Yuka, ScanUp... le succès des applis du bien manger bouscule le secteur agroalimentaire

 |   |  435  mots
L'application Yuka a dépassé les 10 millions de téléchargements.
L'application Yuka a dépassé les 10 millions de téléchargements. (Crédits : DR)
Elles s'appellent Yuka ou encore ScanUp. Ces applications, qui attribuent une note à la composition des produits alimentaires disponibles en supermarché, en scannant leur code-barre, ont séduit des millions d’utilisateurs en un éclair. Décryptage.

C'est la succes story qui fait trembler le secteur agroalimentaire. Lancée en janvier 2017, Yuka, appli d'évaluation des produits alimentaires, a récemment dépassé les 10 millions de téléchargements. Elle permet aux consommateurs de scanner les codes-barres de la grande majorité des produits alimentaires et cosmétiques, et d'obtenir ainsi une notation exprimée par un code couleur simple, sur le modèle du feu vert-rouge, et précisée dans une fiche détaillée. Fondée à 60 % sur le Nutriscore, elle prend aussi en compte la présence d'additifs nocifs et d'un label bio. Mais si elle est sans doute la plus connue et la plus utilisée, elle est loin d'être la seule application tirant profit de la perte de confiance des consommateurs.

Selon une récente étude de la société d'analyse Nielsen, parmi les plus utilisées par les Français pour leurs courses, celles sur la nutrition arrivent aujourd'hui en deuxième place, après celles des enseignes mais devant celles de recettes, promos, comparateurs de prix et même livraisons de repas. 15 % des Français s'en servent. Elles ont chacune sa spécificité, répondant à une préoccupation particulière. Ainsi, Spoonymix associe aux informations sur la...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2019 à 10:42 :
A surveiller comme le lait sur le feu étant donné que l'on peut parfaitement imaginer ces boites, souvent mal financée, faire des concessions à ceux qui leur donneraient du pognon.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :