Comment Pyrex a su garder le cap face à la crise sanitaire

CHATEAUROUX (36). Pyrex International Cookware, dont l’usine castelroussine fête son 50e anniversaire cette année, a été peu affecté par la crise du Covid-19. Plusieurs axes de développement ambitieux figurent au contraire en 2020 et 2021 sur la feuille de route du fabricant de plats en verre.
Renouvelé en moyenne tous les cinq ans, le four verrier de Pyrex est le plus grand du monde. Il a nécessité un investissement de six millions d’euros lors de son installation en 2018 et permet de réaliser 44 millions de produits par an.
Renouvelé en moyenne tous les cinq ans, le four verrier de Pyrex est le plus grand du monde. Il a nécessité un investissement de six millions d’euros lors de son installation en 2018 et permet de réaliser 44 millions de produits par an. (Crédits : Reuters)

L'appétence constatée des Français pour la pâtisserie pendant le confinement a permis à Pyrex International Cookware de tirer son épingle du jeu. Après une baisse de l'ordre de 40% de ses commandes en mars et avril, les achats de plats à gâteaux sont repartis ensuite nettement à la hausse. José Luis Llacuna, PDG du groupe, table même sur une récupération complète du manque à gagner dès cet été qui lui permettra d'afficher un chiffre d'affaires stable dans l'Hexagone, soit 15 millions d'euros en 2020. Pyrex, présent dans 146 pays, a réalisé dans le monde 100 millions d'euros de recettes en 2019.

Egayer la gamme jugée austère

La société, détenue depuis avril 2020 par le fonds d'investissement franco-luxembourgeois Kartesia, mise sur plusieurs innovations dans les produits pour refaire de la croissance interne l'année prochaine. Ses plats de cuisson en verre borosilicate, résistants des températures de 1.550 degrés, se verront ainsi agrémentés de films colorés. Objectif de cette nouvelle gamme, égayer des produits de haute qualité pour un prix abordable, mais jugés austères et peu décoratifs. Sur le segment des plats de conservation, Pyrex prévoit ensuite de sortir en 2021 un plat et son couvercle réalisés entièrement en verre (Full Glass). La croissance externe, avec le rachat éventuel d'acteurs verriers, est également inscrite dans la stratégie du nouvel investisseur. Enfin, Pyrex International Cookware compte développer l'export dans des pays à fort potentiel comme les Etats Unis, La Russie et Le Moyen orient.

Lire aussi : Le français Taster lève 8 millions de dollars pour déployer ses "cuisines-fantômes"

Productivité accrue

Socle de ces futurs leviers de croissance, la maîtrise des coûts de production pour rester compétitif face à ses deux principaux concurrents, le tchèque Kavalier (Simax) et le turc Pasabahce (Borcam). Après avoir robotisé une première ligne de fabrication en 2018, Pyrex en a installé en mai une seconde au sein de son immense usine de Châteauroux de 40.000 m2. Seul site de production du groupe, qui emploie 390 salariés (485 dans le monde), cette dernière fonctionne 24h/24 et fabrique des gammes de plats labellisés « Origine France Garantie » grâce à un taux de 50% de matières premières issues du territoire national. Un atout de taille pour Pyrex, à l'heure où la crise sanitaire a remis les circuits courts de fabrication comme priorité à la fois des entreprises et des consommateurs.

Lire aussi : Carton plein pour Le Casier Français, distributeur pour circuit-court made in France

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 07/07/2020 à 8:46
Signaler
Par ailleurs le verre est une filière vertueuse, facile à travailler, facile à recycler, écologique et économique on comprend pourquoi il est sous employé, quand un phénomène industriel est aussi efficace il faut le saboter afin d'en vendre dix médio...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.