Quel futur pour Air France après le Covid-19 ?

 |   |  783  mots
(Crédits : Charles Platiau)
OPINION. Après l'annonce de Bruno Le Maire d'interdire les vols intérieurs dès lors qu'une alternative ferroviaire existe en moins de 2h30 (hors vols vers hubs), (*) Gilles Bordes-Pagès, ancien directeur du développement d'Air France (1996-2009 et ancien directeur des relations stratégiques d'Air France (2009-2014) réagit à cette annonce.

Michel Houellebecq a semble-t-il déclaré que l'après covid ne changerait rien : ce serait pareil qu'avant mais en pire...Cette prédiction risque de se vérifier très vite quand on observe les mesures prises pour « aider » Air France. A savoir une garantie à 90 % par l'état des prêts que contracterait Air France pour un montant maximal de 4 milliards d'euros et pour une durée de 12 mois (avec possibilité de deux extensions d'un an) ainsi que l'octroi d'un prêt de l'état actionnaire de 3 milliards d'euros pour une durée de quatre ans (avec là aussi deux possibilités d'extension d'un an). En échange de cette autorisation donnée à Air France d'emprunter pour partie sur le marché et pour l'autre partie auprès de son actionnaire, Air France devrait, selon le ministre des finances, renoncer à transporter en France des passagers là où le train le permet en moins de 2h30.

Le risque d'un coup de grâce

Cette exigence qui conditionne l'autorisation de s'endetter pour Air France risque de se transformer en coup de grâce si elle ne s'accompagne pas d'autres mesures de régulation s'adressant à l'ensemble du secteur. Si l'on voulait que l'après covid soit mieux que l'avantil ne faudrait pas demander à Air France d'arrêter son activité domestique sans l'interdire aussi aux autres compagnies. L'écologie n'y gagnerait rien, mais Air France serait affaiblie au seul profit des compagnies européennes qui ont le libre droit de s'installer sur n'importe quelle ligne européenne, donc sur n'importe quelle ligne domestique.

Remplacer l'avion par le train pour les pré acheminements est illusoire

Si l'on voulait que l'après covid soit mieux que l'avant, il ne suffirait pas de façon utopique de croire que le train pourrait remplacer l'avion. lmaginer que l'intermodal (rail-air) permettrait de se substituer au pré acheminement aérien est illusoire car, durant les trente dernières années, tout a été fait par la SNCF pour rendre l'intermodal ni pratique, ni compétitif. Orly n'est desservi que par la gare de Massy sans autre connexion que le taxi ou le bus, et la très mauvaise desserte ferroviaire de Roissy (faibles fréquences, horaires inadaptés et nombre de quais insuffisant) ainsi que la lenteur du contournement de Paris disqualifient le pré acheminement vers Roissy par le TGV tant il s'avère inefficace, long et mal commode pour ceux qui voyagent avec des bagages.

Il reste que les flux de trafic domestique de point à point contribuent à l'équilibre économique de l'ensemble. Y renoncer sur CDG modifiera fortement le modèle actuel ce qui ne sera pas sans conséquences. Quant à Orly dont l'essentiel des flux est du point à point, l'intention du gouvernement serait-elle de ne pas rouvrir cette plate-forme ?

Si l'on voulait que l'après covid soit mieux que l'avanton prendrait la mesure de ce qui est utile versus futile.

"Comment peut-on promouvoir des tarifs à 1 euro?"

Qui ne se souvient pas de ces publicités pour les compagnies low cost dans les couloirs du métro où l'on mettait en balance un vol vers n'importe quelle destination soleil en Europe avec une place de cinéma ? A qui peut-on faire croire qu'un business model qui propose des vols moins chers qu'un masque FFP2 est un modèle sain ?

Comment imaginer qu'on puisse continuer à promouvoir des tarifs irréalistes à 1 euro (oui 1 euro !) de ces compagnies qui font payer le billet non par le passager mais par l'argent public des subventions qui leur sont offertes tandis qu'on exigera d'Air France de rembourser ses prêts en lui ayant rogné les ailes... mais pas les charges ? Comment ne pas creuser des fossés et des fractures sociales quand dans certains pays les taxes pèsent 12 % versus plus de 50 % pour d'autres pays au sein d'une même Europe ?

Comment continuer à subventionner les ouvertures de lignes via les départements ou les régions par des compagnies qui ne cotisent même pas en France et qui ont bâti l'essentiel de leur réussite sur le contournement des lois sociales élémentaires ? Avec plus de 100 aéroports susceptibles d'accueillir les compagnies low cost, ces dernières font monter les enchères entre les aéroports et c'est celui qui donnera le plus de subventions qui obtiendra l'ouverture de ligne dont les élus se féliciteront.

Je ne peux me résigner à croire qu'un état responsable n'envisage pas un après covid différent et propose un prêt assorti de conditions sans envisager une régulation sérieuse et équitable du secteur. Faute de cette régulation, l'après covid sera pire que l'avant et Air France continuera la course avec des semelles de plomb.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2020 à 13:42 :
Excellent article de Gilles Borde Pages qui, mieux que quiconque, connaît parfaitement son sujet. Pourquoi à nouveau contraindre Air France face à la concurrence féroce modale et inter modale ?

Si AF se désengage du domestique, d.autres compagnies , moins performantes écologiquement prendra sa place. Où est la logique ?
Réponse de le 10/05/2020 à 14:26 :
Je ne pense pas que d’autres compagnies remplacent AF.
À mon avis ce n’est pas un hasard si easyJet, par exemple, ne propose pas de vols Bordeaux Paris aujourd’hui. Elle n’en proposait pas non plus à l’époque où le TGV mettait 3h (1h de plus qu’aujourd’hui). Alors que par exemple easyJet propose des Bordeaux Lyon en concurrence avec Air France. Je pense qu’il y a un verrouillage des lignes vers Paris et que donc Air France ne sera pas remplacée.
Quand aux autres compagnies, je ne vois pas pourquoi elles seraient moins performantes écologiquement ! EasyJet exploite des A320 et A321neo contrairement à Air France. Et il n’est pas question chez eux d’introduire une classe business sur le moyen courier comme chez AF. Or les voyages des passagers des classes business polluent plus !
a écrit le 10/05/2020 à 11:51 :
Il semble qu’en haut de l’Etat jacobin, on n’ait pas encore bien compris le sabotage du transport aérien français.
Une bride de plus (totalement contraire aux règles européennes) pour Air France ? Croyez-vous que les compagnies étrangères vont s’encombrer de ces considérations démago-écologiques ?
La SNCF reçoit annuellement plus de 12 Milliards d’Euros (régime de retraite, RFF, etc.) sans qu’il soit question de remboursement.
Belle distorsion de concurrence, pour faire payer le TGV (nucléaire !) par les contribuables...
a écrit le 07/05/2020 à 10:38 :
"Comment imaginer qu'on puisse continuer à promouvoir des tarifs irréalistes à 1 euro"

Facile grâce à l'argent public, c'est que vous savez nos dragons célestes ils y tiennent tellement à leurs gros navions hein...

D'ailleurs en UE on les fait voler vide rien que pour leur faire plaisir !
a écrit le 06/05/2020 à 21:03 :
L'inter-modal (rail-air) ! Quelle blague !!!
Dans les années 70 la SNCF planifait la ligne TGV de Paris à Lille, qui devait traverser le terrain de CDG. Aéroports de Paris et Air France ont demandé qu'une gare soit construite dans cette traversée. La SNCF a donné son accord, mais pour une gare au milieu du terrain, en plein champ. Pour rejoindre les deux aérogares (1 et 2 en développement) le passager devait prendre un autobus. Bravo pour la coordination.
Aéroport de Paris et Air France ont dû négocier pendant de mois avec la SNCF (qui en plus exigeait des sommes totalement disproportionnées) pour faire construie la gare ferroviaire sur le terrain qui était libre à l'époque et où ont été construits, ensuite, les terminaux 2F et 2G.
Inter-modal rail-air ??? Depuis combien de dizaines d'années bavasse-t-on sur CDG Express? Si vous ne voulez pas attendre encore 10 ou 20 ans allez voir ce qui A été fait à Heatrow, Francfort, Zurich, etc. depuis 20 ans voire bien plus.
a écrit le 06/05/2020 à 20:15 :
Qu’ils soient ministre des finances, de l’écologie, des transports ou tout autre, les politiciens, depuis qu’ils ont passé l’âge du train électrique, adorent faire joujou avec les gros Navions.
Mieux que tout le monde ils savent ce que la compagnie aérienne doit desservir ou pas. Cela date d’il y a des dizaines et des dizaines d’années. Monsieur Christian Blanc avait calmé le jeu dans ce domaine. Maintenant, ça repart comme en 14.

Faire des vols province / Paris uniquement avec le trafic de correspondance ?

Pour être rentable un vol doit être chargé, quelque soit la taille de l’avion. Pour être chargé il faut trouver des clientèles très variées à commencer par le point à point et le trafic de correspondance. Il s’y ajoute de nombreux autres trafics, individuellement en petit nombre, mais indispensables pour atteindre le seuil de rentabilité. Tout ceci fluctuant considérablement selon la saison, les jours de la semaine, etc.
Effectuer des vols uniquement pour le trafic de correspondance est une ineptie totale à s’arracher les cheveux. C'est creuser la tombe d'Air France.
Pendant ce temps les petits camarades britanniques, allemands, espagnols, etc. feront des vols sur une vingtaine de villes de province pour alimenter leur hub à Londres, Francfort, Madrid, etc. Et je ne parle pas de nos meilleurs amis, les Bataves.

Une question au ministre des finances : l’État va aider Renault; en contrepartie, va-t-on exiger que les usines de Tanger, Roumanie, etc. soit relocalisées en France ?
a écrit le 06/05/2020 à 19:27 :
M Bordes Pages était aux commandes du développement d’Air France et a été dans le déni de la montée en puissance des low cost. Un visionnaire qui nous fait la leçon. Il fallait oser
Réponse de le 06/05/2020 à 22:31 :
Absolument !
Rien qu'à la lecture de son titre , c'est clairement l'emploi fictif par excellence .
Directeur des relations stratégiques d'AF , non mais c'est à mourrir de rires...
Le truc qui veut rien dire , il s'est passé quoi de 2009 à 2014 chez AF. Des pertes et des grèves.
Et un RH dénudé de sa chemise, arrachée par des salariés.
Découpé et jeté vos membres card.!
a écrit le 06/05/2020 à 19:06 :
Quand est ce que les grands penseurs vont arrêter de croire que le Hub parisien a encore de l'avenir ?? Passer par Paris pour les "provinciaux" reste un cauchemar; c'est pour cela que les compagnies low-cost se sont tant développées ! De plus, prendre le train au lieu de l'avion est encore une vue typiquement parisienne, puisque tout le réseau ferroviaire n'est centré que sur Paris ! Peut-on rentrer au 21ème siècle svp, et arrêter de penser centralisation, il vaudrait mieux se recentrer sur des capitales régionales.
a écrit le 06/05/2020 à 17:04 :
Il aurait fallu que le gouvernement laisse la compagnie en faillite,
licencie tout son personnel, vende tous ses actifs.
Et repartir avec une nouvelle compagnie sur des bases plus saines .
"Si jamais vous vous retrouvez dans un bateau qui coule, l'énergie pour changer de bateau est plus productive que l'énergie pour colmater les trous." Warren Buffet
a écrit le 06/05/2020 à 16:26 :
Entre Rennes et CDG je préfère Air-France....même plus cher que la SNCF mais au moins on est sur d'arriver.
a écrit le 06/05/2020 à 16:17 :
Quel futur? Il y a déjà longtemps que les Punk ont répondu à la question : "No Future". Après, chacun se débrouille.
a écrit le 06/05/2020 à 15:44 :
Ayant travaille 16 ans au centre d'instruction d’air france ,j'ai pu voir le gâchis
dans tous les domaines,aussi bien techniques,qu' aériens, des presidents nommés par le fait du prince,mais n'ayant AUCUNE competence;peu ou pas de veritable responsables à tous les niveaux,chacun faisant sa petite soupe dans son coin ,
Les syndicats ouvriers démagogiques,et les syndicats de navigants imbus et totalitaires,aucun pdg n'a résiste à leurs actions .si l’état n'avait pas toujours mis la main à la la poche Air france aurait subis le meme sort que les autres grandes compagnies privées
Réponse de le 06/05/2020 à 16:23 :
Faux : la dernière fois que l’état a mis la main à la poche c’était en 1995 soit 25 ans !

Dans le cas présent l’état ne fait que partager un risque , il se porte garant de prêts et prête lui même en tant qu’actionnaire .

Il compte bien être remboursé , et il le sera d’une façon ou d’une autre si le trafic ne met pas 5 ans à revenir à ce qu’il était en 2019 ( ce qui n’est pas absolument impossible...)
a écrit le 06/05/2020 à 13:32 :
Décision honteuse du Gouvernement. S'il décide de faire interdire les vols court courrier sur le territoire, qu'il le fasse pour toutes les compagnies. S'il décide de demander une contrepartie à AF pour son prêt garantie, qu'il demande des gages de productivité et de rentabilité pour assurer la capacité de remboursement. Mais cela n'a aucun sens de prêter de l'argent à une compagnie, tout en la rendant moins compétitive face à ses concurrents. C'est juste idiot. Et je ne parle même pas du fait que les passagers vont se retrouver dépendant d'une SNCF déficiente pour leurs trajets au pays.
Réponse de le 06/05/2020 à 16:46 :
Je suis tout à fait d'accord ! Pourquoi prêter a cette Cie et leur ôter les vols court courrier ? C'est une idéologie purement de gauche, et on voit l'influence une fois de plus de la franc-maçonnerie !
Réponse de le 06/05/2020 à 16:55 :
Souvenez vous ....

La chaîne A380 menace de fermer : pas de problème , on échange une promesse de commandes par EK contre des slots en France .
En clair , on dégrade la position commerciale d’Air France contre des commandes chez Airbus . AIr France a-t-elle été dédommagé de ce troc en sa défaveur . Jamais. Les A380 ont ils été confirmés ? Jamais . La chaîne de production va fermer l’année prochaine.

Dassault ne parviens pas à vendre de rafales ? On arrive finalement à en vendre au Quatar qui obtient en contrepartie des slots pour Quatar Airways en France . Là encore on dégrade la position d’Air France au profit de Dassault . Pas plus de dédommagement ....

On alourdit systématiquement la fiscalité et les redevances à Paris pour embellir les résultats d’ADP pour mieux la vendre avec sa double caisse à Vinci ( à qui on doit des sous pour nddl ne l’oublions pas...).

AF paye , et ce depuis des décennies .

Air France a renfloué Airbus, Dassault, l’état etc etc...

Les vols intérieurs pour Bordeaux, Nantes et Lyon doivent s’arrêter mais on peut maintenir l’alimentation des Hubs . Ok . Cela veut dire qu’un vol lys Cdg est licite mais ne pourra embarquer que des passagers en correspondance? Évidemment il restera des sièges vides que l’on ne pourra pas remplir avec des passagers souhaitant se rendre à Paris. On les adressera vers la sncf et le vol partira avec des sièges vides. Dément.

Alors que l’état annonce encore n’importe quoi au sujet d’Air France n’étonne plus personne.

La seule question :que fera-t-il réellement ?
a écrit le 06/05/2020 à 12:18 :
Le gouvernement en place est très prompt pour verbaliser les gens au moindre "écart" même minime. Par contre, quand il s'agit de faire respecter le droit des consommateurs notamment en matière de remboursement de billets d'avion annulés, on l'entend beaucoup moins. A bon entendeur.
a écrit le 06/05/2020 à 11:04 :
Papier clairement partisan. La gabegie AF n'a que trop duré, le Français ne veulent plus payer pour ces nantis, au même titre que la SNCF, RATP et tout ça pour quoi ? Reprendre des grèves et mettre en péril par ricochet nos commercants et artisants. Le syndicat de pilotes de Lufthansa s'est dit prêt à baisser les salaires de moitié pour aider la compagnie, le SNPL ? Certainement vont-ils annoncer un enième préavis de grève parce que les pauvres sont trop mal payés. O'Leary le patron de Ryannair a raison de vouloir aller en justice contre ces aides d'Etats exclusivement au bénéfice des compagnies nationales mal gérés, gangrénés par des syndicats d'un autre age et pompe à fric du contribuable. Qu'on redirige cet argent pour les hôpitaux.
Réponse de le 06/05/2020 à 14:46 :
Les pilotes d’Air France renoncent à environ 35% de leur salaire depuis le début de la crise du Covid et probablement pendant encore plusieurs mois vu les difficultés du transport aérien.
Pourriez-vous nous dire, vous qui êtes prompt à critiquer sans savoir, quel est le niveau de votre baisse de rémunération si vous travaillez dans le secteur privé ??
Réponse de le 06/05/2020 à 15:07 :
Quitte à être d'un autre age je préfère quand même être du côté des syndicats plutôt que des patrons comme ce O'Leary qui rêve et se comporte comme au XIXème siècle. Il y a des gens comme vous qui ne se conçoive que de leur strict point de vue de consommateur: c'est grâce à eux que subsistent le travail des enfants et la surexploitation...
Réponse de le 06/05/2020 à 17:12 :
Le syndicat des pilotes de Lufthansa est le recordman toute catégories des grèves en Europe . Très très loin devant le Snpl .
Cette pub pour leur réduction de salaire tient à la structure de leur rémunération . Ils ne sont pas payés à la tâche mais au mois . En France pas de travail pas de salaire jusqu’à un minimum , en Allemagne rien de tout ça . Il fallait donc réagir et vite . En France nul besoin , si la crise ne dure pas trop .Si elle dure , il va falloir être créatifs.

AS , votre commentaire est gangrené par la méconnaissance du sujet . Il ne tient pas compte des évolutions aussi récentes que radicales . AF n’est plus dirigée par des énarques incompétents mais par des professionnels du secteur .... Ça change tout .

PS. Que faites vous maintenant , vous ou votre entreprise, pour les hôpitaux et ceux qui luttent en leur sein ?
a écrit le 06/05/2020 à 9:34 :
M.H. a tout a fait raison de dire tout haut ce que d'aucuns pensent tout bas, Ce sera pire après. Mais il est vrai que les voyages intérieurs en zinc durent souvent moins d'une heure hors rendu à l'aéroport avec les embouteillages et l'empreinte carbone qui va avec.
a écrit le 06/05/2020 à 9:21 :
Cette question, très bien traitée dans cet article, n'est pas différente de nombre de nos problèmes: il va falloir démonter, déboulonner, toute une série de mesures avant de pouvoir remettre un peu de logique, de cohérence, et de vista dans le système. Mais le problème est qu'il vaut mieux, avant de s'attaquer à un chantier pharaonique, avoir deux éléments essentiels: des moyens (nous distribuons n'importe comment le peu de moyens publiques que nous pouvons mobiliser..), et des équipes performantes (et cette crise du COVID est démonstrative à ce sujet: une catastrophe, des administrations obèses, chères, mais surtout d'une inefficacité qui nous renvoie des siècles en arrière, et malheureusement très en retrait de nos concurrents). Et eu surplus, il va falloir répondre à l'urgence: alors mon camarade Houellebecq a raison: "pareil qu'avant mais en pire"...
a écrit le 06/05/2020 à 8:36 :
Air France crée des milliers d'emplois en France ce qui n' est pas le cas de la plupart des compagnies qui déservent notre pays.
Elle est privée et ne coûte pas grand chose par rapport au milliard de taxes et impôt qu' elle paye chaque année à ADP et aux organismes sociaux français.
Par ailleurs si on trouve qu'un employé Air France ou une de ses filiales gagnent trop par rapport à un salarié d' un pays lointain, nous pourrions nous poser la même question pour nous-mêmes.
Je suis sur que nous trouverions beaucoup d'arguments pour justifier cette différence de coût...
a écrit le 06/05/2020 à 4:13 :
Voilà un article qui fera plaisir personnel navigant air France pour qu'ils puissent conserver leurs avantages sur le dos du contribuable français.
Stop aux chèques sans contrepartie surtout à une compagnie moribonde.
Réponse de le 06/05/2020 à 6:45 :
Mais qu’est ce que vous ne comprenez pas dans Air France est une boîte PRIVÉE ?
Ou encore dans la différence entre aide et prêt.
Air France n’a fait qu’enrichir la France depuis 25 ans. Sa dernière aide date de 1993 et elle a été remboursée rapidement.
Depuis elle ne fait que payer des charges, des taxes et des impôts comme toute boîte française.
Air France NE COÛTE RIEN au contribuable français, c’est tout le contraire.
Votre haine vous aveugle.
Et votre mauvaise foi est affligeante...
Réponse de le 06/05/2020 à 17:00 :
Fred faut arreter de nous prendre pour des andouilles.

AF ne remboursera pas et la France va monter au capital.

En tant que contribuable, non je ne suis pas d'accord pour dépenser autant de fric pour une compagnie aérienne moribonde.
a écrit le 06/05/2020 à 3:11 :
Pour moi, la solution sera simple : si les vols pour CDG depuis LYS ne sont plus abordables, voire s'ils sont supprimés, je me tournerai vers Schiphol pour mes correspondances... pour un pré-acheminement long courrier, pas question pour moi de me trimballer dans Paris avec mes bagages !
a écrit le 06/05/2020 à 0:17 :
Quand pourra-t-on élever le débat en France ? C'est vraiment pénible. Dans le privé, les groupes sérieux et bien gérés, ont presque toujours dans leur direction financière un service analyse des coûts et surtout du rapport bénéfice/coût de toutes les fonctions qui composent l'entreprise. Pragmatisme et rentabilité.
point 1: Pourquoi ADP qui est la base d'AF, est une des plateformes la plus chère au monde ?
point 2: Dans les verrières de Roissy (yc le siège AF) est-ce que chaque fonction à son utilité et sa rentabilité. La spécialité des entreprises publiques c'est d'avoir des nids à fonctions fictives et ce n'est pas une spécialité française.
point 3: Que fait un aéroport régional avec les compagnies low cost, on transforme de l'argent public (subventions) en argent privé (propriétaires des low cost) et qui souvent est dans un paradis fiscal. Cette opération est une évasion de capitaux publiques dans des paradis fiscaux. Que fait Bercy à ce sujet ?
point 4 : Un moyen de transport quel qu'il soit, n'est rentable que quand environ 80 % des sièges sont vendus. Personne ne France n'est capable d'analyser cette rentabilité chez SNCF et AF pour les déplacements en France et décider où il y aura des avions et des trains TGV. En déduire les investissement nécessaires et éviter les querelles de clocher.
point 4: voyages internationaux par AF, dans ce monde, il suffit d'ouvrir les yeux, les entreprises qui ont basé leur stratégie sur des produits et services de très haute qualité pour se différencier des concurrents, se portent bien voire très bien. Pourquoi AF doit-il s'aligner sur la médiocrité ? Une entreprise n'est pas un service social.
point 5: pour AF une bonne communication bien ciblée sur la sécurité de son transport aérien, aura un effet certain sur le remplissage des avions à l'international.
point 6: Cette pandémie nous montre un sujet que tout le monde passe sous silence, mais qui est important, quand vous dépendez d'une compagnie étrangère pour vous ramener chez vous alors que vous êtes confinés dans hôtel à plus de 10 000 km, croyez-moi vous ne serai jamais prioritaire.
Conclusion: avant de parler du salaire des pilotes et des hôtesses, il y a beaucoup de points à analyser. Il faut le vouloir, l'organiser et le réaliser. Il y a des gens très compétents pour le faire.
Réponse de le 06/05/2020 à 6:33 :
NON ! Air France n'organise AUCUN vol de rapatriement !

Au contraire, Air France abuse de la pandémie de Covid19 pour augmenter ses tarifs et "bourrer" ses avions faisant fi de la distanciation sociale !

Par exemple, depuis l'Île Maurice, Air France a affrété UN seul vol vers Paris CDG ( sans possibilité de poursuivre le voyage) depuis le ...20 mars 2020. Le prix des billets aller simple était Supérieur à 1.250,00 € ( le double du prix).

Le vol affrété de La Réunion vers Paris CDG, a été détourné par Madagascar pour "faire le plein de l'avion"

Conclusion : Cette compagnie " nationale " qui est un gouffre financier et une mine d'emplois fictif est incivique et abusé de son monopole.

Triste que le gouvernement ait déjà promis de couvrir des emprunts et prêter des milliards !

Quant on ne respecte pas ses engagements, quand le profit passe avant le service, avant la sécurité des passagers, on.ne peut pas affirmer que on dessert les régions, que on rapatrie les nationaux !

La meilleure solution est de précipiter la faillite de AF !

Et de fixer un cadre strict pour les candidats à l'obtention de son ancien monopole !

Jean-Marc
Bloqué à Maurice a cause des tarifs usuriers pratiqués par AF, à cause du refus de AF d'acheminer les voyageurs ( PS pas en TGV) au-delà de Paris CDG !
Réponse de le 06/05/2020 à 17:37 :
Très cher abandonné , 200 000 français et plus ont pu rejoindre le territoire national grâce à Air France . Voulez vous des numéro de vols / dates / type avion ?

Le coût ? Eh oui , venir chercher des gens comme vous bloqués à l’île Maurice impose d’amener un avion vide , pour cause de fermeture des frontières. 23 heures de vol , 150 tonnes de carburant , pour vous . Donc forcément le prix est plus que doublé .... réfléchissez .
Distanciation sociale ? C’est à dire , un passager sur deux ? Le prix est encore doublé ... 300 tonnes de kérosène....

Les vols de rapatriement sont ordonnés par le gouvernement . Une cellule , en coordination avec les ambassades s’est chargée de recenser les besoins et a affrété des vols , pas uniquement AF..

Les vols prévus ont étés annulés en raison de la fermeture des frontières de l’état Mauricien , mais les faibles d’esprit préfèrent calomnier ce qui leur tombe sous la main avec des arguments digne d’un café du commerce.

Eh oui l’île Maurice c’est loin , dans la vie tout peut arriver . On doit tous y faire face et faire de vrai choix ...sans pleurnicher , Jean Marc...
a écrit le 05/05/2020 à 23:31 :
Je ne prends plus l'avion depuis 15 ans, pour une raison " écologique".
Cependant, cette décision m'a conduit à regarder de plus près toute la chaîne "aérienne".
Force est de constater que depuis la construction des avions, les infrastructures nécessaires à leur exploitation, les dégâts causés par le tourisme de masse, la composante écologique par la pollution des propulseurs, c'est Epsilon !
Pour faire "voyager" des centaines de millions de personnes à travers le Monde, nous gaspillons une énergie phénoménale, une débauche de moyens, une gabegie de ressources qui pourraient être mieux employés, plus utiles.... dans d'autres secteurs.
Réponse de le 06/05/2020 à 10:37 :
Avec cette affaire AF, on se trompe de cible.
On déplace le problème du carburant fossile consommé vers l'interdiction de se déplacer en avion...
Avec le même raisonnement, il vaut mieux interdire tout de suite la voiture et les camions, sans compter le chauffage fuel ou gaz.
La vraie question est de produire du carburant non fossile, ce qui est tout à fait physiquement concevable (bio kérozène à partir de CO2 et de H2O), mais très couteux aujourd'hui.
Traitons les causes, pas les symptômes...
Réponse de le 06/05/2020 à 10:49 :
Si on applique les mêmes observations à la voiture par exemple, on pourrait aussi conclure que l'on n'a pas besoin de voitures. Doit-on retourner au 18ème siècle?
a écrit le 05/05/2020 à 22:48 :
La seule contrepartie était de remettre à plat avantages salaires et temps de travail des salariés sinon mise en faillite et nouvelle compagnie avec nouvelles embauches !
Réponse de le 06/05/2020 à 6:28 :
ET de fixer des obligations de ...services !

Du genre : Obligation de rapatriement des voyageurs, sans majoration de prix, ET jusqu'à leur destination initiale de retour
Réponse de le 06/05/2020 à 6:34 :
ET de fixer des obligations de ...services !

Du genre : Obligation de rapatriement des voyageurs, sans majoration de prix, ET jusqu'à leur destination initiale de retour
Réponse de le 06/05/2020 à 6:55 :
Développez car vous avez l’air d’en connaître un rayon.
Les salaires ? Plus faible que KLM et Lufthansa...
Les heures de vol ? Équivalente aux autres compagnies, voire aux les limites légales. Mais comme les navigants sont payés à l’heure de vol chez AF, on s’en fout un peu...
Les avantages ? Sans doute les fameux billets gratuits, la aussi il y a de quoi en écrire des pages, il est parfois plus avantageux de payer son billet plein tarif que prendre un billet « gratuit »...
Donc avant de tout fermer et de virer tout le monde, on va peut être devoir pousser la réflexion un peu plus loin...
Réponse de le 06/05/2020 à 7:27 :
La création d'une nouvelle compagnie est nécessaire et c'est une opportunité d'aligner les coûts de l'entreprise et salaires compris sur la concurrence dans cette nouvelle entité.
Réponse de le 06/05/2020 à 12:13 :
Temps de travail, salaires, avantages des employés.... Vos commentaires ne semblent être guides que par la jalousie.
Réponse de le 09/05/2020 à 18:50 :
La crise d'air france est multiplee par rapport aux compagnies privées
mais on paye 40 ans de démagogie ,abaissement de l'age de la retraite alors qu'en 1945 le calcul avait determine le plancher par rapport à la durée de vie de l’époque,mais le décore de la francisque a jete tout cela aux orties on est le pays des 35 heures ,des congés et des ponts Avec des jours féries à n'en plus finir
Des subventions sans nombre, de l'AME.Quand une famille dépense plus qu'elle ne gagne ce sont les huissiers qui prennent la releve .
Et la France depuis le general De Gaulle n'a jamais eu un budget en équilibre, on a perdu pratiquement toute notre industrie, et on a délocalisé J'ai plus de 90 ans ,j'ai vu disparaître les constructeurs de poids lourds et de voitures et des pans entiers de la production,on a que ce qu'on a semé
a écrit le 05/05/2020 à 22:10 :
Moins d'avions dans le monde c'est une très bonne chose.Le low coast une hérésie.faire un métier difficile et exigeant mérite un bon salaire.Toutes les compagnies doivent supprimer le low-cost et ainsi moins d'avions et moins de passagers et moins de pollution.Un pilote et une hôtesse de l'air et un mécanicien d'entretien ce n'est pas du télétravail.
Réponse de le 06/05/2020 à 17:06 :
oh oui l'avion que pour les riches !!
a écrit le 05/05/2020 à 21:12 :
Excellente décision du ministre , et enfin un contrôle stricte à venir des coûts , des peoples, du service clients...
Besoin d'aligner les coûts sur la concurrence pour tous les postes de dépenses y compris les salaires.
Cette fois , ils feront pas grève ou en version teams ou skype ...
Réponse de le 05/05/2020 à 21:58 :
Je connais un confrère à vous d’un pays lointain qui est absolument prêt à vous remplacer pour le tiers de ce que vous coûtez à votre employeur .

Il va falloir s’aligner sur la concurrence très cher Ulysse.
Réponse de le 06/05/2020 à 6:59 :
C’est quoi votre travail Ulysse ?
A part écrire des commentaires pas très intelligent sur internet.
Êtes vous vraiment irremplaçable ???
Réponse de le 07/05/2020 à 12:12 :
CQFD.
Ils ont déjà cramé 1.8 billions euros sur les 7 de promesses de dons de l'état.
C mort les guys...!
a écrit le 05/05/2020 à 21:11 :
Excellente décision du ministre , et enfin un contrôle stricte à venir des coûts , des peoples, du service clients...
Besoin d'aligner les coûts sur la concurrence pour tous les postes de dépenses y compris les salaires.
Cette fois , ils feront pas grève ou en version teams ou skype ...
a écrit le 05/05/2020 à 21:06 :
L'avenir ? Eh bien une bonne grève pour clôturer le tout en feu d'artifice.
Bon, cette fois-ci, y aura pas de boulot ailleurs.
Donc la question est plutôt quel avenir pour le personnel des compagnies aériennes ?
Sachant que les avions sont quasiment automatisés, et le seront.
Un simple tourniquet permet de contrôler le rythme d'entrée et un robot peut servir les plats, tout cela en s'auto-nettoyant à l'infini.
Fallait y réfléchir avant d'enchaîner les grèves et de mettre votre compagnie à genoux, pour qu'un virus l'achève et que Ryanair vous poursuive pour subvention illégale...
Réponse de le 05/05/2020 à 22:12 :
Affligeant votre commentaire. Savez vous que les PNC ne sont pas uniquement des serveurs dont la présence à bord des avions ne serait que pour mieux agrémenter vostra vols ? Bien au contraire ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. Leur mission principale est d'assurer la sécurité et la sûreté des passager durant le vol et en situation d'urgence. Leur présence à bord est donc obligatoire et leur nombre est calculé en fonction du nombre de sièges dans l'avion (minimum 1 PNC par tranche de 50 pax). Donc avant de laisser de tels commentaires renseignez vous sur le sujet que vous abordez.
Réponse de le 06/05/2020 à 7:06 :
« les avions sont quasiment automatisés »
Commentaire classique de quelqu’un qui ne connaît rien à l’aviation mais qui doit prétendre tout savoir en société....
Je pourrais vous dire que les automatismes sont toujours très en deçà des performances humaines’ sauf de la vôtre sans aucun doute, qu’un automatisme fait très bien des tâches simples pour le quel il est programmé mais qu’il est encore incapable de prendre des décisions complexes avec parfois aucune bonne solution. Mais la je pense que vous avez déjà décroché...
a écrit le 05/05/2020 à 20:15 :
Je me souviens encore de lui et ses slide shows sur les low cost , expliquant doctement aux cadres dirigeants de l'époque que AF n'avait rien à en craindre car les arbres ne montent pas au ciel ..
Il a fait des dégats terribles car il avait l'écoute de JCSPI dans ce début des années 2000 .
Il ferait mieux de se taire en 2020 .
Réponse de le 05/05/2020 à 21:55 :
Réécrire l'histoire avec les données du futur est toujours facile. Ce qui devrait tous nous intéresser, salariés du transport aérien et contribuables français, est de savoir si l'aide de l'Etat va être utile à l'emploi et à la France. Les contraintes environnementales sont nécessaires à l'avenir de notre planète, mais n'ont aucun sens si elles ne sont imposées qu'à Air France. Les règles d'Open Sky européennes permettront aux compagnies étrangères de remplacer Air France sur les lignes qui lui seront interdites, détruisant ainsi son modèle de correspondance qui assure sa rentabilité. Si de plus, les régions françaises se remettent à subventionner les Ryanair et consorts pour assurer la desserte d'aéroports non rentables, la France et la planète y perdront sur tous les tableaux!
Réponse de le 06/05/2020 à 9:38 :
les rancunes anciennes ne nous apportent rien.Que pensez vous du fond de l'article?des aides aux low cost ? des fermetures des lignes imposées par le maire et qui seront reprises par des low cost type ryanair volotea ou vueling?
que pensez vous des différences fiscales et sociales qui plombent AF,Si ryanair se développe en France c'est d'après la commission européenne la dixième entreprise la plus polluante avec 9 centrales à charbon allemandes notamment.Votre commentaire sur l'auteur de l'article à mes yeux est hors sujet.
Réponse de le 06/05/2020 à 17:25 :
Il y en a d'autres qui en restant masqués feraient mieux de confiner aussi leurs commentaires. J'ai toujours entendu Gilles Bordes-Pagés vilipender les distorsions de concurrences concernant les low cost. Les autorités françaises, qui préféraient que le pouvoir d'achat des français soit amélioré par des prix bas plutôt que par des salaires élevés, ont laissé ces distorsions de traitements et de taxations de compagnies (étrangères) qui ne paient que peu de charges et d'impôts en France.
Réponse de le 06/05/2020 à 17:25 :
Il avait précisé que les low cost n’étaient pas une menace si....(et là, tout a été occulté par la direction de l’époque, JCS car les mesures nécessaires n’étaient pas politiquement correctes) des sures strictes étaient prises.

Pratique de reprocher à quelqu’un ce qu’il n’a pas dit ou du moins, en ne prenant en compte qu’une partie de ses propos...
a écrit le 05/05/2020 à 20:13 :
Ce Mr reprèsente bien AF.

Les résultats financiers sont très médiocre sur le court courrier et il en est en parti responsable vu ses ex responsabilités, et au lieu de se remetttre en question, ce Mr nous resort encore la même musique des méchants concurrents.
La compagnie va mal, mais c'est pas de notre faute...

Tellement facile.

Le mépris des lows cost restera une des plus grosses erreur d'AF.

Après avoir laisser passer le train, la compagnie c'est enfin décidé à lancer sa low cost... mais il était trop tard, et surtout sa croissance était rallenti par les syndicats de pilotes.

Autre remarque: le mépris d'Air France des régions. Aucune ligne directe vers l'europe.

Les provinciaux disent un grand MERCI à Ryanair, Easyjet et Volotea qui ont developpés un important réseau depuis les régions.

C'est quoi la logique de faire Bordeaux Paris Rome quand il est possible de faire Bordeaux Rome en direct ?
Réponse de le 05/05/2020 à 22:07 :
La croissance de Transavia n’a pas été ralentie par les syndicats de pilotes.
Elle l’a été par manque d’avions , de pilotes , de slots et surtout par la posture idéologique de certaines équipes dirigeantes d’Air France qui pensaient pouvoir trouver de pilotes moins chers ailleurs , ce qui a entraîné le flop de Transavia Munich par exemple.

Pour ce qui est des vols au départ des régions , tout le monde est parfaitement en accord avec votre point de vue . D’après les dirigeants passés d’Air France «  il n’y avait pas de marché » . Je pense que cela doit vous laisser songeur comme beaucoup. Y aurait il autre chose que la logique entrepreneuriale derrière tout ça?
Réponse de le 06/05/2020 à 6:32 :
S'il n'y avait que le mépris des concurrents...Il y a le mépris des clients pris en otages à chaque grève, a chaque vol annulé ( AF refuse de payer les indemnités dues en cas de retard / suppression de vo), pris en otage depuis le Covid19 : AF n'assure AUCUN vol de rapatriement !

Au contraire : AF vend les billets retour au double du prix et les vols sont plein au mépris des règles sanitaires !
Réponse de le 06/05/2020 à 7:11 :
Les syndicats de pilotes ont demandé très tôt (début années 2000) la création d’une Low Cost chez AF. Car les pilotes ça voyage donc ça voit ce qui se passe ailleurs.
Mais ça été balayé d’un revers de la main par les dirigeants qui sont issus de la même école que notre président ou notre ministre de l’économie...
Réponse de le 06/05/2020 à 12:46 :
C'est normal être à l'heure chez AF , c'est un gros mot.
Donc leur demander d'être en avance , alors là c'est mission Impossible.
Low cost oui, mais surtout business class, combien d'années perdues pour se mettre à niveau des compagnies du golf...
Et.on en est bien loin encore , ...mais la concurrence chez AF , ils ont décidé qu'il n'y en avait pas .
Bon ok soit...
Réponse de le 06/05/2020 à 13:26 :
Vous affirmez que le low cost n'aurait pas été freiné par les syndicats de pilotes : QUI a mis des plafond au nombre d'appareil chez Transavia France ? la direction ? (le dernier en date qui vient ENFIN de sauter de 40 appareils grâce à l'accord du SNPL... y a bien eu un vote sur ce sujet des adhérents SNPL AF, non ?) QUI a exigé que contrairement à toute compagnie LowCost, les PNT soient du personnel AF payé au condition AF, au mépris des historiques Transavia (et QUI d'ailleurs refusent l'intégration de ces derniers dans une globalité de gestion des pilotes...!) ?
Jusqu'à il y a peu, ce sont les syndicats qui ont mis des batons dans les roues de leur employeur.
Pour ce qui est de Transavia Munich, je vous rappelle juste que cette structure dépendait de Transavia Holland, du fait d'ailleurs du blocage syndicale français !!
Je me demande juste une chose : si AF-KLM avait l'opportunité de participer à la concentration du secteur (en clair à racheter un concurrent), les syndicats français vont-ils laisser faire la direction, ou vont-ils s'opposer au développement d'une nouvelle filiale qui , de fait, ne travaillerait pas aux conditions AirFrance ??!! ...parce qu'il est économiquement impensable que, si AF rachetait la TAAP, WizzAir ou pourquoi pas Easyjet, les conditions de ces compagnies devraient rester à leur propres conditions pour que le rachat est le moindre intérêt !!?
Réponse de le 06/05/2020 à 18:02 :
Un peu mélangé voir confus votre commentaire .

La limite de 40 avion n’a jamais été atteinte avant que l’accord ne soit modifié . Il n’y a donc jamais eu blocage , jamais .

D’autre part si une entreprise de couverture achète de nouvelles échelles il me semble normal qu’elles soient pour ses employés , non ?
AF achète des 737 , ils sont pilotés pas ses pilotes , comme les A220 les A350 les B787 les concordes les DC3 etc.
Transavia Munich a été confié à Transavia Hollande : exact , ils ont tous accepté le contrat contrairement aux français... mais aucun n’est venu ....! d’où le recours au broker d’où la faillite entre autre. Naïveté de la direction Juniac...

Jusqu’à récemment , chez AF , les employeurs incompétents mettaient des bâtons dans les roues des employés , ce qui gênerait une sacré perte en ligne... Le coût de l’équipe Juniac dépasse celui d’une paire de chemises.

Avec quel argent voulez vous qu’AF rachète wizzair ou East jet ????
Atterrissez un peu .
a écrit le 05/05/2020 à 20:10 :
ce genre de mesures a la con c'est deconnecte de la realite
c'est comme les lois qui coulent les constructeurs auto si leurs clients ne consomment pas moins de 95 grammes de co2; ils doivent vendre ce qu'ils veulent, mais seulement de l'electrique donc
autant tout couler tout de suite, ca evite de discuter et de jeter l'argent par la fenetre
et s'il n'y a plus ni voiture ni avions, les ecolos seront contents, et ca sera bus et metro obligatoire pour tout le monde ( gratuit pour ceux qui votent bien, comme du temps de la nsdap), et on dira qu'avec le coronavirus y a pas assez de lits a l'hopital deplume
Réponse de le 05/05/2020 à 23:38 :
Pourquoi bus et métro ?
Le vélo est un excellent moyen de se déplacer. La marche à pied aussi.
Je n'ai aucun mauvais souvenir de ces moyens de déplacement.
J'ai aussi une pensée émue pour le Vélo solex et sa Solexine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :