Suicides à France Télécom : des dirigeants coupables, le système français aussi

Les coupables de harcèlement moral à France Télécom doivent être sanctionnés. Mais ces pratiques désastreuses sont aussi et surtout le résultat d'un manque de flexibilité du marché du travail. Par Marc Guyot et Radu Vranceanu, professeurs, Essec
(Crédits : DR)

La tragédie qui se dessine autour des suicides en masse chez France Télécom dans les années 2006-2009 est révélatrice d'un marché de travail profondément dysfonctionnel.

Selon le Parquet de Paris, les dirigeants de l'époque de France Télécom avaient mis en place un système de harcèlement moral avec l'objectif d'inciter un nombre ciblé à 22 000 employés à quitter l'entreprise. Si les juges confirment la thèse du Parquet, il s'agirait un acte profondément immoral, un acte de gestion irresponsable qui doit être sanctionné conformément à la loi. L'énormité de ce comportement, au-delà de la responsabilité individuelle des dirigeants mis en cause, interpelle sur les causes structurelles qui ont pu y mener.

En première analyse il nous apparaît immédiatement un lien direct de causalité avec l'organisation actuelle du marché du travail français. En effet, notre système figé, où le CDI est anormalement surprotégé, génère deux types d'effets indésirables. D'une part la perte de son emploi en CDI plonge souvent le travailleur français dans une grande détresse et d'autre part, des employeurs indélicats utilisent des stratégies de harcèlement pour se débarrasser d'employés en CDI lorsque la situation économique de l'entreprise impose une réduction d'effectifs.

Des normes pointilleuses

Notre système qui empile normes pointilleuses, règles absurdes et règlementations inadaptées dans un code du travail obèse de 3500 pages, crée du chômage, en décourageant l'embauche et en limitant la flexibilité salariale. Ce système est farouchement gardé par certains syndicats ultra-minoritaires marqués à l'extrême gauche qui en sont les rentiers et qui entravent toute tentative de réforme, même la plus mineure. Ils sont aidés en cela par les luttes politiciennes entre des partis traditionnels qui ne cherchent que le succès aux élections futures et qui se gardent bien de prendre des mesures vues comme impopulaires. Le taux de chômage élevé qui en découle, notamment le chômage de longue durée, crée fatalement cette grande peur d'être licencié.

Une protection finalement illusoire

Les employés sont souvent complices de cet état de fait. Chacun dans son coin se refuse à renoncer à une infime partie de ses avantages même si cela peut améliorer la situation des chômeurs et travailleurs en situation précaire. L'exemple de la loi El Khomri est sans équivoque. Dans sa version initiale la loi cherchait à donner une chance aux exclus du marché du travail en affaiblissant à la marge certains éléments sclérosants du fonctionnement du marché du travail. Après quatre mois de grèves et manifestations de rue violentes, les négociations en coulissent entre syndicats et gouvernements ont abouti à un texte qui est une pâle image de la première version pourtant bien timide. Les employés se croyant protégés par leurs CDI sont naturellement hostiles à une réforme qui affaiblirait cette protection, finalement illusoire, et introduirait plus de flexibilité donc de probabilités d'être licencié, alors même que dans le même temps elle augmenterait considérablement les possibilités d'être embauché.

Une pratique du harcèlement érigée au rang de système

Dans une économie de marché animée par la concurrence, les firmes doivent pouvoir se réorganiser et ajuster leurs effectifs à leur niveau d'activité, par nature fluctuant, en embauchant en période de croissance et en licenciant en période de ralentissement. Qu'une firme comme France Télécom, ex monopole public aux effectifs pléthoriques, devant s'adapter à la concurrence venue de SFR et de Bouygues Telecom et aux disruptions technologiques venant du numérique, cherche à réduire ses effectifs n'est pas absurde de point de vue économique. Ce qui est absurde en revanche ce sont les conditions autorisant le licenciement économique. En effet, depuis le célèbre amendement Michelin, si la firme n'est pas en quasi-faillite, elle ne peut pas réduire ses effectifs pour s'adapter et préparer son développement futur. France Telecom a donc eu recours à l'ignoble pour surmonter l'absurde. Cette pratique du harcèlement qui chez France Télécom semble avoir été érigée au rang de système, devrait avoir lieu de manière cachée dans de nombreuses autres firmes, pour pousser à la faute les employés en surnombre, afin d'utiliser l'argument de la faute professionnelle.

Sanctionner les coupables

L'absurdité du système ne peut en aucun cas justifier la mise en place d'un tel système et les coupables doivent être sanctionnés. Mais il est grand temps de débarrasser la France et les Français de ce planisme hors d'âge. L'excès de réglementation, la fausse protection de l'emploi par les lois de plus en plus complexes, le corporatisme - toutes ces entraves à liberté d'entreprendre, nourrissent l'immoralité de certains dirigeants et crée un moloch froid et sans âmes.

L'économie de marché se situe aux antipodes de ce monde planiste absurde où les dirigeants cherchent à organiser le bonheur des autres sans se soucier des libertés individuelles. Elle repose au contraire sur la fraîcheur de l'initiative individuelle et la vitalité de la récompense du mérite dans une Société où chacun doit pouvoir faire ses choix de vie et déployer ses talents en poursuivant l'idéal de bonheur qui est le sien. C'est cette organisation de la vie sociale qui génère des comportements éthiques alors que la réglementation excessive déresponsabilise, déshumanise et génère au contraire des comportements déviants et de recherche de rente.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 19/07/2016 à 15:17
Signaler
REPONSE AUX ECHOS Votre article est intéressant en cela qu'il pointe la grande peur des salariés face aux impératifs du Marché, présenté comme la seule organisation sociale possible : laisser faire les intérêts individuels, dont la somme constitue...

à écrit le 17/07/2016 à 12:54
Signaler
quasiment tous les suicidés de FT avaient un statut de fonctionnaire ce qui en principe les protège d'un licenciement mais pas du harcelement.Les cadres ainsi que toute la chaine manégeariale ont du sang sur les mains ce sont des criminels en puissan...

le 17/07/2016 à 16:15
Signaler
Quand cela se reproduira, on dira la même chose :" ils avaient des problèmes personnels, c'est une mode que de suicider, c'était des personnes fragiles, le management n'explique pas tout, des choses ont changé depuis un certain temps, il n'y a pas de...

le 19/07/2016 à 12:10
Signaler
Des stages de formation en communication non violente ou en PNL ou en respiration Beta+ vont être organisés avec de VRAIS spécialistes pour les cadres. Si ça coute cher, c'est que c'est bien. La mobilité géographique des salariés du groupe va être e...

à écrit le 17/07/2016 à 9:36
Signaler
Combien de suicides à l'Essec ? Avec ce mode d'enseignement libéral on ne peut avoir que des managers du type FT à l'arrivée dans les entreprises

le 18/07/2016 à 7:40
Signaler
"Team production with PUNISHMENT option: insights from a real effort experiment". Nous sommes dans le management par la sanction. Les manageurs nous diront: "Cela ne peut vous faire du mal. La sanction, la peur ou l'incertitude a toujours motivé ...

à écrit le 16/07/2016 à 15:45
Signaler
Doit-on comprendre que dans les pays ultra-libéraux (Etats-Unis, Grande-Bretagne, il n'y a pas de management abusif, il n'y a pas de harcèlement moral au travail ? Pourtant on n'y trouve pas de "code du travail obèse".

le 17/07/2016 à 7:03
Signaler
Non mais le taux d'emploi des 55-64 ans (selon Eurostat 2014) est de 69% aux USA et de 62% au Royaume Uni..., 46 % en France. Où est la protection ?

à écrit le 16/07/2016 à 13:13
Signaler
Marc Guyot et Radu Vranceanu pour taper ainsi à bras raccourcis sur le CDI manifestement vous ignorez que de nombreuses société - et souvent bénéficiaires - remplissent par charettes entières les files d'attente de Pôle Emploik. Quelqu'un devrait vo...

à écrit le 15/07/2016 à 13:28
Signaler
Marc Guyot et Radu Vranceanu : CDD ou CDI? propriétaires ou locataires? épargnants ou endettés?

le 17/07/2016 à 7:53
Signaler
L'exemple est meilleur que le conseil

à écrit le 14/07/2016 à 19:26
Signaler
Certains sont disciples d'Ayn Rand comme d'autres d'ISIS.....Comparaison disproportionnée voire déplacée ? ! Au nombre de morts directs et indirects à l'échelon mondial certainement, mais pas dans le sens auquel on pense à priori....

à écrit le 13/07/2016 à 18:43
Signaler
Oui, bien sûr. Gageons que toutes ces personnes qui ont préféré se suicider plutôt que de démissionner auraient sans doute survécu à un licenciement si ce fichu code du travail l'avait permis. Tout ça tombe sous le sens, c'est de la grande presse d'o...

à écrit le 13/07/2016 à 17:39
Signaler
En Allemagne, il parait que les CDI sont encore plus difficiles à rompre (trop 'protégés' ?) qu'en France. Sur la période prévue, combien de départs à la retraite "classique" devaient avoir lieu chez FT ? 22 000 peut-être. Donc indolore, mais ça n'e...

à écrit le 13/07/2016 à 17:07
Signaler
Messieurs Guyot et Vranceanu ont raison de critiquer les lourdeurs du marché du travail en France mais quel rapport avec le sujet ? La conclusion des deux professeurs de l'Essec pour lesquels l'économie de marché favorise une organisation de la vie s...

à écrit le 13/07/2016 à 15:31
Signaler
excellent article atypique. Il faut ajouter que le système français de surprotection est suicidaire (sans jeu de mots) dans une zone Euro qui autorise les entreprises à délocaliser librement dans les pays européens où le marché du travail est plus fl...

à écrit le 13/07/2016 à 15:12
Signaler
dur de cornaquer un mammouth (ratio de 35 / 100000)

à écrit le 13/07/2016 à 14:54
Signaler
J'étais chez Orange et peut sans doute plus témoigner opus que de nombreux commentateurs ici qui le font sans réellement connaître la situation chez orange France Télécom, en France et à l'étranger ou j'étais aussi. Avec un tel chômage en France, ...

le 19/07/2016 à 16:07
Signaler
Cher NICO, moi aussi j'étais chez Orange ou plutôt France Télécoms aveccl fameux statut de fonctionnaire... Vous avez dit "ambiance ?" j'étais syndicaliste à la CFDT (du moins jsuqu'à la signature de l'accord sur les retraites), et je défendais to...

à écrit le 13/07/2016 à 14:19
Signaler
"des employeurs indélicats utilisent des stratégies de harcèlement pour se débarrasser d'employés en CDI lorsque la situation économique de l'entreprise impose une réduction d'effectifs". Il serait donc seulement indélicat de pousser les gens au ...

à écrit le 13/07/2016 à 13:58
Signaler
- Bruits de l'estomac - Eternuement sans protection en direction des autres dans un open-space - Moqueries en groupe sur le physique de collègues, en leur présence ( "ce n'est pas méchant") - Absence de nettoyage des mains en sortant des toile...

le 13/07/2016 à 17:43
Signaler
- Autodidacte ou formation en histoire de l'art, communication, géographie - aucune culture générale - dévoué(e) CORPS et âme pour ses supérieurs - directivité et assertivité ( "de la gueule") - Un strict respect des procédures internes - L...

le 14/07/2016 à 19:06
Signaler
Que font et disent le CHST et l'inspection du travail dans ces cas ?

à écrit le 13/07/2016 à 12:30
Signaler
Très juste! On ne mesure pas assez les effets pervers d'une organisation du travail complètement dépassée par la globalisation et les progrès technologiques.

à écrit le 13/07/2016 à 12:01
Signaler
Ces shadocks nous expliquent qu'il aurait été préférable d'autoriser l'entreprise à dégager immédiatement et sans indemnités les salariés, ce qui ne l'aurait pas contraint à recourir à des moyens détournés pour arriver au même résultat. Peut être le...

à écrit le 13/07/2016 à 11:12
Signaler
Et alors..........

à écrit le 13/07/2016 à 10:41
Signaler
Imaginons des quadra-quinqua ayant fait toute leur carriere à FT au moment de l'ouverture du marché des telecom à la concurrence. Leur vie (famille,maison et credit qui va avec) était construite sur un modèle de carrière qui les enfageait à se fixer....

le 13/07/2016 à 19:12
Signaler
Votre exemple, qui n'est pas isolé, montre que l'investissement sacrificiel dans l'entreprise sur l'autel de l'intérêt commun et de la réciprocité est purement et simplement une FAUSSETE. Les salarié( e)s sont des mouchoirs jetables, guère plus ("co...

à écrit le 13/07/2016 à 10:38
Signaler
Article parfaitement répugnant,reprenant lamentablement tout les poncifs les plus éculés sur " la sur protection des CDI" la " non représentativité des syndicats "( il existe une loi sur la représentativité, je conseille aux auteurs de l'article de l...

le 13/07/2016 à 12:09
Signaler
Et ils étaient où les syndicats de France telecom, pendant que se mettait en place ce systeme de pression sur les départs "volontaire" ? Je me suis toujour pose la question...

le 14/07/2016 à 10:04
Signaler
Tout à fait d'accord avec vous. Les termes, le ton, l'analyse sont purement et simplement d'une bassesse incroyable !. Une vision à court terme, axée sur le profit. Existe-t-il, aujourd'hui, des chefs d'entreprise capables de raisonner AVEC les homme...

à écrit le 13/07/2016 à 10:11
Signaler
Ils doivent halluciner les familles des défunts en lisant cet article.

à écrit le 13/07/2016 à 8:36
Signaler
Faire un lien entre la rigidité du code du travail et le cas de France telecom est une escroquerie intellectuelle. France telecom étaient à l'epoque compose de plus de 75% de fonctionnaires... Qu'il est tout simplement impossible de virer. Les ...

le 13/07/2016 à 9:38
Signaler
La dérive marxiste est un cancer pour l'économie.

le 13/07/2016 à 10:13
Signaler
@Réponse de Excellent article La dérive libérale va plus vite à tuer.

le 19/07/2016 à 15:55
Signaler
Réponse @ Excellent article: Je suis un ancien de France Télécom, fonctionnaire aujourd'hui à la retraite depuis 15 ans, et toujours engagé auprès des chômeurs et précaires qui nont pas eu la chance de bénéficier comme moi de la sécurité de l'emploi ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.