Triangle de Gonesse : le projet EuropaCity déclaré "d'utilité publique"

 |   |  523  mots
C'est sur le Triangle de Gonesse, site de 299 hectares, que doit voir le jour, entre autres, le controversé complexe de loisirs et de commerce EuropaCity.
C'est sur le Triangle de Gonesse, site de 299 hectares, que doit voir le jour, entre autres, le controversé complexe de loisirs et de commerce EuropaCity. (Crédits : DR)
L'opération d'aménagement du triangle de Gonesse (Val-d'Oise), qui doit accueillir le centre commercial et de loisirs EuropaCity, présente des "avantages certains pour la collectivité comme pour les populations", a estimé ce 20 décembre 2018 le préfet du 95.

Les 250.000 mètres carrés de commerces et de cultures que représentent le controversé projet EuropaCity ont été déclarés, ce jeudi 20 décembre 2018, d'utilité publique par le préfet du Val-d'Oise. Dans son arrêté, il explique que ce projet d'aménagement du triangle de Gonesse consiste à "créer un ensemble d'activités et d'équipements de services dans un secteur stratégique". En réalité, le préfet fonde sa décision sur l'avis de juin 2018 du commissaire-enquêteur. Dans le cadre d'une enquête publique, ce dernier avait estimé que "l'opération projetée est globalement cohérente avec les objectifs annoncés", présentant "des avantages certains pour la collectivité comme pour les populations".

« Une déclaration d'utilité publique est un véritable acte de naissance pour tout projet d'aménagement. C'est donc un acte fort pris par l'Etat aujourd'hui pour l'avenir du Nord-Est francilien est ses habitants », souligne Benoit Chang, directeur général d'EuropaCity,

Même si cette décision autorise l'établissement public foncier d'Île-de-France à acquérir les terrains nécessaires, le maître d'ouvrage public Grand Paris Aménagement doit en effet encore déposer un dossier d'autorisation environnementale portant sur l'ensemble du projet. Ce dossier sera à son tour soumis à une enquête publique. 500 boutiques, des espaces de congrès, de séminaire, des hôtels, une ferme urbaine, 50.000 mètres carrés de culture... Ce projet est censé créer 12.000 emplois. "C'est notre chance", se réjouissait en décembre 2017 la présidente (LR) du Val-d'Oise Marie-Christine Cavecchi. "On a des difficultés sociales, on a des problèmes de formation, de chômage. La population ne veut pas voir passer sous son nez quelque chose d'aussi positif."

Avis défavorable de Benjamin Griveaux

"Ce sera destructeur", estime en revanche auprès de La Tribune Florent Druelle, directeur du centre commercial O'Parinor situé à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) à moins d'un kilomètre d'Europacity. "8.000 emplois sont menacés. Cela s'appelle une déclaration d'utilité publique, mais ce ne sera pas du tout utile. Nous sommes déjà sur une zone très saturée avec Aéroville à 5 km ou Rosny 2 à 10 km." Le 12 octobre dernier, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, déclarait, lui, devant le Medef parisien ne pas croire du tout au projet : "Je considère qu'on n'est pas totalement dans l'air du temps et dans le sens de l'histoire." 

"Du côté de Bercy et de l'Élysée, on est pour",
 assurait au contraire le maire (PS) de Gonesse Jean-Pierre Blazy en décembre 2017. "Quand Emmanuel Macron était secrétaire général adjoint de l'Élysée, il a reçu "X" fois Immochan. Le projet a même été approuvé dès 2010 par Nicolas Sarkozy." Immochan, qui a été depuis rebaptisé Ceetrus, filiale du groupe Auchan, ainsi que le Chinois Wanda, se disent en effet prêts à investir 3,1 milliards d'euros. En mars 2018, la justice avait annulé un arrêté préfectoral pris en septembre 2016 et créant la zone d'aménagement concertée (ZAC) du triangle de Gonesse, avant qu'en mai dernier, l'Etat ne fasse appel de cette décision.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2018 à 21:13 :
Mr Grivaux a tout à fait raison. Artificialisation de terres cultivables et développement d'un énième centre commercial qui ne fera que cannibaliser des emplois déjà existant, on marche sur la tête. A l'heure du déréglement climatique et de la remise en cause de la mondialisation il serait certainement plus judicieux de garder nos terres arables en couronne de Paris et d'y développer des fermes/cultures en bio plus intensives en main d'oeuvre. On viserait alors à créer des emplois non délocalisables tout en répondant à une demande croissante pour des produits alimentaires locaux, sains et distribués en circuit court. Par la même occasion on améliorerait l'indépendance alimentaire de la région Parisienne, chose plutôt stratégique au vu des enjeux climatique et économique actuels. Ce projet Europa City est anachronique, enfin tout sauf pertinent.
a écrit le 21/12/2018 à 20:34 :
Encore une énième affaire de corruption en béton qui se profile.
a écrit le 21/12/2018 à 12:17 :
Personne n'en veux sauf le promoteur. Ca sent bon la corruption cette affaire.
a écrit le 21/12/2018 à 9:08 :
nul c'est encore une histoire de concurrence et de gros sous perdre encore des hectare de terres cultivables et d'espace vert au profit du beton les environ etant deja saturer, on va en creer un peu plus et ralentir beaucoup d'acces a roissy d'autant que celui ci envisage aussi de s'agrandire
a écrit le 21/12/2018 à 8:34 :
"Bienvenue dans EuropaCity, future cathédrale de la consommation à quelques kilomètres de Paris" https://www.bastamag.net/Bienvenue-a-EuropaCity-un-grand-projet-impose-a-quelques-kilometres-au-nord-de
a écrit le 21/12/2018 à 0:57 :
C'est une belle idiotie. C'est plus une histoire de gros sous que d'utilité publique ! Nous allons avoir un immense centre commercial à moins de 5 km' de deux autres grands centres commerciaux que sont Parinor et Aeroville.
Cela va signer la mort de ces deux grands centres commerciaux et augmenter le chômage. .et détruire plusieurs hectares verts....
Combien les élus vont de mettre dans la poche? Car il ne faut passe leurrer....
Une habitante De Gonesse

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :