CES 2020 : BassMe, ou l’expérience immersive du son

 |   |  680  mots
En transformant les graves en ondes sonores et vibrations, le BassMe offre une expérience auditive amplifiée et sensitive.
En transformant les graves en ondes sonores et vibrations, le BassMe offre une expérience auditive amplifiée et sensitive. (Crédits : BassMe)
Basée à Perpignan, la startup BassMe a inventé un caisson de basses personnel et portatif. Porté en bandoulière et posé sur le torse, il permet de ressentir les ondes sonores et les vibrations du son. Sa cible : les amateurs de musique, de cinéma ou de jeux vidéo, afin de renforcer leur expérience immersive.

Ce sera le deuxième voyage de la startup BassMe au CES de Las Vegas, emmenée par la délégation de la Région Occitanie et de son agence de développement économique, Ad'Occ. Mais cette fois-ci, elle part en force, avec dix collaborateurs et non plus uniquement les trois associés fondateurs Alban Duroy, Raphaël Guichard et Guillaume Lannoy.

En janvier 2019 depuis Las Vegas, elle avait lancé la commercialisation de son objet musical innovant : un caisson de basses personnel et portatif. Porté en bandoulière et posé sur le torse, ainsi que connecté en Bluetooth ou en filaire à une source sonore (smartphone, ordinateur, etc.), le BassMe transforme les sons les plus graves en ondes sonores et vibrations. Il permet ainsi d'offrir à ses utilisateurs une expérience auditive amplifiée, sensitive et immersive.

Cette technologie innovante intéresse le secteur de la musique mais aussi celui du cinéma ou des jeux vidéo, où le BassMe permet par exemple de faire ressentir le son des balles ou les sensations d'explosion.

Un produit testé dans les cinémas

Deux ans après sa création, la startup, installée à Villeneuve-de-la-Raho près de Perpignan (Pyrénées-Orientales), a démarré un test dans le cinéma perpignanais Méga Castillet. « Le BassMe est disponible à la location en caisse, explique Raphaël Guichard. C'est surtout intéressant sur les blockbusters, pour lesquels il y a une expérience immersive à vivre... Nous avons par ailleurs déjà des demandes de devis par des cinémas un peu partout en France. »

Des fonds pour la R&D

La startup ambitionne de déployer BassMe dans 240 salles de cinéma premium ou 4Dx d'ici 2023. Pour le grand public, l'appareil est accessible au prix de 129 euros. Une campagne de financement participatif a été lancée en mai dernier sur la plateforme américaine Kickstarter, ayant enregistré à ce jour plus de 1.500 pré-commandes. « Elles sont en cours de livraison, tout devrait être livré pour Noël », assure le cofondateur.

Au CES 2019, la startup avait gagné en notoriété en se faisant connaître des géants du son comme Pioneer, Bose ou Sony.

« Pour le CES 2020, nous allons chercher de la visibilité bien sûr, mais aussi des contrats dans le monde de l'audio, annonce Raphaël Guichard. Le BtoB pèse plus de 60 % dans notre modèle économique. »

La startup est déjà assurée d'une petite renommée, puisqu'elle est lauréate d'un Innovation Awards 2020 parmi les 30 startups françaises qui seront récompensées. Les fondateurs envisagent de développer une gamme de produits audio et perception de son. « Nous avons d'autres projets de R&D dans les tiroirs, mais pour le moment, nous nous concentrons sur BassMe et ses versions futures, précise Raphaël Guichard. Nous sommes aujourd'hui 14 dans l'entreprise, et nous prévoyons de doubler les effectifs sur la technique et la R&D notamment. »

La startup a lancé une levée de fonds qu'elle prévoit de boucler en avril prochain, à hauteur de 1,5 millions d'euros, pour financer de la R&D, les nouvelles versions de BassMe ou encore la communication autour de son produit.

___

ZOOM

Et aussi...

Parmi les 16 startups de l'Occitanie Est, figure aussi Kinvent : la startup montpelliéraine allie kinésithérapie et objets connectés et propose aux professionnels du sport et de la rééducation des instruments de mesure de la force, du mouvement et de l'équilibre du patient.

À Perpignan, HelloMyBot a mis au point une plateforme omni-canal qui propose de créer des agents conversationnels intelligents de type chatbot (texte), voicebot (enceinte connectée) ou callbot (pour serveurs téléphoniques).

Afin de faciliter la vie des propriétaires de chats, la startup héraultaise Novandsat (distinguée d'un CES Innovation Awards 2020) a créé Caremitou, le premier bac à litière connecté pour chat permettant d'observer son comportement et d'effectuer un contrôle de son poids et des analyses biologiques à domicile.

Illustration startup Kinvent

[La startup montpelliéraine Kinvent allie kinésithérapie et objets connectés. Crédits : Kinvent]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :