Nancy veut incarner le concept de "ville bonne"

 |   |  820  mots
Nancy, prête à passer au vert ! (c) Reuters
Nancy, prête à passer au vert ! (c) Reuters (Crédits : Moala)
Nancy, future ville végétale ? Compte rendu des débats du Grand Tour Cité Verte en partenariat avec La Tribune, qui faisait escale dans la ville de Lorraine...

Lorsque l'on évoque la ville de Nancy, surgit immédiatement l'image de la place Stanislas et des trésors de l'architecture des XVIIe et XVIIIe siècles qu'elle recèle et auxquels elle a redonné toute leur majesté. Mais la capitale de la Lorraine est aussi porteuse d'une tradition historique exceptionnellement riche dans le domaine des jardins et de l'horticulture.

C'est en 1765 que Stanislas, duc de Lorraine, permit la construction d'une pépinière royale le long des remparts de la ville, pépinière qui est aujourd'hui l'un des plus beaux parcs français en centre ville. Raison plus que suffisante pour que le Grand Tour Cité Verte fasse une halte à Nancy, le 11 juillet dernier, après avoir fait étape à Val Maubuée, Lyon, Nice, Le Havre et Bordeaux. En ouverture des débats, André Rossinot, maire de Nancy et Président de la communauté urbaine du Grand Nancy rappelait son attachement au patrimoine historique de la cité, qu'il s'agisse de la pierre ou des jardins et parcs, et à son souci de conduire dans la métropole une politique d'équilibre et de partage afin de faire vivre au quotidien le concept de « ville bonne ». Il a également rendu hommage à l'ensemble des personnels de la ville qui oeuvrent au rayonnement de son patrimoine naturel, en soulignant le rôle important joué par l'Ecole d'Horticulture et de Paysage de Villers-Lès-Nancy. Jean-Marc Vasse, délégué général de Val'hor, a rappelé les enjeux de la ville dans les années qui viennent, appelée à se densifier, ce qui pose en des termes nouveaux la présence et le rôle du végétal.

Plus de végétaux, moins de médicaments

Ses bienfaits ont été mis en lumière par Pauline Laïlle, chargée d'étude à l'association Plante & Cité, notamment dans le domaine de la santé collective et individuelle, un domaine qui concentre un grand nombre de publications scientifiques. Plante & Cité travaille d'ailleurs à la mise en place d'indicateurs qui permettront aux élus et aux créateurs et gestionnaires d'espaces verts d'affiner leur travail en fonction des bienfaits recherchés par les populations riveraines ou utilisatrices de ces espaces. Valérie Jurin, adjointe au maire, déléguée au territoire de Nancy Est et Vice-présidente du réseau français des Villes-Santé a indiqué que les expériences menées à Nancy, notamment au travers du jardin thérapeutique de l'hôpital Saint-Julien, montrent que la présence du végétal dans l'environnement proche des patients peut diminuer le recours aux médicaments. Des résultats qui réjouissent Eric Pensalfini, Vice-président de la communauté urbaine du Grand Nancy et maire de Saint-Max, qui s'est montré convaincu que le végétal et l'arbre touchent à l'intime de la personne humaine.

Le Grand Tour Cité Verte à Nancy a été l'occasion de revenir sur un certain nombre de projets emblématiques de la ville en matière d'espaces verts et de végétal. Alexandre Chemetoff, architecte, paysagiste et urbaniste, a détaillé le projet d'aménagement du plateau de Haye, qui concerne 400 hectares, à la limite d'une forêt domaniale, et qui intègre le végétal et les espaces naturels d'une façon tout à fait nouvelle. Claire Alliod, paysagiste, a décrit le projet ARTEM, une friche militaire en pleine rénovation et qui accueille plusieurs instituts universitaires, au milieu d'espaces naturels qu'elle a conçus et qui marient végétal et milieu aquatique. Martine Boutinat , maire adjointe de Chouilly, près d'Epernay dans la Marne, a expliqué comment cette petite commune avait réaménagé un espace naturel de 14 hectares en élaborant une véritable charte du paysage.

Évolution urbaine durable

Enfin Hervé Le Roy, paysagiste et Président de la Fédération française du paysage pour la région Champagne-Ardenne, a évoqué le projet de traversée qu'il a réalisé dans la commune de Cormontreuil dans la Marne. Patrick Blanchot, adjoint au maire de Nancy et délégué à la nature et aux paysages urbains a rappelé la vision de la ville de Nancy en matière de paysage, qu'il soit naturel ou urbain, et indiqué que la ville gérait désormais 142 hectares d'espaces verts, comprenant plus de 15 000 arbres, dont prennent soin une centaine de personnes dont 80 jardiniers.

En conclusion des débats, Jean-François Husson, Vice-président de la communauté urbaine du Grand Nancy et délégué du maire à l'écologie urbaine, au développement durable et au partenariat du territoire a remarqué que le monde urbain était en train d'évoluer de façon plus vertueuse, en intégrant davantage la nature et le végétal, en développant l'agriculture péri-urbaine et en réimplantant des espaces de biodiversité, ce qui permet de poser un regard nouveau sur notre environnement.

Débats animés par François Roche pour La Tribune

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :