Comment Pyrex a su garder le cap face à la crise sanitaire

 |   |  427  mots
Renouvelé en moyenne tous les cinq ans, le four verrier de Pyrex est le plus grand du monde. Il a nécessité un investissement de six millions d’euros lors de son installation en 2018 et permet de réaliser 44 millions de produits par an.
Renouvelé en moyenne tous les cinq ans, le four verrier de Pyrex est le plus grand du monde. Il a nécessité un investissement de six millions d’euros lors de son installation en 2018 et permet de réaliser 44 millions de produits par an. (Crédits : Reuters)
CHATEAUROUX (36). Pyrex International Cookware, dont l’usine castelroussine fête son 50e anniversaire cette année, a été peu affecté par la crise du Covid-19. Plusieurs axes de développement ambitieux figurent au contraire en 2020 et 2021 sur la feuille de route du fabricant de plats en verre.

L'appétence constatée des Français pour la pâtisserie pendant le confinement a permis à Pyrex International Cookware de tirer son épingle du jeu. Après une baisse de l'ordre de 40% de ses commandes en mars et avril, les achats de plats à gâteaux sont repartis ensuite nettement à la hausse. José Luis Llacuna, PDG du groupe, table même sur une récupération complète du manque à gagner dès cet été qui lui permettra d'afficher un chiffre d'affaires stable dans l'Hexagone, soit 15 millions d'euros en 2020....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2020 à 8:46 :
Par ailleurs le verre est une filière vertueuse, facile à travailler, facile à recycler, écologique et économique on comprend pourquoi il est sous employé, quand un phénomène industriel est aussi efficace il faut le saboter afin d'en vendre dix médiocres multipliant ainsi la marge bénéficiaire par dix.

C'est subir cette profonde bêtise d'être en déclin, sans arrêt.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :