Europacity : la justice annule la création de la zone d'aménagement devant accueillir le mégaprojet

 |   |  392  mots
(Crédits : DR)
Coup dur pour le mégacomplexe de commerces et de loisirs Europacity, filiale immobilière du groupe Auchan et du groupe chinois Wanda : la justice a annulé la création de la zone d'aménagement prévue au nord de Paris, supprimant 280 hectares de terrains agricoles entre le Bourget et Roissy, jugeant l'étude d'impact sur l'environnement "insuffisante". Le projet est de toutes façons retardé par le report à 2027 de la ligne du Grand Paris Express le desservant.

La création de la zone d'aménagement concerté (ZAC) dite du "triangle de Gonesse", qui doit accueillir le mégacomplexe de commerces et de loisirs Europacity au nord de Paris, a été annulée dans un jugement rendu mardi, la justice administrative estimant l'étude d'impact "insuffisante".

Dans sa décision, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise estime que la population et les autorités auraient dû être mieux informées "eu égard à l'impact potentiel sur l'environnement" de cette ZAC "qui se traduit notamment par la suppression de 280 hectares de terres agricoles".

Portée par l'aménageur Grand Paris Aménagement dans le Val-d'Oise, entre les aéroports franciliens de Roissy et du Bourget, la ZAC doit notamment accueillir sur 80 hectares Europacity, un projet d'activités touristiques et culturelles à 3,1 milliards d'euros décrié pour son "gigantisme" et l'artificialisation de terres agricoles.

Saisi par plusieurs associations de défense de l'environnement, le tribunal a annulé l'arrêté préfectoral du 21 septembre 2016 créant la ZAC, estimant que l'étude d'impact présentée lors de l'enquête publique au printemps 2016 comportait des lacunes, "ainsi que l'avait d'ailleurs relevé l'autorité environnementale dans son avis du 2 mars 2016", écrit-il dans un communiqué.

Dans son jugement, le tribunal souligne notamment que les analyses étaient "très insuffisantes" concernant "la question des émissions de CO2 induites par les déplacements de touristes par déplacements terrestres ou aériens, eu égard à la proximité de l'aéroport et dans la perspective de la création d'Europacity" qui entend attirer 31 millions de visiteurs (gratuits et payants) par an.

Pour le tribunal, ces lacunes "ont nécessairement, par leur importance et leur cumul, été de nature à nuire à l'information complète de la population et à exercer une influence sur la décision de l'autorité administrative".

Contacté par l'AFP, le directeur du développement d'Europacity David Lebon a déclaré que cette décision ne portait "pas un coup d'arrêt" au projet, dont le calendrier a déjà été rallongé fin février, quand le gouvernement a reporté de trois ans, à 2027, la construction de la gare du Grand Paris Express desservant le triangle de Gonesse.

Europacity, filiale immobilière du groupe Auchan et du groupe chinois Wanda, voulait implanter d'ici à 2024 un parc d'activités à vocation touristique et culturelle sur des terres encore agricoles autrefois zones de maraîchage destinées à ravitailler Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2018 à 11:25 :
Comme par hasard, une semaine après l'entrevue de Mr DISNEY et JUPITER
Réponse de le 07/03/2018 à 17:57 :
Les travaux s’étaleront entre 2019 et 2025 et concerneront le deuxième parc, Walt Disney Studios. Ouvert en 2002 à Marne-la-Vallée, ce dernier verra sa taille quasiment doubler avec trois nouvelles zones consacrées aux héros Marvel, à la Reine des Neiges et à Star Wars, qui seront reliées par un lac. «Notre but est de mettre en avant les franchises que nous possédons et qui sont très appréciées dans cette partie du monde, ainsi que d’accroître le nombre de visiteurs», explique le PDG.
a écrit le 07/03/2018 à 6:56 :
On assiste à une destruction de notre environnement pour créer des "paradis" artificiels privés réservés à des privilégiés. Ce qu'on avait gratuitement est détruit pour nous le revendre très cher.
Réponse de le 07/03/2018 à 9:12 :
En effet, "paradis" consumériste et abrutissant, génial !
a écrit le 06/03/2018 à 19:35 :
Je me demande ,si un jour, on va arrêter de détruire des terrains agricoles, pour construire des magasins ou des aires de jeux qui sont déjà en surnombre. On fait miroiter à nos élus la création d'emplois, mais pas ceux détruits par cette création, et une rentrée d'argent pour la commune et nos élus, tous plus mégalomanes les uns que les autres, marchent. La France va bientôt importer sa nourriture, frelatée, de Chine ou d'Amérique latine, alors que nous étions les plus gros producteurs d'Europe.
Réponse de le 07/03/2018 à 7:21 :
Cent pour cent d'accord avec vous !!!
a écrit le 06/03/2018 à 18:18 :
Des terres maraicheres et agricoles sous les envols et arrivees des avions desservant les deux aeroports du nord de Paris, personnellement je ne suis pas pret a manger le pain qui viendra de ce grenier a ble que les associations de defense de l environnement, bien pensantes, appellent de tous leurs voeux.
Réponse de le 07/03/2018 à 7:30 :
Ce serait tellement mieux en effet de consommer des haricots verts de la banlieue de Shanghai ou du blé de la région de Chicago ...
En outre, s'il n'y avait que cet "Euroville" ... Mais ce sont toutes nos vallées et nos meilleures plaines fertiles qui sont endommagées par des tas de projets aussi farfelus et inutiles que celui-ci !
Réponse de le 07/03/2018 à 14:06 :
cher Etienne80,
J'entends votre discours avec attention. Cependant, ne pensez vous pas qu'à l'époque ou tout doit être bio il est de meilleurs endroits pour les cultures maraîchères que le dessous des pistes de ces deux grands aéroports.
Nos agriculteurs se meurent, les terres sont exploitées, en France, par des sociétés anonymes, mandatées par de grands conglomérats internationaux qui acquièrent, à vil prix, les terres exploitables. Ils transforment, nos terres fertiles en "unités de production", apportant dividendes substantiels aux actionnaires. Et ceci au plus mépris des traitements chimiques nécessaires à la rentabilité. Renseignez vous!
S'il doit y avoir mobilisation, ce n'est pas contre les blés de Shangaï, de Chicago ou les légumes du bout du monde, mais plutôt contre ce système qui tue lentement mais si sûrement les savoirs et compétences de nos exploitants agricoles en les privant de ressources et en les incitant à vendre leurs biens au prix d'un marché édicté par les financiers.
Réveillez vous, les jachères industrielles ne sont pas des terroirs de premiers choix pour cultiver ce que vous mettrez dans votre assiette. Les jachères agricoles que nous a imposé l'Europe seront, elles, d'un excellent rendement (financier) pour ces nouveaux géants de l'agroalimentaire. Et ceci au mépris de votre santé et de celle de vos enfants.
Alors, que faire du triangle de Gonès? Je n'ai pas d'idée sur le sujet. Mais y planter ce qui risque d'être un jour dans mon alimentation, là je dis non car ajouter à mon menu les rejets de kérosène (brûlés ou imbrulés) n'est pas un choix qui me semble acceptable.
a écrit le 06/03/2018 à 17:56 :
Excellente nouvelle, que cela fasse jurisprudence, car des projets de ce genre il en existe plus d’un et certains maires en sont friands. Le saccage de la terre agricole ça suffit.
Réponse de le 07/03/2018 à 7:31 :
Bravo pour votre clairvoyance et pour votre bon sens, enfin les français se réveillent face à cette cata de la disparition de nos terres les plus fertiles !
a écrit le 06/03/2018 à 17:34 :
La justice, dernier rempart à la compromission décomplexée et improductive, d'où le fait que les politiciens, bons chienchiens des investisseurs, l'affament.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :