Anne Hidalgo : « Il faut aller plus loin sur la gratuité » des transports urbains

 |   |  641  mots
(Crédits : DR)
En ouverture du Forum Paris City Life, organisé par La Tribune à l'Hôtel de Ville, la maire de Paris a défendu son bilan en matière de mobilité, marqué par la réduction de la place de la voiture et la création de pistes cyclables, avant de livrer sa vision sur les nouvelles mobilités et la gratuité des transports à Paris.

C'est en se souvenant du sentiment d'urgence face au défi climatique, à l'issue de la COP21, en 2015, ainsi que des engagements en faveur du climat pris par 1000 maires dans le monde, réunis à l'époque à Paris, qu'Anne Hidalgo a inauguré mardi l'édition 2019 du forum Paris City Life.

« Nous ne pouvons pas relâcher cette pression », a lancé la maire de Paris, en ouverture de l'événement organisé par La Tribune les 26 et 27 novembre, sous les ors de la salle des fêtes de l'Hôtel de Ville de Paris.

Autre souvenir, dès le lancement des travaux liés aux engagements de l'accord de Paris, par son équipe municipale, « nous nous sommes heurtés à des lobbys violents et puissants. Ils sont venus nous voir en nous menaçant: si vous ne changez pas de discours, on vous fera battre aux prochaines élections », a souligné Anne Hidalgo.

« Nous avons décidé d'affronter cela et de poser des actes symboliques », a-t-elle poursuivi, en évoquant ses actions, notamment en matière de fermeture des voies sur berges et de création de nouvelles pistes cyclables sécurisées.

Conjuguer les mobilités

Même volontarisme quant à l'avenir des mobilités.

« Les mobilités doivent être conçues comme des libertés et non pas comme des contraintes »a insisté celle qui ne s'est pas encore portée candidate aux prochaines élections municipales.

Autrement dit, prendre sa voiture en ville, c'est confondre dépendance et liberté... En clair, l'enjeu est de sortir de cette dépendance grâce à plusieurs modes de déplacement possibles. Métro, vélo personnel ou partagé, à assistance électrique ou non, véhicule électrique en mode partagé...

« Toutes ces formes doivent pouvoir se conjuguer et être offertes aux populations », a estimé la maire de Paris.

« Pour ce qui est du réseau principal de mobilité, à savoir le métro, le bus, le tram... on doit aller vers la gratuité », a par ailleurs précisé Anne Hidalgo. Une question qui doit se travailler de manière « pragmatique », dit-elle. Et de citer des mesures de gratuité prises pour les retraités à partir de 65 ans sous conditions de ressources, pour les enfants jusqu'à 11 ans depuis septembre dernier, sans oublier la prise en charge de la moitié du montant annuel du pass Imagine R pour les adolescents. « Il faut aller plus loin sur la voie de la gratuité pour ces jeunes », a poursuivi l'élue tout en martelant :

« L'investissement public doit être au rendez-vous ».

Impliquer les jeunes dans la décision

Plus généralement sur les défis climatiques et de mobilité, « ce qui me rend optimiste, c'est la mobilisation des jeunes », a conclu la maire de Paris qui, jusqu'à récemment, assurait la présidence du réseau C40 villes. Pour accélérer, « il faut écouter les jeunes et au-delà, les impliquer dans le processus de décision ». Une volonté qui se traduit par la mise en place d'une « académie du climat » à Paris, où des scientifiques viendront partager leurs connaissances avec la jeunesse. Un lieu d'où pourraient sortir de nouvelles solutions.

D'autant que, face au dérèglement climatique qui s'accélère, l'urgence est là. « J'étais plus optimiste à la sortie de la COP de Paris », a avoué de son côté le climatologue et glaciologue Jean Jouzel, en dialoguant lors de la session d'ouverture du Forum Paris City Life avec la maire de Paris. Déplorant le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris, celui qui fut vice-président du groupe scientifique du GIEC a rappelé que « le succès de l'accord de Paris, c'était son universalité ». Pour éviter des conséquences dramatiques liées au réchauffement climatique, les Etats seront en tout cas appelés à prendre des engagements plus contraignants lors de la COP25. Rendez-vous est donné du 2 au 13 décembre en Espagne, à Madrid.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2019 à 12:35 :
concernant les transport gratuit a partire de 65 annes cest une bonne chose car en generales toutes les banlieux fraudes les passages de metro
a écrit le 29/11/2019 à 11:17 :
Ca ne choque personne le coût inutile des portillons régulièrement changés, des distributeurs de tickets, des contrôleurs, etc. ?
L'écologie c'est la gratuité totale pour les usagers, le tout payé par les taxes, impôts et stationnements hors des grands parkings
a écrit le 27/11/2019 à 23:20 :
c'est gratuit, c'est la mairie qui paye! : on a déjà entendu ça quelque part ?
a écrit le 27/11/2019 à 14:11 :
C’est bien connu : tout ce qui est gratuit n’a pas de valeur, et on ne le respecte pas : incivilité, saleté, dégradation ...
Et il faut bien quelqu’un qui paye malgré tout.
A moins que Mme Hidalgo ait une baguette magique ou un magot sous son matelas.
a écrit le 27/11/2019 à 13:04 :
Je l'ai écrit ce matin, mais commentaire passé à la trappe. Quoi qu'en ait dit Hollande, il n'y a rien de gratuit, mais toujours un payeur, au travers d'impôts et/ou de taxes
a écrit le 27/11/2019 à 11:55 :
il faut interdire Paris!
a écrit le 27/11/2019 à 11:53 :
C déjà gratuit pour toute la faune grise !
a écrit le 27/11/2019 à 11:36 :
Financement sans les contribuables par:
- renégociation avec les concessionnaires
- suppression de la billetterie
- argent des FPS et recettes des stationnements
- taxation des propriétaires des parkings commerciaux de toutes les grandes surfaces, qui se goinfrent depuis 40 ans sur le dos de leurs clients, grâce au texte adopté n° 213 AN 20/12/2018 projet de loi de finance texte définitif art. 166.
a écrit le 27/11/2019 à 11:26 :
Nombreuses sont les villes qui ont adopté la gratuité comme Vitré, saint hilaire de riez, et ça fonctionne très bien, tout le monde est content.
Pour Paris, ça ne pose pas de problème, suffit de financer en intra muros par un péage aux portes de la capitale et ça augmentra sans infrastructures supplémentaires le nombre de passagers.
Soit du gratuit qui rapporte de l'argent.
Le Mans a adopté une autre formule un grand parking extérieur au terminal du tramway,quelques euro à payer et la journée entière gratuite pour jusqu'à 4 personnes sur tout le réseau.
a écrit le 27/11/2019 à 11:11 :
mais oui!
des transports gratuits pour tous!
ou avais je la tete, c'est evident!
et c'est evident que les salaries de la ratp accepteront de ne pas etre pays, le benevolat ca va aussi!
et alstom livrera gratuitement des trains, edf fournira gratuitement de l'electricite
mais bon dieu mais pourquoi personne n'a pas eu cet eclair de genie avant!
a écrit le 27/11/2019 à 8:47 :
Rien n'est gratuit, contrairement à ce que disait Hollande, il y a toujours un payeur, notamment au travers des impôts et taxes
a écrit le 27/11/2019 à 8:03 :
Hidalgo est la candidate de La Tribune, cest votre droit, mais la ficelle devient de plus en plus grosse, au point de friser la bonne vieille propagande.
Réponse de le 27/11/2019 à 10:28 :
je me faisais la même réflexion, c'est un article par jour à l'ode de la petite mère du peuple parisien.
a écrit le 27/11/2019 à 1:00 :
La marche à pied !!!
a écrit le 26/11/2019 à 23:39 :
Je peux vous assurer que la gratuité sera vécue comme un enfer, autant pour les conducteurs que les voyageurs.

Mais eux ne prennent pas le métro, donc c'est pas grave.
a écrit le 26/11/2019 à 20:20 :
La fausse gratuité il n’y rien de pire pour augmenter les impôts. Quand il n’y aura plus de voitures le prix du transport sera multiplier par 15
Réponse de le 27/11/2019 à 11:12 :
et surtout les parisiens seront otages des ultra syndicalistes de neo gauche qui obtiendront tout ce qu'ils veulent en menacant de greves a gogo a la moindre contrariete
a écrit le 26/11/2019 à 19:35 :
Si le métro et le bus sont gratuits, ils seront encore plus utilisés ? C'est prouvé ou un espoir théorique ? Parfois c'est compliqué s'il faut changer quatre fois de bus, par exemple, et encore c'est une chance d'en avoir, sinon y a les pieds et ça fait de l'exercice, aère.
A 18h c'était parfois saturé, à mon époque (pire si y avait un problème, les quais se remplissant sans désemplir).
En Suisse, j'avais lu que sur une ligne de bus, ils décalaient les heures de début des cours, ça étalait et donc diluait la concentration en passagers (scolaires mais ça compte aussi).
Réponse de le 27/11/2019 à 0:03 :
ne vaut pas forcément pour Paris.

A Dunkerque la gratuité est un vrai succès attesté par les chiffres de fréquentation en hausse et ceux de la circulation automobile en baisse.

A Paris c'est différent. 75% de parisiens s.s. n'ont pas de voiture donc la gratuité n'est pas un critère déterminant et le coût d'un pass navigo est indolore quand on peut payer un loyer dans la capitale.

Pour que la gratuité soit efficace pour décongestionner Paris, elle devrait être étendue à toute la banlieue, ce qui est très hypothétique.
a écrit le 26/11/2019 à 18:35 :
Que penser de ce genre de discours avant les élections ? Pourquoi ne pas l'avoir fait avant ?

Par ailleurs sans contraindre les entreprises afin d'homogénéiser les horaires de travail on y arrivera pas, et sachant que plus de 30% de pollution parisienne vient des camions qui circulent sur le périphérique on peut pas dire que vous ayez fait grand chose contre.

Politiciens de tous bords je ne pense pas que vous ayez encore prit la mesure d'à quel point vous nous gonflez, tous. Vous ne faites que parler et servir les intérêts de la classe dirigeante.

ON est à l'ère d'internet où tout change bien plus vite qu'avant, les déclins des civilisations du fait de la dégénérescence oligarchique qui prenaient des siècles peuvent juste prendre quelques décennies voir moins.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :