Déjà créer un sénat des états qui avec le parlement pourraient avoir un rôle de codécision? mais je suis sûr que des hommes politiques éminents ont de meilleures idées....l'EU doit devenir une union compréhensible. Qui en fait partie à 100% et qui n'en fait pas partie. Voilà. l'EU à géométrie variable?????? cela ne fonctionne pas... pour preuve, la GB vient de dire NO.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :