Pour l'Europe, la croissance est une malédiction !

 |   |  918  mots
(Crédits : DR)
Le retour de la croissance va empêcher de finaliser l'Union européenne, politique et budgétaire. Par Michel Santi, économiste*

Inspirons nous, à cet égard, du contre exemple britannique ayant, contre toutes attentes, vu la ré élection de Cameron. Ayant imposé à ses concitoyens et à son économie une rigueur impitoyable, celui-ci n'a pu être réélu qu'à la faveur d'une pause dans cette austérité ayant autorisé un rétablissement in extremis de la croissance et, ce, quelques mois avant les élections ! Eu égard aux fondamentaux déprimés de l'économie britannique, il y a fort à parier - et hélas à craindre - que le reprise de l'austérité, par un gouvernement qui se complaira désormais dans un conservatisme forcené, contribuera à achever de décimer la classe moyenne de ce pays.

De la croissance... pour de mauvaises raisons

Mais ne nous réjouissons pas trop de ce déclin britannique car nos propres dirigeants continentaux en Europe adoptent une attitude similaire. En effet, chez nous aussi la croissance repart, mais pour les mauvaises raisons. Pourquoi la climat de confiance s'améliore-t-il ? Et qu'est-ce qui permet à la Commission Européenne de prévoir une croissance de l'Union de l'ordre de 1.3% cette année ? Ce n'est assurément pas les réformes vitales qui tirent l'Europe de sa stagnation...car l'Europe n'est - après plus de cinq ans de crise aigüe - toujours pas une Union digne de ce nom.

Ces lueurs d'espoir sont effectivement redevables à l'activisme de la Banque Centrale Européenne et à son programme courageux de baisses de taux quantitatives ayant enfin envoyé aux acteurs de l'économie un signal clair attestant qu'une institution européenne - fût-elle non élue! - se préoccupait quand même de leur sort. L'effet collatéral de ces « QE » étant l'amélioration de la compétitivité de nos produits par baisse de l'euro interposée. Pour autant, ne nous réjouissons pas trop vite car, outre sa progression récente sur le marché des changes, la chute de l'euro ne déploiera des effets concrets que sur le long terme.

Un pause dans l'austérité budgétaire

L'exemple japonais - tant sur le plan des « QE » que pour la chute du Yen- indique clairement que les retombées favorables d'une dépréciation de la monnaie nationale ne sont répercutées sur l'économie qu'au bout de deux ans. En réalité, l'embellie de la conjoncture, comme le rétablissement du moral des consommateurs et des investisseurs, proviennent de la pause dans l'austérité budgétaire et dans la mise en veilleuse de la consolidation fiscale de nos États. Ce n'est donc pas la chute de l'euro que l'on doit remercier pour les performances économiques positives actuelles.

C'est l'amoindrissement des intolérables pressions exercées sur nos citoyens - ruinés par l'augmentation des impôts, désemparés par l'accélération du chômage et abasourdis par la diminution des dépenses publiques - qui autorise aujourd'hui un rétablissement mécanique de la barre économique. Voilà précisément pourquoi la reprise est une très mauvaise nouvelle pour l'Europe, condamnée dès lors à se complaire dans sa torpeur, qui ressentira à l'évidence nettement moins l'urgence de modifier en profondeur et sa posture autodestructrice et l'adoption de mesures qui lui sont pourtant vitales.

Finaliser l'union économique

L'Union n'a effectivement plus aucun motif de se montrer clémente, ni même compréhensive, envers la Grèce à présent qu'elle renoue avec la croissance. Désormais sous une pression moindre de la part de leurs concitoyens respectifs soulagés par un allègement de l'austérité, les dirigeants de l'Union ont jusque là fait preuve d'un tel manque de clairvoyance que leur posture vis-à-vis de la Grèce est désormais susceptible de se montrer sans concession. La conséquence étant une sortie grecque de l'Union aux effets désastreux et pour l'économie mondiale et pour le projet humaniste européen. Sans même évoquer l'Union politique et budgétaire qui serait naturellement remise aux calendes...grecques à la faveur de l'accalmie de la tempête économique et financière.
Quand et comment comprendront-ils - nos dirigeants actuels - que notre continent sera nécessairement exposé à d'autres crises dont il ne se tirera que si et grâce à la finalisation d'une Union en bonne et due forme ?

Draghi contraint d'agir pour contrer l'austérité

S'il y a un enseignement à tirer des élections britanniques, il est que la conjoncture économique et que le moral de ses acteurs s'améliorent six à neuf mois après la mise entre parenthèse de la rigueur budgétaire. Pour autant, à l'instar de Cameron qui ne fléchira pas et qui intensifiera inévitablement la pression sur les 99% à présent qu'il a été réélu, les austériens européens s'attribuent déjà le mérite de la reprise de la croissance actuelle. Ils ne comprennent décidément pas que c'est leur consolidation fiscale débile qui a contraint Mario Draghi à mettre en place son programme de baisses de taux quantitatives. Exactement comme ils refuseront l'instauration d'une authentique solidarité européenne sous le prétexte fallacieux, et intellectuellement malhonnête, que c'est leur austérité qui a relancé la croissance.

  Michel Santi est macro économiste et spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience" et "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique".

Vient de publier "Misère et opulence", préface rédigée par Romaric Godin.

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2015 à 11:35 :
La croissance modifie l'échelle des pouvoirs, l'ordre établi et donne l'initiative aux entrepreneurs. Notre gouvernement qui protége son système de privilèges dont bénéficient les élus, l'administration, les retraités nantis en premier lieu, puis tous les corps intermédiaires, syndicats et autres, n'en veut pas. Alors l'austérité et la codépendance aux dépenses publiques "imposées" par l'Europe sont les bienvenus.
a écrit le 18/05/2015 à 17:01 :
...nos citoyens "abasourdis par la réduction des dépenses publiques"...
Monsieur Santi, votre ambulance est arrivée, soyez gentil et évitez de vous débattre...la dernière fois vous vous preniez pour Napoléon et vous aviez frappé un infirmier que vous preniez pour Nelson...
a écrit le 18/05/2015 à 15:05 :
Le principe de la construction est de la faire a l'envers pour obliger tout les protagonistes a s'unir sur le moins disant social mais si la croissance revient chacun poursuivra sa route pour son propre compte!
a écrit le 18/05/2015 à 11:24 :
La France a enregistré un rebond de sa croissance au premier trimestre 2015.
.
Il faut arreter de se payer la tête des français ... Il n'y a pas eu de croissance réelle ... Dans les 0.6% il y a 0.5% de reconstitution des stocks, certes la consommation a légérement évolué mais l'investissement est encore dans le négatif (et c'est les emplois en moins de demain).
.
Par ailleurs, quand on reprend le document de l'INSEE (tabpr151.pdf) alors en additionnant tous les montants contribuant au PIB du 1er trimestre 2015 alors on voit qu'il manque 2.3 milliards ... Ces 2.3 milliards correspondent à l'estimation de la part du PIB issu de la drogue - prostitution - fraude. Ils auraient pu mettre 5 milliards ou 1 seulement ...
.
Les experts que vous citez, en particulier celui de chez Saxo, me semblent pas très au fait de ce qu'il se passe, sinon ils auraient précisé que le Baltic Dry Index est à son plus bas depuis 1980 …
.
Je me permettrai ensuite de rappeler à M. Santi les prévisions du projet de loi de finances 2013 (programmation des finances publiques 2012-2017) : croissance prévue du PIB en % 2012 = 0,3% 2013 = 0,8% 2014 = 2% 2015 = 2%. 2016 = 2% 2017 = 2% !!! jugez-en par vous même.
.
Le Baltic Dry Index est l'indicateur de référence pour le commerce international. Hors, depuis 2014, cet indice ne cesse de s'effrondrer, et bat chaque 2 ou 3 mois un plus bas ... Si le commerce freine des 4 fers alors pas besoin de faire de grandes études pour comprendre la situation actuelle .
Réponse de le 18/05/2015 à 13:36 :
Excellente analyse, d'une lucidité de 800 watts, c'est exactement cela, bravo!
a écrit le 18/05/2015 à 11:21 :
Monsieur Sapin pense à tord que sa politique économique a quelque chose à voir avec la timide reprise actuelle. Tout le monde sait qu'elle est due à des facteurs exogènes sur lesquels le gouvernement n'a aucune prise. Baisse du pétrole, de l'euro par exemple.
Au contraire, les socialistes sont responsables du chômage en ne voulant pas réformer en profondeur notre législation sociale et notre fiscalité paralysante et confiscatoire.
a écrit le 18/05/2015 à 11:00 :
Stop! Les bons résultats de l'Allemagne et du RU en termes économiques et surtout au niveau du chômage ( ces deux pays connaissent quasiment une situation de plein emploi), ont complètement démenti les prédictions de Mr Santi qui se trouvent obligé de faire une pirouette digne d'un énarque du PS. Comment peut-on parler de déclin de la part de pays qui affichent de tels résultats? Et si ces pays sont en déclin comment peut-on qualifier notre propre situation?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :