L’agglomération lilloise concentre la moitié des ETI régionales

 |   |  539  mots
Entreprise familiale, OVH  est le troisième plus gros hébergeur mondial en nombre d’applications.  Et ne compte  pas en rester là.
Entreprise familiale, OVH est le troisième plus gros hébergeur mondial en nombre d’applications. Et ne compte pas en rester là. (Crédits : DR)
La région Nord-Pas-de-Calais multiplie les particularismes en matière de densité de PME, d’innovation et de diversité des métiers. A lire: l'interview complète de Hervé Allard dans notre Quotidien numérique dès 19 heures.

Sur les 216 ETI du Nord Pas-de-Calais recensées par la CCI de la région, 105 sont implantées sur la communauté urbaine de Lille. Soit près de la moitié.

« Avoir une telle concentration sur une métropole est une particularité de notre territoire. Plus de quarante d'entre elles y ont même implanté leur siège », avance Gregory Stanislowski, directeur adjoint des études à la CCI.

Et ce n'est pas la seule particularité locale. La priorité qu'elles donnent à l'innovation en est une autre. Toutes celles interrogées dans le cadre de l'étude la considèrent comme indispensable à leur stratégie de différenciation, contre 74% pour les PME-TPE. Selon la Direccte, 15% de ces ETI régionales adhèrent au moins à l'un des sept pôles de compétitivité à l'œuvre dans le Nord Pas-de-Calais, contre 12,5% en Bretagne.

Le territoire profite également de la diversité des métiers qu'elles exercent.

« Qu'elles soient familiales ou non, nos ETI excellent autant dans le commerce et la grande distribution, le bâtiment, l'industrie, la logistique, les métiers de service ainsi que ceux du numérique. Construire une économie sur une mono-industrie est dangereux. Nous en avons payé le prix dans le passé et en avons tiré les leçons », indique Hervé Allard, coprésident d'un club regroupant plus d'une cinquantaine de dirigeants d'ETI patrimoniales.

Des ETI qui s'ouvrent et se dynamisent

Si les entreprises adhérentes au club lancé par Hervé Allard tiennent à rester familiales et sont très attachées à leur indépendance financière, les ETI du Nord Pas-de-Calais ne sont pas toutes dans le même cas. Certaines sont prêtes à faire entrer des financeurs à leur capital.

Chaque année, le Crédit Agricole de la région provisionne ainsi 18 à 20 millions d'euros d'investissements dans les ETI afin de faciliter leur développement par des prises de participations par le biais du capital-investissement. Discrètes, les ETI du Nord Pas-de-Calais ont longtemps travaillé seules, dans leur coin. Les temps changent. Les banques s'intéressent à elles, certaines se regroupent en club pour mieux se faire entendre et d'autres font appel aux institutionnels de leur territoire.

La CCI de la région leur propose des dispositifs d'accompagnement conçus sur mesure qui les aident à monter en puissance leur compétence de management tout en conservant la réactivité d'une structure hiérarchique de proximité. L'organisation et la gestion des ressources humaines des ETI n'ayant pas toujours évolué au même rythme que leur croissance, cet accompagnement tombe à point pour beaucoup d'entre elles. Surtout pour les PME à fort potentiel de croissance suivies par la CCI et la Direcct.

Mais il y a encore beaucoup de chemin à faire, d'autant que les deux tiers des ETI du Nord Pas-de-Calais sont des filiales de groupes. Seules 33% possèdent leur siège en région et leur capital est détenu pour plus de la moitié par l'entreprise. Ce sont elles que veut dynamiser le club lancé par Hervé Allard et soutenu par le Medef Nord Pas-de-Calais. Sans doute en vue de se rapprocher du modèle rhénan, riche du nombre de ses ETI patrimoniales et autonomes.

______

>>> A lire l'interview complète de Hervé Allard dans notre Quotidien numérique dès 19 heures

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2014 à 6:08 :
A noter un avantage de plus pour le proche avenir en termes de coûts, d'indépendance et d'efficience énergétique : la grande ambition du Nord-Pas-de-Calais pour l’injection de biométhane dans le cadre du projet régional de Troisième Révolution Industrielle, initié par la région avec le concours de l'économiste américain Jeremy Rifkin. La région dispose d’une densité de population importante, d’une agriculture et d’une industrie agroalimentaire dynamiques et de surcroit d’un réseau de gaz naturel parmi les plus denses d’Europe avec 17 500 km sur les deux départements, desservant les deux tiers des 1500 communes de la région. L’injection est la voie la plus efficace puisque 100% du combustible produit est rendu disponible à tous types d’usages et stocké dans le réseau. Plus de 40 projets sont déjà identifiés dans la région, 80% de la ressource proviendra des stations d’épuration des eaux, de l’industrie agro-alimentaire et de l’agriculture.
a écrit le 07/10/2014 à 1:54 :
Et alors ???
Réponse de le 07/10/2014 à 14:09 :
Je suis d'accord, on reste sur notre faim, pas beaucoup d'information dans cet article au titre pourtant alléchant.
a écrit le 06/10/2014 à 21:05 :
ETI ?????
Réponse de le 06/10/2014 à 23:07 :
ETI = Entreprise de Taille Intermédaire
Réponse de le 07/10/2014 à 8:35 :
Merci.....ce serait sympa de definir les sigles en debut d article...surtout le matin

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :