Pourquoi EuropaCity fait débat

 |   |  980  mots
(Crédits : DR)
250.000 m2 pour du commerce et de la culture ? Un gâchis écologique pour certains parlementaires, la mort des commerces de proximité d'après des élus locaux. En face, Immochan et le Val-d'Oise défendent le projet de créer 12.000 emplois non-délocalisables.

Le 12 décembre dernier, la députée (FI) de la cinquième circonscription de Seine-Saint-Denis, a priori pas ou peu concernée par le projet de zone commerciale géante Europacity, sur la route de l'aéroport Roissy-CDG, interpelle Nicolas Hulot à l'Assemblée nationale.

Dans la continuité d'une tribune publiée dans Libération quelques jours plutôt, la représentante de Sevran, Tremblay-en-France et Villepinte dénonce « une empreinte carbone équivalente à 170 hypermarchés » sur 300 hectares, alors que l'Île-de-France perd, selon elle, chaque année 1 400 hectares de terres agricoles. Clémentine Autain - puisque c'est elle dont il s'agit - fustige l'inadéquation d'Europacity avec le plan Climat et défend le projet Carma : le groupement de Coopération pour une ambition rurale et métropolitaine agricole.

Préservation des terres agricoles

« J'aimerais qu'elle ait la même critique sur le projet dans sa circonscription, à Villepinte, qui va "bouffer" 240 hectares et 2.000 emplois contre 299 pour la ZAC de Gonesse et 50.000 emplois créés.

C'est de la jalousie et une forme d'hypocrisie. Qu'elle fasse ce projet dans sa circonscription, et non dans celle des autres ! » s'agace David Lebon, directeur du développement Europacity qui rappelle que la ZAC appartient à l'État.

Au Palais Bourbon, c'est Élisabeth Borne, ministre déléguée aux Transports auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, qui réplique à Clémentine Autain :

« Le ministre d'État a, bien entendu, déjà constaté la contradiction entre ce projet et l'objectif de préservation des terres agricoles et de lutte contre l'artificialisation des sols qu'il se fixe dans le cadre de notre politique de transition écologique. »

Elle annonce que Nicolas Hulot souhaite qu'« une réflexion soit conduite pour préciser la position sur le projet et sur les conditions d'un aménagement durable et équilibré du territoire, en lien avec l'ensemble des collectivités concernées ».

Le maire (PS) de Gonesse, Jean-Paul Blazy, ne prend pas de gants :

« Hulot, il est contre [Europacity]. Du côté de Bercy et de l'Élysée, on est pour. Quand Emmanuel Macron était secrétaire général adjoint de l'Élysée, il a reçu X fois Immochan. Le projet a même été approuvé dès 2010 par Nicolas Sarkozy ».

De fait, 250.000 mètres carrés de commerces sont prévus au programme mais certains restent encore à définir. Blazy les presse :

« Plus ils tardent, plus ils prêtent le flanc aux caricatures du centre commercial ».

L'élu local préfère mettre l'accent sur la « culture » car des partenariats, pour 50.000 m2, ont notamment été signés avec le Grand Palais :

« Demain, vous viendrez voir une exposition à Gonesse en empruntant le métro. C'est de l'attractivité. On n'a pas la prétention de dépasser la Tour Eiffel mais on ne peut plus être uniquement des territoires qui se paupérisent. Aujourd'hui, un habitant de Paris vient chez nous seulement pour prendre l'avion ou aller chez Ikea. »

Querelles de chapelle

Élisabeth Borne, toujours au Parlement, confirme :

« C'est surtout au nom de l'attractivité, du développement économique du Grand Paris et de la création d'emplois que les gouvernements précédents ont fait le choix de soutenir ce projet. »

La députée (LRM) de la circonscription, Zivka Park défend la même logique :

« On a besoin d'un projet structurant qui relance une dynamique et qui apporte de l'emploi. »

En revanche, Bruno Beschizza, d'Aulnay-sous-Bois, a voté contre un arrêt de la gare à Europacity :

« En tant que maire et que président de Paris Terre Envol, je suis contre ce projet. »

Le représentant d'Europacity, David Lebon semble las de ces querelles de chapelle :

« Les postures politiques des uns et des autres sont assez savoureuses dans le sens que notre projet est emblématique », sonnant la charge contre Bruno Beschizza.

« Quand il dit "On a fait une étude qui dit qu'il y aura 8.000 destructions d'emplois", il sert ses vues politiques dans sa commune.

Beaucoup de gens, au contraire des élus, nous disent "On a besoin de redorer le blason de nos territoires".»

Le gouvernement, en même temps reproche au projet de s'en prendre aux commerces de proximité, à l'heure où Bercy entend reprendre la main sur la revitalisation des centres-villes. David Lebon balaie cela d'un revers de main :

« Selon une étude demandée aux CCI du 93 et du 95, dans un rayon de quinze kilomètres, 90% du commerce est constitué de kebabs, de tabacs, d'opticiens, de banques et d'agences immobilières. On va créer de la richesse dans un territoire qui n'en crée pas et en faire une destination touristique, ce qui renouvellera le commerce de proximité ».

La présidente (LR) du conseil départemental du Val-d'Oise, Marie-Christine Cavecchi, défend mordicus Europacity :

« 12.000 emplois à la clé, ce n'est pas rien ! »

Et de lister les constructions prévues : des espaces de congrès, de séminaires, une ferme urbaine (« Les enfants n'ont plus l'habitude de voir les animaux ») et surtout des hôtels (« On en manque dans le coin ! »). Le département étant chargé de compétences sociales comme le RSA, la chef de file du 95 argumente :

« C'est notre chance : on a des difficultés sociales, on a des problèmes de formation, de chômage. La population ne veut pas voir passer sous son nez quelque chose d'aussi positif. »

Évidemment, la ligne 17 sera indispensable à la concrétisation d'un tel projet. Selon nos calculs, les entreprises du Val-d'Oise contribuent à 7% au montant total du métro. Sauf que, sans métro, les actionnaires d'Europacity risquent de quitter le navire. Sans parler de ce corridor qui va jusqu'à l'aéroport Charles-de-Gaulle, lequel comptabilise déjà plus de 10 milliards d'euros d'investissement et donc des centaines d'emplois localisés entre le terminal 4, ce centre commercial, et Villepinte. Les cadres du parc des expositions restent d'ailleurs fébriles. Sollicités, ils n'ont pas répondu à nos demandes d'entretien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2018 à 11:48 :
Les grandes surfaces commerciales ont vidé les centres ville et quasiment tout les Maire se battent pour faire revivre les commerces de centre ville les animations vont de pair avec les commerce. C'est une grave erreur de continuer à tout vouloir concentrer à l'extérieur des villes y compris les animations que ces ces terrains soient réservés à des jardins populaires et non pas à les laisser bétonner le paysage !
a écrit le 21/01/2018 à 13:16 :
L’Ile de France perd chaque année 1400 ha de terres agricoles. C’est deux fois plus que l’aéroport NDDL qui lui, ne prévoyait d’urbaniser que 700 ha (sur une ZAD de 1600 ha). Et c’etait Un projet pour les100 ans à venir. Que font les écologistes? Les Hulot, les José Bové, les Duflot, les Lalanne, les Melenchon, Besancenot, tous ceux qui avaient leur mot à dire contre NDDL ? On les entend pas ici. Ah mais j’oubliais ! On parle de la région parisienne. Tous les projets parisiens sont par nature légitimes, pas comme ce projet d’aeroport Nantais défendu par des élus qui forcément sont des petits barons de province qui ont des idées grandiloquentes!! Vive la France et vive le jacobinisme
a écrit le 21/01/2018 à 11:41 :
C'est drôle que cette ville de Paris installée la à cause des meilleures terres à blé du monde à très haut taux hydrique s'efforce avec beaucoup de vitalité de les détruire au plus vite.
Lu dans un journal agricole, une coopérative sucrière à moins de 40 km de Paris des récoltes invraisemblables de betteraves à sucre: presque 200 tonnes à l'ha à un taux de sucre proche 20% sans le moindre arrosage, on est dans les records du monde, et on bétonne cette merveille!
Faut'il que les Francilliens soient tombés sur la tête!, mais bordel pour vos âneries trouvez-vous des landes de cailloux ou rien n'a jamais poussé sauf les ajoncs les ronces et la bruyère!
a écrit le 20/01/2018 à 0:04 :
Tout le monde pressent un projet super bien préparé, très original, au moins aussi différencié et aussi attractif que la rue de Rivoli avec les Tuileries, un lieu d'épanouissement incomparable pour les populations environnantes. Les urbanistes français ont tellement bien réussi les villes nouvelles qu'ils en ont oublié ce qui faisait l'agrément de la vie collective et culturelle : la rue, les marchés, les spectacles, les foires, les gargotes, les amphithéâtres, etc.
a écrit le 19/01/2018 à 20:59 :
Les concepteurs se sont inspirés des Supermall US, des centres commerciaux gigantesques où les américains vont flâner le WE et perdre leur argent, faute d'avoir des sentiers de randonnée et d'autres buts dans la vie que de dépenser pour avoir l'impression de vivre.

La conséquence d'une tel projet c'est, en plus de l'emprise foncière sur des terrains agricoles, des dizaines de milliers de véhicules supplémentaires dans le NE parisien qui est déjà chroniquement bouché et pollué.
D'autre part, le processus de cannibalisation a déjà commencé dans la plupart des mega-centres commerciaux de la région. Quand un magasin ouvre quelque part, un autre ferme sur le CC voisin et les emplois suivent, il y a bien une délocalisation parce que le marché est saturé.

Bref Europacity peut fonctionner quelques années mais ce sera aux dépends des centres existant, et ça ne sera jamais un succès.

Et puis c'est totalement antinomique avec une vision écologique du futur avec des magasins de taille moyenne ou petite situés à proximité des zones d'habitation afin de limiter les déplacements et/ou de les rendre possible sans utiliser de véhicule personnel.
a écrit le 19/01/2018 à 20:54 :
Cela doit créer 1200 emplois mais en retirer autant aux environs !
donc projet nul
a écrit le 19/01/2018 à 20:04 :
Le projet lancé en 2012 finit par écraser les dernières réticences. Comme l'avis défavorable suite à l'enquête publique du 25/8/17 sur le PLU de Gonesse. Mais simple avis consultatif, contre un temple consumériste , miroir aux alouettes. Avec le soutien de ministres compétents comme L.Fabius en 2014 : " EuropaCity est un projet majeur. Il structurera notre territoire et contribuera à sa vitalité économique.....Contre les grands projets inutiles et imposés, il faut remettre en cause les enquêtes dites d'utilité publique .
a écrit le 19/01/2018 à 16:59 :
Europe CITY aura le même destin que nddl
En mettant l'Ecologie de côté c'est un projet très dépassé du point de vue commercial on ne sait plus quoi faire de tous ces mètres carrés
Je travaille dans la profession qui regarde ce projet avec beaucoup de circonspection
a écrit le 19/01/2018 à 12:50 :
Les maires ne savent plus rien faire d'autre que des centres commerciaux et des parcs d'attraction. Les emplois prétendument créés en détruisent d'autres ailleurs.
a écrit le 19/01/2018 à 11:54 :
genial, on va creer un gros centre commercial au moment ou la tendance est a l e commerce ou au petit supermarches (ceux qui marchent le mieux)....
Quant aux 12 000 emplois, ils comptent aussi ceux qui vont etre licencies car les autres uspermarches du coin vont etre liquides ?

enfin la cerise sur le gateau, c est qu on va demander au con-tribuable de faire une ligne de metro ...
a écrit le 19/01/2018 à 11:22 :
Avec tous ces centres commerciaux (qui ont défigurés les entrées d'agglomération) depuis trente ans et qui devaient créer tellement d'emplois, on se demande pourquoi il y encore du chômage en France.
a écrit le 19/01/2018 à 11:07 :
Quand une activité porte préjudice à d'autres, plus ou moins en bonne santé, les emplois sont aspirés, le bilan final n'est pas obligatoirement si positif. Transférer 10 000 personnes de sites qui vont fermer, c'est pas de la création en soi. Créer ici en détruisant ailleurs, c'est la vie mais ne pas avancer ça comme "balise". Les habitants du coin sont qualifiés pour ces 12 000 emplois ? Non ? Ce seront donc des transferts (bon pour le logement).
a écrit le 19/01/2018 à 10:05 :
"On va créer de la richesse dans un territoire qui n'en crée pas et en faire une destination touristique,"

Un supermarché comme destination touristique ? Diantre !

C'est ça le problème des vendeurs, ils parlent, ils parent, ils parlent, jusqu'à ce qu'ils ne savent plus du tout ce qu'ils disent. Pas facile de contrer des arguments solides du coup on esquive en parlant des projets des autres.

Bref il n'y a que des acteurs non crédibles dans cette histoire semble t'il, chacun, privé et public, cherchant a tirer la couverture à soi, on est vraiment loin de l'intérêt général là dedans hein.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :