Etats-Unis : les ouragans menacent le marché de l'assurance en 2009

 |   |  298  mots
L'année 2009 risque d'être plus "périlleuse" pour les assureurs transatlantiques en raison de la crise selon l'analyse d'EMB, cabinet conseil en actuariat implanté aux Etats-Unis et dans le monde. Chaque année les assureurs américains sont inquiets du coût croissant des catastrophes naturelles. Mais en 2009, dans le cas, de la survenance d'un ouragan de type Katrina ou une catastrophe de près de 100 milliards de dollars de dommages pourrait entraîner l'insolvabilité de plusieurs assureurs ou la fusion contrainte de certains. L'étude explique qu'une telle éventualité "pourrait bien avoir un effet tout aussi dévastateur sur le paysage assurantiel aux Etats-Unis qui a déjà vu l'un de ces géants, AIG, mettre un genou à terre suite à la crise financière". La concentration croissante de population dans les zones exposées à ces catastrophes naturelles est notamment l'un des facteurs aggravants. Depuis dix ans, les assureurs transatlantiques ont fait face aux 9 des 12 catastrophes naturelles US les plus coûteuses intervenues depuis 2004. Parmi elles, l'ouragan Ike en 2008, de faible intensité est devenu le troisième ouragan le plus coûteux aux Etats-Unis. Ainsi l'année 2008 a été la quatrième année la plus coûteuse en catastrophes naturelles de l'histoire pour les assureurs américains. "Le marché doit se préparer à faire face à des coûts toujours croissants de catastrophes naturelles - ce que certains assureurs pourraient trouver de plus en plus difficile à surmonter en raison de l'état de l'économie." Selon Alice Gannon, consultante chez EMB aux Etats-Unis. Le cabinet relativise et déclare : "Bien que le pire soit toujours possible" , les assureurs américains spécialisés en dommages ont mieux résisté que les autres secteurs financiers touchés par la crise financière. (Retrouvez l'étude complète d'EMB)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :