La logistique francilienne se met à la transition écologique et numérique

 |   |  523  mots
Ce nouvel entrepôt accueillera dès le 4 février prochain à Genevilliers (Hauts-de-Seine) Leroy Merlin et Ikea.
Ce nouvel entrepôt accueillera dès le 4 février prochain à Genevilliers (Hauts-de-Seine) Leroy Merlin et Ikea. (Crédits : C.A.)
REPORTAGE. Un nouvel entrepôt logistique a été inauguré ce mardi 29 janvier sur le port de Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Les différentes parties prenantes assurent qu'il est à la pointe de la révolution environnementale et digitale.

8 hectares, 63.000 m² de surfaces au sol et 20 mètres de haut. Sur le port de Gennevilliers (Hauts-de-Seine), se dresse un nouvel entrepôt de deux étages, propriété de Vailog, filiale du logisticien Segro. "C'est un bâtiment de flux consacré au e-commerce dans une situation géographique exceptionnelle à dix kilomètres de Paris, le long de l'A86 et près de l'A1", résume Didier Malherbe, directeur logistique de l'entreprise de conseil en immobilier CBRE qui a piloté la commercialisation.

Il accueillera dès le 4 février prochain les marchandises de Leroy Merlin sur 13.000 m² et celles d'Ikea sur 50.000 m². "Ce lieu fonctionnera comme un nouveau magasin à partir duquel nous livrerons les clients parisiens et ouest-franciliens", explique le directeur des opérations de distribution chez Ikea France, Philippe Monneret. L'entreprise d'origine suédoise déléguera la gestion de l'acheminement des marchandises à XPO Logistics qui fera à son tour appel à deux transporteurs : Vir et Trusk. Le premier couvrira l'ouest francilien et une partie de Paris intra-muros, le second s'occupant du reste de la capitale. Toutes deux devront respecter l'engagement d'Ikea de livrer en véhicule 100% électrique d'ici à 2020. "Nous sommes en train de choisir le prestataire", assure Thomas Effantin, le PDG de Trusk. Par ailleurs, ce dernier devra respecter le créneau de deux heures choisi par le spécialiste de l'ameublement.

Une flotte électrique... et fluviale ?

Pour réduire son empreinte carbone, le propriétaire des murs va également offrir aux salariés 1.000 heures de covoiturage gratuites et mettra à leur disposition une flotte de 2 à 5 voitures électriques en autopartage. "L'utilisateur ne payera qu'à l'usage, via une application sur son smartphone", précise Fabien Fridrici de Segro France. "Il pourra utiliser la voiture à titre professionnel et personnel, y compris le soir et le week-end."

Aménageur du site, le GIE Haropa, qui rassemble les ports du Havre, de Rouen et de Paris, mise, lui, sur le report modal pour "une logistique plus verte et plus vertueuse". "Nous avons de grandes ambitions avec les acteurs pour basculer les flux vers le fluvial", déclare ainsi la présidente du conseil d'administration Catherine Rivoallon. Patrice Leclerc, maire (PCF) de Gennevilliers, insiste, lui aussi, sur "l'exigence environnementale des livraisons en lien avec le fluvial ou la mobilité électrique".

Du vert et de l'efficacité énergétique


L'accent sera par ailleurs mis sur la végétalisation. "Nous sommes sur un site qui a une longue histoire industrielle et portuaire et dont les terres ne sont pas les plus propres", explique le directeur général de Vailog, Eric Véron. C'est pourquoi 20.000 sacs de terre végétale ont été apportés pour créer un jardin potager et 400 mètres carrés de vigne. L'entretien et la culture seront réalisés par le personnel en collaboration avec une association locale, au profit des collaborateurs et des clients.

La révolution numérique, et notamment l'utilisation de la maquette numérique en phase d'exploitation, permettra en outre d'optimiser les consommations du bâtiment. "Nous étudierons notamment la fréquence d'ouverture des portes pour améliorer l'efficacité énergétique", promet le directeur général de SXD Matthieu Ferrue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :