"Néoréacs" contre "bienpensants" : les intellectuels sont-ils passés à droite ?

 |   |  125  mots
De gauche à droite, Pascal Bruckner et Éric Fassin
De gauche à droite, Pascal Bruckner et Éric Fassin (Crédits : DR)
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, face à face Pascal Bruckner - Éric Fassin.

Le 14 septembre dernier, Michel Onfray est accusé par Libération de «faire le jeu du FN». Depuis nombre de voix se sont élevées pour soutenir ou critiquer le philosophe, soulevant la question de l'engagement des intellectuels français. Doivent-ils s'impliquer davantage et occuper l'espace public ?

Le 2 octobre dernier, le sociologue Éric Fassin se demandait « comment, dans les années 1930, des intellectuels ont pu basculer de la gauche à la droite, jusqu'à sombrer à l'extrême ».

L'essayiste et romancier Pascal Bruckner pense quant à lui que « le mot réac est devenu un compliment. Est réac aux yeux de la pensée unique tout ce qui complexifie le débat. »

_____

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2015 à 11:58 :
DIVISE POUR REGNIER. SE SONT LES JOURNALISTES QUI FONT LES INTELECTUELS POLEMISTES ET QUI DIRIGENT LA MAJORITES DES JOURNAUX? . LA FINANCE ? ET LA FINANCE N AIME PAS LES VALEURS DE GAUCHE T ELS QUE LE PARTAGE DES BIENS ET DES RICHESSES???
a écrit le 24/10/2015 à 6:44 :
Droite, gauche sont des repaire simplistes qui opposent les réalistes et les idéalistes.
Actuellement, nous sommes sous l'emprise d'un exécutif prétendument progressiste, donc l'action régressive, mue par par un sectarisme idéologique dévastateur, mène le le pays à la catastrophe. Leur inaptitude, leur mensonge et leur irréalisme récurrents entraînent l'émergence de réactions, le plus souvent extrêmes. Celles-ci s'érigent face à ce pouvoir inconséquent par un diagnostics réaliste de la situation, mais dont les solutions proposées se montrent assurément désastreuses.
Réponse de le 24/10/2015 à 12:29 :
Le problème ne vient pas du pouvoir mais de l'argent.
Réponse de le 25/10/2015 à 13:18 :
Il y a moins de 60 ans, les premières rangées de bus étaient réservées aux Blancs dans certains États américains. Rosa Park, malgré sa condition de femme, de noire et d’ouvrière, osera malgré tout tenir tête au pouvoir blanc et aux lois ségrégationnistes de l’époque Très exactement depuis l’après-midi du 1er décembre 1955, quand elle avait refusé de céder sa place à un Blanc dans un autobus de Montgomery, dans l’Alabama, comme la loi ségrégationniste du sud l’obligeait à le faire. Le boycott dura 381 jours, et, finalement, la ségrégation fut déclarée inconstitutionnelle par la Cour suprême le 13 novembre 1956. Le réalisme n’est aucunement l’application d’une vérité universelle, la réalité se construit par l’idéologie…Toute l’histoire humaine s’est bâtie sur des personnages qui ont osé défricher d’autres pistes. L’Idéologie est le retour constant à la pensée qui fait notre humanité, le réalisme n’est rien d’autre que la résignation à un concept déterministe. Un philosophe qui renonce à la pensée émancipatrice, pire voit l’avenir dans le passé , n’est plus qu’un homme qui veut faire passer sa vision politique pour la vérité, il rejoint ainsi le sacré..
a écrit le 23/10/2015 à 17:09 :
Quand quelqu'un dit que ça va très mal en France, on lui répond :" tu es décliniste, et tu fais donc le jeu de l'extrême-droite". Vrai ou faux ?
a écrit le 23/10/2015 à 15:33 :
J’ai été subjuguée de la bêtise de « l’intellectuel » Michel Onfray affirmant devant un parterre d’étudiants surement lobotomisés par le gourou, affirmer comme Madame Michu que la Lune gouverne le corps de la femme, c’est pourquoi toute égalité des sexes serait vaine Passons sur le fait que si c’était vrai, toutes les femmes auraient leurs règles en même temps…Mais toute femme verra sa menstruation correspondre à une phase lunaire donnée tous les dix-huit mois seulement, et se trouver décalée à tous les autres moments, soit neuf fois sur dix. Quand on ne réfléchit plus cela devient du dogme et ici cela s’appelle de l’essentialisme qui effectivement alimente le courant réactionnaire dont les femmes sont les premières victimes
Réponse de le 24/10/2015 à 8:37 :
Vous qui n'êtes pas subjugué par le réalisme des propos de M O que vous qualifiez de bêtise (qui êtes vous donc pour porter un tel jugement de valeur?) et encore moins lobotomisé par les affirmations qui sont, ne vous en déplaise, parfaitement réalistes et véridiques. Vos conclusions d'un sectarisme extravagant sur le phénomène de l'attraction lunaire est un déni de réalité L' l’influence de la lune sue les êtres et la nature est scientifiquement prouvé. Votre inculture vous retient dans votre obscurantisme idéologique.
Réponse de le 24/10/2015 à 12:29 :
J’ai au moins le mérite apporter des éléments factuels face à vos affirmations si dogmatiques et religieuses Et d’y adjoindre la comparaison la plus pertinente qui soit : les marées… Il y a des règles en astronomie ! Un corps n'est pas un océan Et en science, une pareille correspondance s’appelle « pas de correspondance ». Le cycle lunaire et celui de la femme sont proches à 5 % près, ce qui n’a rien pour étonner et ne peut en aucun cas laisser penser que l’un influerait sur l’autre. On peut dire que la théorie catholique du genre est « un agencement conceptuel qui n’a rien à voir avec la science », « à peine une opinion ». Avec l’avancée de la sécularisation de la société, l’idée de différenciation sexuelle est désormais attribuée non plus à Dieu mais à la Nature. Ce glissement ainsi que l’émergence de la parole des médecins et des philosophes ouvre la voie aux théories « scientifiques » qui cherchent à décrire cette Nature et est utilisée pour penser la différence des sexes et essentialiser l’infériorité des femmes. Dès le Moyen Âge, le paradigme médical développé par Hippocrate domine la pensée médical et avec lui l’idée que le corps des femmes est gouverné par le froid et l’humide et que leur tempérament est par conséquent « flegmatique », instaurant l’idée d’un corps constamment rendu malade par les cycles menstruels et les grossesses, “engorgé de fluides qui doivent s’évacuer périodiquement La maladie typique des femmes « l’hystérie ». La conceptualisation de la différence sexuelle passe ainsi par le sain et le malsain : catégories médicales et politiques. La hiérarchie entre les sexes correspond donc à un rapport d’inégalité naturelle qui s’exprime par la santé
a écrit le 23/10/2015 à 14:29 :
Les intellectuels ont toujours été un succédané d'idéologie. Jeux de mots, piques et repiques, masturbations intellectuelles composent l'exercice quotidien. Il est somme toute créatif, c'est ce qui fait son accroche. Mais tout cela n'est rien sans un maître à penser car ils ne sont que les élèves. Ils se transforment alors en lobbyistes, espérant tirer quelques subsides ou avances gonflées sur publication erratique, comme plus certainement un statut hybride du servant qui se dit seigneur. Cette recherche de direction leur fait adopter toute indignité, au besoin ils l'installent lorsqu'elle n'est pas, car c'est dans le conflit qu'ils se révèlent. En fait ils ne sont qu'une distraction.
a écrit le 23/10/2015 à 10:11 :
La mode est à droite ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :