Usine agro du futur : enquête sur les besoins de l'agroalimentaire

 |   |  277  mots
Illustration. L'étude sera publiée au premier semestre 2020 et diffusée lors du salon CFIA (Carrefour des fournisseurs des industries agroalimentaires).
Illustration. L'étude sera publiée au premier semestre 2020 et diffusée lors du salon CFIA (Carrefour des fournisseurs des industries agroalimentaires). (Crédits : Reuters)
Dans le cadre du programme l'Usine agro du futur, Bretagne Développement Innovation consulte les industries agroalimentaires et les équipementiers de la filière.

La Bretagne se donne trois ans pour accentuer la modernisation de l'outil industriel agroalimentaire. Objectif pour les entreprises : innover et bien produire pour contribuer à faire rayonner « la Bretagne du bien manger ». Au niveau régional, cette dynamique est portée par Bretagne Développement Innovation dans le cadre du programme l'Usine Agro du futur.

Identifier les besoins technologiques

Missionnée depuis cette année pour le piloter, l'agence de développement vient de lancer une enquête auprès des industries agroalimentaires et des équipementiers de la filière afin de mieux flécher son accompagnement.

Lire aussi : Yuka, ScanUp... le succès des applis du bien manger bouscule le secteur agroalimentaire

Menée en partenariat avec le pôle de compétitivité Valorial, l'Association bretonne des entreprises agroalimenraires (EBEA) et l'Observatoire des IAA (Chambre régionale d'agriculture de Bretagne), cette consultation vise à identifier les besoins technologiques des IAA bretonnes nécessaires à la modernisation des process et d'un outil de production appelé à devenir plus flexible. Elle permettra aussi de recenser les compétences disponibles sur le territoire.

L'enquête est ouverte jusqu'au 25 octobre prochain. L'étude sera publiée au premier semestre 2020 et diffusée lors du salon CFIA (Carrefour des fournisseurs des industries agroalimentaires).

Comme le rappelle BDI, le changement des habitudes alimentaires, la demande accrue des consommateurs pour plus de sécurité, de qualité, de traçabilité, et les questions sociétales et environnementales, met l'industrie agroalimentaire face à de nouveaux enjeux de production. Les nouvelles technologies peuvent notamment aider les IAA à optimiser la consommation d'énergie et améliorer les conditions de travail.

Lire aussi : L'industrie agroalimentaire bousculée par les nouvelles attentes des consommateurs

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2019 à 12:25 :
le bien manger de la filière agricole française aura du mal à être crédible avec des opérateurs - de la production ,de la transformation, de la distribution - qui cultivent l'opacité sur leurs pratiques , la non divulgation des données sanitaires,environnementales , et de traçabilité complète des produits .
les poulets et cochons bretons issus d'élevages industriels intensifs , les veaux engraissés en cages dans l'obscurité , ont-ils des qualités gustatives et de sécurité alimentaire supérieures aux mêmes produits importés d'Amérique du Sud ?
tant que cette filière ne s'ouvrira pas volontairement à une transparence complète et à la prise en compte du besoin de qualité et sécurité des consommateurs , elle ne pourra pas revendiquer leur confiance .
a écrit le 24/10/2019 à 11:55 :
La société le demande , une agriculture propre soucieuse du bien manger et de la santé des gens . C'est une bonne direction car seules des grandes entreprises seront capable de
d'effectuer cette mutation importante dans ce siècle. Cela va vers une situation avec plus d'emploi et une économie largement équilibrée. Après avoir supprimer la Safer , il sera possible de rendre disponible beaucoup d'espaces disponibes à l'environnement notamment replanter des anciennes essences d'arbres et espèces régionales disponibles encore dans certains secteurs comme la forêt de la saint Baume.
a écrit le 24/10/2019 à 9:40 :
les Français s insurgent devant le loobby de l agroalimentaire et du libéralisme 'CETA et MERCOSUR qui sacrifient le monde paysan qui souhaite le circuit court et la qualité
nos dignitaires que font ils ?
a écrit le 24/10/2019 à 9:40 :
les Français s insurgent devant le loobby de l agroalimentaire et du libéralisme 'CETA et MERCOSUR qui sacrifient le monde paysan qui souhaite le circuit court et la qualité
nos dignitaires que font ils ?
a écrit le 24/10/2019 à 9:39 :
les Français s insurgent devant le loobby de l agroalimentaire et du libéralisme 'CETA et MERCOSUR qui sacrifient le monde paysan qui souhaite le circuit court et la qualité
a écrit le 24/10/2019 à 8:53 :
"la demande accrue des consommateurs pour plus de sécurité, de qualité, de traçabilité, et les questions sociétales et environnementales, met l'industrie agroalimentaire face à de nouveaux enjeux de production. Les nouvelles technologies peuvent notamment aider les IAA à optimiser la consommation d'énergie et améliorer les conditions de travail."

Les gens veulent une nourriture plus saine de ce fait l'agro-industrie génère une usine à gaz afin d'envisager de meilleurs conditions de travail (à voir quand même hein... ) et une meilleur gestion de l'énergie (plus sûr...), bref si tu veux discuter il vaut mieux s'adresser à un mur qu'au secteur agro-industriel !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :