La photonique est une technologie clé que l'Europe ne peut se permettre de perdre

OPINION. Pour rester compétitive, l'Europe doit être plus ambitieuse et suivre les autres régions du monde en investissant davantage dans les technologies de pointe. Notamment la photonique, ou science de la lumière, qui trouve des cas d'usage dans de nombreux secteurs stratégiques, à commencer par l'agriculture. Par Giorgio Anania, PDG de la startup industrielle Aledia.
(Crédits : YVES HERMAN)

La photonique, ou science de la lumière, est un outil essentiel pour les ambitions de l'Europe en termes de numérique, de technologie de fabrication (industrie 4.0), d'intelligence artificielle, d'agriculture intelligente, de 5G, etc. En tant que technologie habilitante, elle touche à des éléments essentiels liés à des chaînes de valeurs stratégiques, de l'industrie automobile et médicale à l'aérospatiale et aux ordinateurs quantiques.

Actuellement, une vague de chaleur s'abat sur l'Europe et représente une véritable menace pour l'agriculture. En outre, et depuis quelques années, les sols sont trop secs (y compris en France), ce qui affecte davantage le secteur. Selon les experts du climat, dans les prochaines années, nous serons encore plus souvent confrontés à ces conditions qui risquent d'être plus dramatiques. L'agriculture devra donc devenir beaucoup plus efficace, et pas uniquement au niveau de la consommation d'eau.

La photonique contribue à l'amélioration de l'agriculture moderne. En effet, les lasers, l'imagerie hyperspectrale, les capteurs et les LED sont déjà utilisés quotidiennement dans l'agro-industrie. Grâce à ces produits et solutions photoniques, l'agriculture peut surveiller le niveau d'eau, prédire le taux de protéines dans les récoltes de céréales, déterminer le moment opportun pour la récolte des fruits et analyser les produits pour détecter les polluants.

À l'avenir, la photonique pourra contribuer à gérer les fermes verticales. Il s'agit de la culture de denrées alimentaires sur plusieurs niveaux, par exemple dans des hangars. Les fermes verticales, permettent notamment d'économiser de l'espace et de l'eau par rapport aux serres conventionnelles. Les environnements soigneusement contrôlés amélioreront la qualité et le goût des aliments.

La photonique : un véritable levier pour l'Europe

Les exemples cités ci-dessus ne représentent qu'un échantillon de ce que la photonique peut apporter. Ses avantages touchent de nombreux autres secteurs clés en France et dans l'UE. Quelques chiffres permettent d'ailleurs d'illustrer l'importance de l'industrie photonique : les entreprises de photonique de l'UE ont pu passer d'un chiffre d'affaires de 76 milliards d'euros en 2015 à 103 milliards d'euros en 2019 - ce qui correspond à un taux de croissance annuel moyen de 7 % sur cette période. Cette croissance dépasse celle de plusieurs secteurs y compris le secteur de la tech avec 4,5 % ou la technologie médicale avec 4,9 %.

Aujourd'hui, le marché de la photonique est desservi par environ 5000 entreprises, principalement des PME. Celles-ci sont extrêmement compétitives, ont créé plus de 30 000 nouveaux emplois au cours des dernières années et ont l'intention de continuer sur cette lancée. Sur le marché mondial, l'industrie photonique européenne s'affirme comme le deuxième plus grand marché, juste derrière la Chine.

Néanmoins, nous sommes confrontés à une concurrence de plus en plus rude - souvent soutenue par des investissements très importantes de la part des États. Il suffit d'observer les autres pays pour connaitre le soutien dont ils disposent. Selon une étude menée en 2017, le gouvernement chinois a subventionné à lui seul l'industrie photonique locale à hauteur d'un milliard d'euros (au moins), sans compter les aides régionales. Selon cette même étude, la Corée du Sud est également très attachée à la photonique et a injecté au moins 2,8 milliards d'euros de fonds publics afin de la propulser au premier rang mondial. Récemment, les États-Unis ont également conclu un partenariat public-privé d'une valeur de 610 millions de dollars afin de contribuer à renforcer la production high-tech de circuits intégrés photoniques dans le pays.

Et en Europe ?

Nous sommes fermement convaincus que pour rester compétitive, l'Europe devrait être plus ambitieuse et suivre les autres régions du monde en investissant davantage dans les technologies de pointe. Pour cela, Photonics21 a déposé une proposition auprès de la Commission européenne, dénommée « Horizon Europe 2021-2027 ». En effet, les dépenses consacrées aux recherches provenant des fonds européens (dont le montant est d'environ 500 millions d'euros) sont complétées par des investissements « privés » issus d'acteurs de l'industrie photonique dans des services de recherche et d'innovation, ainsi que des investissements (R+I spending et Capex) d'environ 100 milliards d'euros d'ici à 2027 également.

Nous avons récemment assisté à une crise des semi-conducteurs face à la concurrence internationale. En conséquence, une pénurie des puces électroniques a gravement nui à l'économie européenne. Aujourd'hui, une loi européenne sur les puces électroniques est nécessaire pour renverser la donne. Afin d'éviter que cela ne se reproduise avec la photonique, il faut prévoir un « EU Photonics Act ». La photonique étant indispensable pour les différents secteurs et dont la valeur ne fera qu'augmenter avec le temps. La promotion de la recherche au niveau national et européen est par conséquent primordiale.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.