Vol PS752 : une combinaison mortelle d’insouciance et d’incompétence de l’Iran

 |   |  1024  mots
(Crédits : Wana News Agency)
IDEE L’écrasement du vol PS752 est plus qu’une terrible tragédie. Il met en lumière une combinaison mortelle d’imprudence stupéfiante du régime et d'incompétence monumentale. Par Aurel Braun, University of Toronto

L'écrasement du vol PS752 d'Ukraine International Airlines, entrainant la mort de 176 personnes à bord, dont 15 enfants et 63 Canadiens, est une horrible tragédie. Il soulève également plusieurs questions fondamentales concernant l'Iran.

Le vol PS752 s'est écrasé peu après son décollage de l'aéroport de Téhéran, quelques heures seulement après que l'Iran eut tiré une quinzaine de missiles balistiques sur deux grandes bases en Irak qui abritaient des forces américaines et alliées, en représailles à l'attaque de drones qui a tué Quassem Soleimani.

La coïncidence entre l'accident d'avion et les représailles iraniennes a suscité spéculations et soupçons dès le départ. Le régime iranien a immédiatement - et de manière peu plausible - invoqué des problèmes mécaniques comme étant la cause de l'accident. Mais alors que des preuves éloquentes étaient apportées confirmant que l'avion avait été abattu par des missiles antiaériens iraniens, le chef de l'Organisation de l'aviation civile iranienne, Ali Abedzadeh, niait catégoriquement cette hypothèse.

Et puis, vendredi soir, la version officielle a de nouveau changé : l'Iran a finalement admis qu'il avait « involontairement » abattu l'avion et mis le blâme sur une « erreur humaine ».

Pas d'armes de destruction massive

Il est certain que les premières affirmations des services de renseignement occidentaux selon lesquelles l'avion de ligne avait été abattu par des missiles iraniens méritaient un examen minutieux. Les affirmations de George W. Bush et de Dick Cheney selon lesquelles il y avait des armes de destruction massive en Irak, après tout, se sont révélées fausses.

Néanmoins, cette hypothèse semblait raisonnable. Des dirigeants extrêmement prudents comme le premier ministre canadien Justin Trudeau ont affirmé que, sur la base de preuves solides, y compris celles des services de renseignements canadiens, il était fort probable que des missiles iraniens aient abattu l'avion de ligne - une affirmation appuyée par le premier ministre britannique. Il y avait aussi une vidéo authentifiée par le New York Times qui semblait montrer un missile iranien percutant un avion dans les airs près de l'aéroport de Téhéran.

De plus, des rapports ont émergé selon lesquels l'Iran a détruit au bulldozer une partie du site de l'écrasement, qu'il n'a pas sécurisé le site comme le protocole l'exigeait et qu'une grande partie des preuves au sol avait maintenant disparu. Enfin, Téhéran a refusé de remettre les boîtes noires comme l'exige la procédure normale.

Tout cela a fortement renforcé l'impression que le régime iranien dissimulait la cause de l'accident.

Un plus vaste portrait du régime iranien

Mais ce qui risque d'être le plus troublant pour le peuple iranien, c'est le tableau général qui émerge sur le régime qui les gouverne.

Le régime théocratique a efficacement et violemment réprimé toute dissidence intérieure, et a soigneusement mais brutalement favorisé une image d'invincibilité à la fois sur le plan régional et intérieur. Il a agi activement pour créer une alliance chiite contrôlée depuis Téhéran, s'étendant de l'Iran à la Méditerranée. Une aura d'invulnérabilité entourait Soleimani, qui a dirigé la Force Quds, représentant le fer de lance des ambitions régionales impérialistes iraniennes, de la répression intérieure et du soutien mondial au terrorisme.

Soleimani semblait intouchable. Pourtant, les Américains ont réussi à l'atteindre et à l'éliminer de manière très efficace.

Le régime iranien, qui a promis une « dure vengeance », à la suite de l'assassinat ciblé de Soleimani, s'est contenté de sauver symboliquement et maladroitement sa face. Certains de ses missiles balistiques ont mal fonctionné et d'autres, soit par conception, soit par prudence, n'ont pas fait de victimes lorsqu'ils ont été tirés sur des bases américaines en Irak.

La réponse a agi comme un révélateur. L'efficacité dont le régime iranien a fait preuve à maintes reprises pour réprimer toute dissidence interne semble s'être évaporée face à un adversaire imprévisible, narcissique et vindicatif comme le président américain Donald Trump, qui a choisi de ne pas jouer le jeu selon les anciennes règles.

Non seulement la réaction iranienne a été étonnamment faible, mais elle a reflété la crainte d'un affrontement total.


À lire aussi : Iran : les raisons de la désillusion


Téméraires et incompétents

L'admission par l'Iran que ses missiles ont abattu l'avion ukrainien est plus qu'une terrible tragédie.

Elle a également mis en lumière une combinaison mortelle d'incroyable imprudence du régime et d'incompétence monumentale. Le fait que le régime iranien n'ait pas interrompu le trafic aérien lorsqu'il a tiré des missiles sur les bases irakiennes, comme le veut toute procédure normale, n'est rien d'autre qu'une négligence grave.

La mort de tant de civils, principalement des Iraniens, démontre la faiblesse et l'incompétence du régime, ainsi que son mépris impitoyable pour la sécurité de ses propres citoyens.

Il est probable qu'à l'avenir, le régime pourrait bien s'engager dans une guerre asymétrique. Les dirigeants militaires iraniens parlent fort et lancent de terribles menaces contre les États-Unis et l'Occident. Mais l'image d'invulnérabilité du régime est à jamais ternie.

Pour l'instant, les États-Unis imposent des sanctions supplémentaires en plus de celles existantes, déjà dévastatrices. Et Soleimani est parti.

Le peuple iranien manifeste massivement depuis des mois, clamant qu'il ne veut pas mourir en se battant pour l'Irak, la Syrie ou le Liban, ni dépenser les maigres ressources dont il a si désespérément besoin chez lui.

Les manifestants peuvent maintenant commencer à blâmer plus ouvertement le régime.

La tragédie du vol PS752 pourrait finalement convaincre la dictature théocratique iranienne qu'il est temps de cesser de poursuivre ses dangereuses aventures à l'étranger.

The Conversation ________

 Par Aurel BraunProfessor, International Relations and Political Science, University of Toronto.

La version originale de cet article a été publiée en anglais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2020 à 18:36 :
- Un assassinat n'est pas un acte de guerre. C'est un acte barbare et terroriste .
- Il est évident que les conséquences dramatiques du tir qui a atteint un avion ukrainien avec des civils à bord dont des iraniens , ne pouvaient pas constituer une juste réponse à l'exécution de Soleimani par les étasuniens .
- Il est tout aussi évident que Trump s'est dépêché d'utiliser ce fait dramatique .
- Si on l'on ne Veut pas admettre l'hypothèse d'une tragique erreur, sachez qu'un officier de la CIA,Philip Giraldi, vient d'écrire un article dans American Herald Tribune, selon lequel le système de défense iranien a très bien pu subir des cyberattaques, ainsi que le transpondeur du vol ukrainien qui n'a pu ainsi communiquer son identité civile. Justin Trudeau devrait bien se renseigner avant de se dépêcher de suivre les déclarations guerrières de Trump .
a écrit le 14/01/2020 à 23:40 :
Les gardiens de la révolution des morts en iran ils tire intentionnellement sur un avion civile des fanatiques des crimes contres l humanité
a écrit le 13/01/2020 à 20:54 :
Quand les américains ont abattu l avin civil iranien avec 279 passager le média en général et le média français en particulier n ont pas traité les iraniens des incompétents
Pourtant les usa ont caché le tragédie plus que 3 jours
a écrit le 13/01/2020 à 20:49 :
Quand les américains ont abattu l avin civil iranien avec 279 passager le média en général et le média français en particulier n ont pas traité les iraniens des incompétents
Pourtant les usa ont caché le tragédie plus que 3 jours
a écrit le 13/01/2020 à 19:06 :
Vous n’allez pas dire que l’assassinat est normal ?
Les usa pouvait coincer ce gars et le juger : ça aurait éviter la mort d’innocents.

Aucune excuse ou raison au monde n’autorise le meurtre , l’assassinat , la guerre , la violence .

Peut être que l’Iran est une dictature ? Beaucoup de pays dans le monde sont bizarres de toute manière

C’est «  ce cliché «  que le monde des adultes veulent véhiculer aux futures générations ( les jeunes )

Bref faut se calmer , diluer son thé , café ou vin et arrêter de nous casser les pieds avec les guerres géopolitiques qui ont pour unique but «  l’énergie gratuite « 

L’occident aime l’occupation gratuite ...

de caresser le sens du poil de certains qui ciblent depuis 2000 la Syrie était aussi ciblée il y a 30 ans , nous constatons tous l’horrible résultat .

Faut arrêter de faire la guerre partout sous prétexte que ces cultures sont différentes et qu’ils veulent vivre autrement , libres sans une occupation x y ou z chez eux .

Personne n’a le droit de tuer personne ( les 10 commandements ça ne vous rappelle rien ?)
a écrit le 13/01/2020 à 15:16 :
Je suis convaincu que l'avion a bien été abattu intentionnellement !! Les passagers étaient soit des Iraniens qui quittaient le pays dont ils n'approuvaient plus le régime, soit des Canadiens d'origine Iranienne revenus voir leur famille et qui n'étaient pas de chauds partisans du régime, soit des étrangers non-musulmans qui avaient fait quelques découvertes peu ragoutantes en Iran. Tous des gens à éliminer pour les Bassidjis. Alors on abattait l'avion et on expliquait par une défaillance technique, vous savez les...Boeing-737, même si pas -MAX ! Et puis si on s'apercevait que c'était un tir de missile, on pouvait dire que ces missiles Russes partent tout seuls dés qu'ils voient un avion de transport civil; Les Ukrainiens le savent bien !
a écrit le 13/01/2020 à 13:42 :
Deux des drames persistents au Proche & Moyen-Orient sont l'oppression systémique de deux cultures pourtant millénaires, en Iran et en Palestine.
Malheureusement, les réalités géopolitiques privilégient l'une et occultent complètement l'autre, en fonction des intérêts de votre interlocuteur.
Il n'y aura jamais de paix sans un respect général du droit international... par toutes les parties. Y compris occidentales & assimilées, d'ailleurs.
a écrit le 13/01/2020 à 13:36 :
On comprend que vous soyez énervés, le contexte le suggère c'est évident, mais imaginez le pouvoir iranien juste après avoir appris que son général le plus puissant s'est fait abattre en un instant ?

Du coup entre une puissante contestation interne populaire et une humiliation militaire flagrante via leur meilleur ennemi ben ils ont paniqué, ils ont du croire que les américains envoyaient une arme tuer peut être Khamenei même allez savoir...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :