Sondage : les Français s'estiment prêts à délaisser l'assurance-vie

 |   |  390  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Selon un sondage de la FFSA / Ipsos, 59% des Français se passeraient de l'assurance-vie si sa fiscalité venait à augmenter. Un résultat inquiétant alors que la collecte continue de baisser au fil des mois et que les fonds en euros rapportent de moins en moins.

Dans l'hypothèse d'un durcissement du régime fiscal de l'assurance-vie, 59% des souscripteurs envisageraient de changer leur stratégie d'épargne, soit en privilégiant d'autres supports (34%), soit en fermant leur contrat (24%), selon un sondage Ipsos pour la FFSA . Inquiétant quand on voit que les épargnants commencent déjà à se détourner de ce placement (cliquez ici pour en savoir plus).

Concernant la réforme de la fiscalité, un tiers seulement des Français estiment que le projet de réforme fiscale annoncé par le gouvernement va dans le bons sens. Des chiffres qui confirment le sondage récent réalisé par "Le Cercle des Epargnants" (cliquez ici pour en savoir plus)

Le gouvernement devrait présenter dans une dizaine de jours les modalités d'une réforme de la fiscalité du patrimoine incluant notamment la suppression du "bouclier fiscal" et une réforme, voire une suppression, de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF).

Interrogés sur le sujet par Ipsos, seulement 33% des Français se disent plutôt ou tout à fait d'accord avec l'opinion selon laquelle cette réforme va plutôt dans le bons sens pour la majorité des Français, alors que 61% expriment leur désaccord.

Ils ne sont que 36% à la considérer comme prioritaire et 71% d'entre eux jugent qu'elle profitera avant tout aux plus aisés. Pour faire en sorte qu'une réforme fiscale soit la plus juste possible, les personnes interrogées estiment qu'elle devrait, en priorité, taxer davantage qu'aujourd'hui les oeuvres d'art (43%), les actions (38%) et l'immobilier (11%).

La réforme fiscale en préparation au ministère du Budget pourrait conduire à exonérer de l'ISF quelque 300.000 contribuables, soit la moitié environ des foyers fiscaux assujettis aujourd'hui à cet impôt, c'est à dire ceux dont le patrimoine total se situe entre 790.000 et 1,3 million d'euros, avait expliqué le ministre François Baroin le mois dernier.

Elle pourrait aussi se traduire par une modification de la fiscalité de l'assurance-vie, l'un des placements préférés des Français, qui bénéficie pour l'instant d'importants allégements.

Une minorité (41% contre 58%) des personnes interrogées dit avoir l'intention d'épargner au cours des six prochains mois.

Le sondage a été réalisé les 18 et 19 mars auprès de 958 personnes constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :