Lasers : Muquans développe une nouvelle génération d'instruments de mesure de très grande précision

 |   |  316  mots
Cette spin-off de l'Institut d'optique, de l'Observatoire de Paris et d'Alphanov (Centre technologique du pôle de compétitivité régional, Route des lasers), a réussi à maîtriser les atomes refroidis. © Muquans
Cette spin-off de l'Institut d'optique, de l'Observatoire de Paris et d'Alphanov (Centre technologique du pôle de compétitivité régional, Route des lasers), a réussi à maîtriser les atomes refroidis. © Muquans (Crédits : Muquans)
Cette start-up a mis au point une horloge atomique pour les télécoms et la défense (géopositionnement par satellite) ainsi qu'un gravimètre atomique destiné à l'exploration des sous-sols, et notamment à l'industrie gazière et pétrolière.

Dans le domaine des lasers, Muquans, c'est l'une des start-up les plus prometteuses de la région Aquitaine. En 2012, un an seulement après sa création, elle a déjà reçu le « Photon d'or », prestigieuse récompense dans le secteur. Sa technologie, unique et brevetée, repose sur l'utilisation d'atomes piégés et refroidis par laser. « La technique est bien connue dans les laboratoires, mais personne ne l'a jamais commercialisée », souligne Bruno Desruelle, PDG de Muquans. Pourquoi ? « Il y a une barrière technologique qui est difficile à franchir ». Une barrière que cette « petite » société de huit salariés basée à Pessac, près de Bordeaux, a franchie.
Derrière ce succès, c'est le fruit d'une belle complémentarité entre les trois fondateurs de l'entreprise, Arnaud Landragin, Bruno Desruelle et Philippe Bouyer, qui se connaissent depuis leur thèse à l'Institut d'optique graduate school. Deux d'entre eux ont ensuite passé quinze ans dans la recherche académique, tandis que l'un s'est orienté vers l'industrie. Ensemble, ils ouvrent aujourd'hui la voie à une nouvelle génération d'instruments de mesure de très grande précision.

« Révolutionnaire »

Premier produit « révolutionnaire », l'horloge atomique de Muquans s'adresse au marché des télécommunications et de la Défense (géopositionnement par satellite). Deuxième produit phare, le gravimètre atomique, est destiné, quant à lui, à l'exploration des sous-sols, et notamment à l'industrie gazière et pétrolière. Deux marchés de niche, mais qui pèsent chacun... 20 millions d'euros à l'international. « D'ici 2015, nous visons 5 millions d'euros de chiffre d'affaires », indique Bruno Desruelle.
Le PDG ne cache d'ailleurs pas ses ambitions et rêve d'un destin similaire à Amplitude systèmes, une entreprise bordelaise issue d'un transfert de technologie et devenue en quelques années l'un des leaders mondiaux des lasers à impulsion ultra-brève. « A Bordeaux, nous avons un environnement excellent autour des lasers », souligne le dirigeant.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :