L'Union européenne réinvente les règles pour une économie durable

 |   |  665  mots
Jyrki Katainen, Vice-président de la Commission européenne chargé de l'emploi, de la croissance, de l'investissement et de la compétitivité.
Jyrki Katainen, Vice-président de la Commission européenne chargé de l'emploi, de la croissance, de l'investissement et de la compétitivité. (Crédits : Reuters)
Le développement durable est au centre de l'agenda international et la vision de l'Europe est claire: économie durable, emplois de qualité, entreprises prospères, innovation et neutralité climatique. Par Jyrki Katainen, Vice-président de la Commission européenne chargé de l'emploi, de la croissance, de l'investissement et de la compétitivité.

Ces cinq dernières années, la Commission européenne a pris des mesures parmi les plus ambitieuses au monde pour assurer la transition de l'Union européenne vers une économie durable. Afin de passer d'une mentalité de l'«usage unique» à une économie circulaire, elle a adopté en 2015 un plan d'action en faveur de l'économie circulaire. Le plan contribuera à « boucler la boucle » du cycle de vie des produits grâce à un recours accru au recyclage et au réemploi, par exemple dans le domaine des matières plastiques. Le plan d'action a également ouvert la voie à la réduction des déchets, au recyclage des matières premières et à la réutilisation de l'eau, pour ne citer que quelques exemples. D'ici à 2030, l'Union européenne est déterminée à atteindre les objectifs qu'elle s'est fixés en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, d'énergie renouvelable et d'efficacité énergétique. À l'horizon 2050, la vision à long terme de la Commission définit la manière dont l'Union européenne peut devenir une économie neutre pour le climat et neutre en carbone, moderne, compétitive et créatrice d'emplois.

Cet engagement en faveur d'une économie de marché durable nécessite des investissements importants, dont une grande partie devra provenir du secteur privé. Au cours de la prochaine décennie, l'Union européenne devra, selon nos estimations, consacrer entre 180 et 290 milliards d'euros d'investissements supplémentaires chaque année afin d'atteindre ses objectifs en matière de climat et d'énergie pour 2030. Les trois actions suivantes stimuleront les investissements et aideront l'Union européenne à atteindre ses objectifs ambitieux.

Trois actions

Premièrement, la Commission européenne a proposé que l'Union européenne consacre un quart de son budget 2021-2027, soit 320 milliards d'euros, à l'action en faveur du climat.

Deuxièmement, en couvrant une partie des risques financiers, l'Union européenne fournit déjà des moyens publics pour mobiliser les investissements privés. Une grande partie du « plan d'investissement pour l'Europe » finance actuellement des projets en faveur du climat. Son successeur proposé, le programme « InvestEU », réserve explicitement 30 % de ses dépenses aux investissements durables, ce qui représente près de 200 milliards d'euros d'investissements.

Troisièmement, le plan d'action de la Commission de mars 2018 visant à financer la croissance durable constitue un effort majeur pour réorienter les flux de capitaux privés vers des objectifs durables et climatiques. Il s'agit, entre autres, d'élaborer une classification européenne des activités durables sur le plan environnemental, de créer des indicateurs de référence pour des investissements à faible intensité de carbone, d'établir une norme européenne pour les obligations vertes, d'utiliser le label écologique européen pour les produits financiers durables et de clarifier les devoirs des investisseurs. D'ici la fin de l'année 2019, les États membres devront également parvenir dès que possible à un accord politique sur la classification, dite taxinomie. La proposition de plateforme internationale sur la finance durable garantira par ailleurs une meilleure coordination de ces initiatives à l'échelle globale.

L'Union européenne est la première grande économie à mettre en place un cadre juridiquement contraignant pour concrétiser ses engagements au titre de l'accord de Paris sur le climat. Pour la première fois, en juin 2019, tous les États membres ont élaboré des projets de plans nationaux intégrés en matière d'énergie et de climat pour atteindre les objectifs de 2030.

La présidente élue de la Commission européenne, Me Ursula von der Leyen, a inscrit dans ses orientations politiques la volonté d'adopter un pacte vert pour l'Europe dans les 100 premiers jours de son mandat. Ce pacte renforcera notre engagement à nous positionner comme le premier continent au monde neutre pour le climat. Nous allons y parvenir en mettant en place un cadre réglementaire favorisant les investissements durables, en privilégiant davantage les investissements dans l'innovation et la recherche, en redéfinissant notre économie et en actualisant notre politique industrielle. C'est la bonne voie à suivre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2019 à 14:24 :
Rien a espérer de cet administration qu'est l'UE de Bruxelles a part la com, après avoir fait le tour des lobbies, il ne reste rien des projets initiaux pour appâter les peuples!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :