Le Grand Paris Express visé par une enquête préliminaire du parquet national financier

 |   |  442  mots
La Société du Grand Paris dit avoir appris « par voie de presse l'ouverture d'une enquête préliminaire du parquet national financier ».
La Société du Grand Paris dit avoir appris « par voie de presse l'ouverture d'une enquête préliminaire du parquet national financier ». (Crédits : DR)
Le parquet national financier vient de lancer une enquête préliminaire sur la Société du Grand Paris, qui construit le Grand Paris Express. En janvier 2018, la Cour des comptes avait en effet fustigé une gestion des marchés « qui n'a pas fait preuve d'une totale transparence ».

Une enquête préliminaire vient d'être ouverte sur la Société du Grand Paris par le parquet national financier (PNF), a appris l'AFP le 23 janvier, confirmant une information du journal Marianne. L'établissement public chargé de construire le Grand Paris Express est déjà dans le viseur de la Cour des comptes depuis un rapport de l'an dernier.

Auditionné le 17 janvier 2018 par la commission des Finances de l'Assemblée, son premier président Didier Migaud avait fustigé, en matière de gestion des marchés, « des règles de procédure parfois contournées, des recours mal contrôlés, un risque de dépendance avec la principale maîtrise d'ouvrage... La SGP n'a pas fait preuve d'une totale transparence ».

Les "Sages" de la rue de Cambon avaient également pointé le manque de contrôle par le conseil de surveillance sur le directoire : « Il y a lieu de renforcer ses pouvoirs et de faire évoluer la gouvernance », ainsi que l'éclatement, jusqu'en septembre 2017, de la tutelle sur la Société Grand Paris. « Jusqu'à mi-2016, les autorités n'ont pas fait preuve d'un zèle excessif. La SGP a été rattachée à quatre administrations avant le comité des tutelles sous la direction du préfet de Paris », relevait ainsi Didier Migaud.

La SGP prête à transmettre « les éléments demandés »

A la suite de ces révélations, l'association anticorruption Anticor avait saisi la justice le 12 juin 2018 qui n'avait pas donné suite à sa demande d'ouverture d'enquête restant dans l'attente « d'éventuels éléments complémentaires ». Cinq mois plus tard, le 15 novembre 2018, l'ONG écrivait à la Cour des comptes pour lui demander de transmettre un signalement au PNF.

« Nous sommes très satisfaits que cette enquête soit ouverte sur cette affaire hors-norme qui porte sur un budget total de plus de 38 milliards d'euros dont 13 milliards de dérapages et avec 164 marchés publics passés sans aucune mise en concurrence », a réagi auprès de l'AFP le président d'Anticor, Jean-Christophe Picard.

Sollicitée par La Tribune, la Société du Grand Paris dit avoir appris « par voie de presse l'ouverture d'une enquête préliminaire du parquet national financier ». L'établissement public chargé de construire le Grand Paris Express est déjà prêt à remettre aux enquêteurs « les éléments demandés avec l'exigence de faciliter le bon déroulement de cette procédure ».

Le président du directoire de la SGP Thierry Dallard aurait par ailleurs adressé un message à ses équipes dans lequel il leur « renouvelle sa confiance ». Ce dernier présentera en outre ses vœux ce soir devant les acteurs publics et privés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2019 à 7:39 :
Vu les montants financiers en jeu, des enveloppes doivent forcement circuler sous les tables. La corruption en France est un sport national.
a écrit le 24/01/2019 à 13:57 :
Evidemment la société mixte de bétonnage des terres fertiles du plateau de Saclay fonctionne pour le bien de l'Humanité avec un grand H
a écrit le 24/01/2019 à 13:25 :
Si les politiciens continuent cette pratique, massivement, machinalement, regardez nos LREM qui ne sont que ça au final, c'est parce que peu se font attraper et encore moins se font condamner.

La Justice c'est toujours celle des vainqueurs.
a écrit le 24/01/2019 à 13:15 :
La classe !

Ce projet a pris 50% à mi-chemin (et encore, c'est en fixant son go à 2010) et il sur-coute déjà 13 Md€ soit l'ordre de grandeur de l'effort consenti par le gouvernement après les mouvements de fin d'année.

Au scrabble ça s'appelle 'Mot compte double'.

Petit entrepreneur qui se saigne pour tenir ses engagements auprès de ses clients, je regarde ça avec des yeux comme des assiettes à soupe !

Ça flaire l'open bar cette histoire !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :