Le défi humanitaire de "produire plus" n'invalide pas l'urgence planétaire de "produire mieux"

OPINION. La guerre en Ukraine et ses conséquences sur les matières premières agricoles et l'alimentation mondiale ont mis en lumière, s'il en était besoin, le rôle majeur des céréales à l'échelle planétaire mais aussi la fragilité de nos équilibres face aux aléas géopolitiques. Par Eric Thirouin, président de l’Association générale de producteurs de blé (AGPB).

3 mn

(Crédits : Reuters)

Avec 30% des exportations mondiales de blé en jeu, le conflit russo-ukrainien risque de faire basculer 750 millions d'êtres humains dans un « ouragan de famine mondial », comme l'a souligné l'ONU. Les réactions de certains pays, à l'instar de l'Inde, deuxième producteur mondial de blé, décidant un embargo sur sa production pour protéger ses citoyens, amplifient encore le risque de famines dans plusieurs régions du monde.

Si la situation nous impose de trouver des solutions collectives pour « Produire plus » et pour tous sur la planète, la question du « Produire mieux » ne doit pas pour autant être occultée par l'actualité. Plus que jamais, c'est sur ces deux pieds que nous devons, sans faillir, avancer et démontrer notre sens des responsabilités.

Hier, les critiques de certains n'ont pas manqué quand le monde agricole défendait la nécessité de produire plus pour faire face aux enjeux planétaires d'alimentation et assurer notre souveraineté. Aujourd'hui, alors que ces besoins nous semblent évidents en temps de crise, nous avons le devoir de rappeler le sens de notre combat : Produire plus n'a jamais été un alibi pour produire mal. Produire plus ne signifie pas détruire notre terre et abandonner la transition écologique. L'agriculture doit être créatrice de valeur ; elle porte une histoire plurimillénaire entre des hommes, des femmes et leurs terres. Quand on fait le choix de travailler la terre, de semer, de cultiver et de récolter, on ne peut se permettre de la maltraiter.

Le défi climatique est désormais notre quotidien : une sécheresse de plus en plus précoce qui aura un impact sur le volume des prochaines récoltes, des températures atteignant des niveaux inédits, des phénomènes de gel tardif ou de grêle. Autant de signes que nous, agriculteurs, voyons de nos propres yeux, tout au long de l'année, dans nos champs. Le dernier rapport du GIEC souligne l'urgence à agir.

La société et notre jeunesse se questionnent et exigent de nouveaux modèles. Mais ceux qui prônent la rupture brutale ignorent ou feignent d'ignorer ces impératifs auxquels nous faisons face et ils oublient, de bonne ou de mauvaise foi, que l'agriculture est en transition permanente, pour tenir bon sur ces deux fronts du « Produire plus » et du « Produire mieux », qui ne s'opposent pas.

Les céréaliers sont en première ligne. Grâce au phénomène de photosynthèse, ils stockent du carbone dans le sol : plus de 20 tonnes de CO2 captées par hectare et par an. La COP21 a d'ailleurs reconnu le rôle de l'agriculture dans la lutte contre le changement climatique et les initiatives agricoles en la matière font leurs preuves.

La mise en œuvre d'une planification écologique par la Première ministre, Elisabeth Borne, s'inscrit dans cette dynamique, et l'agriculture devra y trouver sa juste place.

Pour être efficace et concrète, cette planification écologique doit avoir une réelle capacité de projection stratégique en matière de politique agricole. Il est indispensable de pouvoir conjuguer l'urgence climatique et humanitaire du temps court, avec le temps long du monde agricole : quel modèle voulons-nous à l'horizon 2050 ? Comment devons-nous, à plus court terme, orienter nos productions pour relever les défis humains, alimentaires, économiques et de filière liés à la guerre en Ukraine ? Comment mobiliser au mieux les leviers de la certification environnementale et de la captation de carbone dans les sols ?  Et plus globalement, quelle nouvelle dynamique l'Europe doit-elle appliquer à son Pacte Vert pour assurer sa propre souveraineté alimentaire ?

Pour répondre à ces questions et tracer un sillon droit et profond, les céréaliers feront preuve de responsabilité pour appuyer le pilotage interministériel de la planification écologique afin de garantir aux professionnels des lignes claires, cohérentes mais aussi des décisions franches et stables.

Les céréaliers seront au rendez-vous ! Avec conviction et réalisme, en étant fidèles à leur conviction qu'il faut Produire plus et Produire mieux !

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 22/06/2022 à 9:07
Signaler
Cela devrait être en effet mis bien plus en avant mais bon quand on voit que le lobby agro-industriel continue de faire la pluie et le beau temps en matière alimentaire difficile d'être optimiste.

à écrit le 21/06/2022 à 13:28
Signaler
"plus de 20 tonnes de CO2 captées par hectare et par an": il y a une source crédible ou c'est un mensonge de lobbyiste? Combien de carbone émis par le carburant, les engrais et les pesticides utilisés pour cultiver cet hectare?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.