Grand Paris Express : la Société du Grand Paris auditée avant l'été

 |   |  435  mots
Parmi les dix élus qui siègent au conseil de surveillance, les patrons des sept départements, toutes tendances politiques confondues, ont été les premiers à réclamer ce regard extérieur.
Parmi les dix élus qui siègent au conseil de surveillance, les patrons des sept départements, toutes tendances politiques confondues, ont été les premiers à réclamer ce regard extérieur. (Crédits : Capture décran)
Le conseil de surveillance de l'EPIC chargé de construire le super métro a voté, ce jeudi, la mise en place d'un audit extérieur sur ses comptes. Un voeu de longue date souhaité par les dirigeants de départements qui sera exaucé avant l'été.

C'était une volonté du nouveau président du directoire Thierry Dallard comme des grands élus franciliens. Le 24 octobre, les membres du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris (SGP) se sont mis d'accord pour auditer le fonctionnement technique et financier de l'établissement public. Parmi les dix élus qui siègent au conseil de surveillance, les patrons des sept départements, toutes tendances politiques confondues, ont été les premiers à réclamer ce regard extérieur. Le rapport de la Cour des comptes en janvier dernier pointant des dérapages budgétaires sans précédent ainsi que le recalage du calendrier opéré par le gouvernement il y a sept mois n'ont fait que donner corps à leur demande. Les pistes de financement du député Gilles Carrez devraient, elles, nourrir le projet de loi de finances 2019 actuellement en cours de discussion au Parlement.

Lire aussi : Thierry Dallard, le maître des horloges du Grand Paris Express

Plus récemment, la remise en cause de l'interopérabilité entre les lignes 15 sud et 15 est du Grand Paris Express à Champigny (Val-de-Marne) a cristallisé des tensions entre le président du conseil départemental du Val-de-Marne et la SGP. D'un côté, l'élu Christian Favier rappelle la promesse de l'été 2012 de construire ce lien entre les deux lignes, soulignant que 200 millions d'euros d'argent public ont déjà été dépensés et des travaux engagés. De l'autre, le président Thierry Dallard estime qu'il est « encore temps d'étudier toutes les alternatives techniques » et promet d'en discuter avec tout le monde pour « aboutir à une décision collective dans le plus large consensus possible. »

Mise à jour du calendrier à l'été 2019

Pour l'ensemble des présidents de département franciliens, cette histoire « prouve la nécessité de conduire un audit complet sur les pratiques de la SGP et sa santé financière ». Concrètement, un appel d'offres sera lancé prochainement pour trouver un prestataire indépendant.

« Le travail va s'opérer dans les six à huit prochains mois avec un rendu au printemps prochain », confie-t-on à la Société du Grand Paris. « Ce sera le socle de la mise à jour du calendrier à l'été 2019. »

En attendant cette actualisation, les patrons départementaux, qui ont échoué en septembre dernier à faire élire l'un des leurs à la tête du conseil de surveillance, promettent déjà de « jouer pleinement leur rôle avec une vigilance renforcée ». Considérant que « l'Etat souhaite continuer de tout contrôler », ils se disent même « prêts à exploiter toutes les voies légales et juridiques pour obtenir des réponses à leurs questions ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :