Portables interdits, uniformes : l'école, c'était mieux avant ?

 |   |  172  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, portables interdits, uniformes : l'école, c'était mieux avant ?

Le gouvernement parviendra-t-il à faire raccrocher les élèves ? Dimanche dernier, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a réaffirmé sa volonté d'interdire les téléphones portables dans les écoles et les collèges, à partir de septembre 2018. Une décision qui semble impossible à mettre en œuvre pour la plupart des associations d'élèves et des professeurs. Comment stocker les portables de centaines d'élèves ? Seront-ils également interdits dans la cour de récréation et les couloirs ? En parallèle, vingt députés ont proposé le port de l'uniforme pour « gommer les inégalités » et éviter « les tensions sociales ».

À l'heure où les méthodes d'éducation se tournent de plus en plus vers l'utilisation des écrans, n'est-ce pas une décision à rebours de notre époque ? L'uniforme a-t-il encore sa place dans nos écoles ?

Pour en débattre, nous recevons ce soir Louise Tourret, journaliste à France Culture et spécialiste de l'éducation, et le professeur de philosophie François-Xavier Bellamy, également adjoint au maire de Versailles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2017 à 9:54 :
"En parallèle, vingt députés ont proposé le port de l'uniforme pour « gommer les inégalités » et éviter « les tensions sociales »"

N'importe quoi, à l'ère de fb les gamins savent parfaitement lequel est issu de riches ou pas d'une part, d'autre part la carte scolaire n'existant plus, les bourgeois mettent tous leurs gosses dans les mêmes écoles dans lesquelles du coup tous les élèves sont bien loties.

Parallèlement dans le 93 tous les gamins des écoles sont des enfants de pauvres ou de classe moyenne et en plus ils devront porter l'uniforme.

C'est pas comme cela qu'on lutte contre les abus de la société de consommation, c'est en apprenant à l'école que un être ne se défini pas par ce qu'il a mais par ce qu'il est. Il y en a marre de prendre nos enfants pour des crétins, enseignons leur la pensée humaine et et l'opinion indépendante pour préparer enfin un monde guidé par une humanité éclairée.

Les enfants comprennent mieux Nietzsche que les adultes par exemple hein...
a écrit le 13/12/2017 à 8:25 :
Il semblerait qu'il n'y ait que 2 choix d'école en France : celle d'hier et l'éternelle post soixantuiharde qui ne répond guère aux problématiques contemporaines et l'un et l'autre s'enlisent dans la délivrance d'un savoir supérieur et indiscutable du maitre. On regarde régulièrement des modèles plus équilibrés, plus épanouissant, mais inlassablement, on fait des réformes pour mieux revenir en arrière… lassant, justement.
Réponse de le 13/12/2017 à 17:20 :
"Il semblerait qu'il n'y ait que 2 choix d'école en France : celle d'hier et l'éternelle post soixantuiharde "

On peut noter que les soixante-huitards qui ont trusté tous les postes à responsabilité que ce soit les boites privés ou le public depuis des lustres ont été éduqués par l'école d'hier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :