Armor Print Solutions veut être le Back Market européen des cartouches et imprimantes reconditionnées

Activité historique du groupe Armor, Armor Print Solutions (APS), spécialisée dans les services et les cartouches et imprimantes reconditionnées, accélère la cadence pour devenir l’unique alternative européenne, crédible et durable, face aux offres des fabricants d’origine. Sur un marché en pleine mutation où 80% des consommables finissent à la poubelle, l’industriel centenaire, engagé dans l’économie circulaire, veut séduire les entreprises désireuses de réduire leur empreinte environnementale.

7 mn

Nerf de la guerre pour développer les consommables reconditionnées, Armor Print Solutions s'apprête a déployer un nouveau centre logistique en Europe du Nord pour accompagner la croissance des marchés allemand, autrichien, suisse et néerlandais.
Nerf de la guerre pour développer les consommables reconditionnées, Armor Print Solutions s'apprête a déployer un nouveau centre logistique en Europe du Nord pour accompagner la croissance des marchés allemand, autrichien, suisse et néerlandais. (Crédits : Thomas Raffoux)

Dans un marché de l'impression numérique européen en pleine mutation, le reconditionnement des cartouches d'encre et le « remanufacturing » ("remise à neuf") d'imprimantes pourraient bien rebattre les cartes de tout le secteur. Dans ce domaine disputé par une dizaine de fabricants d'origine, dits OEM (Original Equipment Manufacturer) comme Brother, Canon, Epson, HP, Konica, Lexmark, Minolta, Xerox... et une poignée de grands "remanufactureurs" (3T Supplies AG/Peach, Clover Imaging Group, KMP AG, Armor SAS), le groupe nantais Armor s'est implanté sur le marché du reconditionné dès le début des années 1990.

Lancée en 1992 sous le nom d'Armor Office Printing (AOP) avec la création d'une unité de production à Bir Jdid, près de Casablanca, l'activité, qui a changé de nom en 2020 pour devenir Armor Print Solutions (APS), s'est depuis largement développée en Europe afin de pouvoir peser sur un marché où les investissements logistiques sont prépondérants.

Un contexte européen difficile

« C'est un secteur qui impose d'investir en R&D, en unité de production, dans les services, dans la force commerciale pour tenir ses coûts et être compétitif. Or, aujourd'hui, beaucoup de petits acteurs n'ont pas la taille critique pour se développer. Notre ambition est donc de saisir des opportunités d'alliances ou d'acquisitions pour nous développer », précise Hubert de Boisredon.

Cette déclaration du patron du groupe Armor intervient dans un contexte européen mouvant, alors que le grand fabricant américain de consommables d'impression remanufacturés Clover Imaging Group a annoncé son retrait du marché européen en juin 2022. Cela, en raison de « problèmes d'approvisionnement et de l'augmentation des coûts du fret, des matériaux, de la main-d'œuvre et du non-renouvellement de contrats de collaboration stratégique...»

Augmenter les capacités industrielle de 40%

Né il y a tout juste un siècle, en 1922, pour accompagner la croissance du papier carbone, le groupe nantais Armor (qui s'appelait à l'origine Galland et Brochard) s'est, à force d'opérations de croissance externe et d'investissement consolidé autour de cinq filiales (Armor Print Solutions, Asca, Armor-IImak, Kimya, Armor Battery Films). Il emploie aujourd'hui 2.450 personnes dans le monde, s'appuie sur 42 implantations et 26 sites industriels, et a réalisé un chiffre d'affaires de 403 millions d'euros en 2021.

Revendiquant les titres de numéro un du ruban transfert thermique, en étant aussi le leader européen des services et des consommables d'impression durable et le leader mondial du photovoltaïque organique, il vise un objectif 450 millions d'euros pour 2022.

À elle seule, sa filiale Armor Print Solutions aurait, selon Hubert de Boisredon, généré un chiffre d'affaires de 50 millions d'euros en 2021, « qui devrait grimper à 70 millions à court terme et 100 millions d'euros à moyen terme », estime-t-il.

Mieux servir les marchés de la "zone DACH"

Pour cela, Armor Print Solutions s'appuie désormais sur deux sites de production au Maroc et en Pologne, un centre de R&D à Dortmund (en Allemagne), un centre de distribution et de marketing à Nantes, et va investir entre 5 et 10 millions d'euros afin d'augmenter ses capacités industrielles de 40% et renforcer ses équipes commerciales en Europe.

APS devrait également nouer un partenariat pour déployer un nouveau centre logistique en Europe du Nord, proche des frontières allemandes et néerlandaises pour mieux servir les marchés de la "zone DACH" (Allemagne, Autriche, Suisse) où la croissance est très importante.

Le centre de production et la plateforme logistique de Casablanca (500 personnes) vont être agrandis de 4.500 m² et être équipés de nouvelles machines et dotés de nouveaux moyens en R&D.

Nouvelle réglementation européenne pour les "consommables"

« On se met en ordre de marche dans la perspective de l'évolution du marché européen», indique Hubert de Boisredon, Pdg du groupe Armor alors que se poursuive les négociations lancées par l'Union Européenne avec les onze OEM membres d'EuroVAprint (Brother, Canon, Epson, HP, Konica Minolta, Kyocera, Lexmark, OKI, Sharp, Toshiba et Xerox) et les plus grands remanufactureurs (3T Supplies AG/Peach, Armor SAS, Clover Imaging Group et KMP AG) pour définir les objectifs d'une future réglementation, sans doute plus draconienne.

Lancé en 2011 par l'Union Européenne pour réduire la consommation d'énergie de 20%, le Volontary Agreement (VA) a été en octobre 2020 élargi aux "consommables" (les cartouches d'encre pour imprimantes laser ou à jet d'encre...).

Recycler imprimantes et copieurs pour bâtir une solution complète

Historiquement centrée sur les technologies laser et jet d'encre, la filiale Armor Print Solutions a progressivement élargi ses activités aux machines à affranchir, puis aux cartouches « large format » en 2018 et aux copieurs en 2020, un secteur apparemment prometteur où Armor Print Solutions entend bien conquérir de nouvelles parts de marché en s'ouvrant une nouvelle voie vers le manufacturing.

Contrairement au reconditionnement, qui consiste simplement à recharger une cartouche, ces opérations de remanufacturing nécessitent le démontage, le remplacement de pièces défectueuses et la remise en condition d'appareils. « Mais notre savoir-faire industriel nous permet de couvrir 95% des références des cartouches de fabricants d'origine (HP, Epson, Canon, etc.) et 98% des références d'imprimantes du marché », souligne Gerwald Van der Gijp, directeur général d'Armor Print Solutions, qui cherche à bâtir une filière de recyclage des imprimantes et des copieurs au même titre que les consommables afin de proposer une solution complète.

Armor Print solutions site industriel de production marocain (à Bir Jdid, proche de Casablanca)  reconditionnement des cartouches.

[Site de production de reconditionnement de cartouches d'Armor Print Solutions, à Bir Jdid, près de Casablanca. Crédit: DR]

Des opportunités d'alliances et d'acquisitions

Sur un marché européen où sont vendues, chaque année, quelque 140 millions de cartouches laser, Armor Print Solutions annonce en collecter environ 5 millions, dont 3 millions sont reconditionnées et remise en vente sous la marque OWA. Les 2 millions de cartouches restantes, inutilisables, sont désossées et recyclées. « Dans le cadre de notre politique de responsabilité sociétale et environnementale (RSE), nous nous sommes engagés dès 2007-2008 à ne pas produire de cartouches neuves », rappelle Hubert de Boisredon. Toutes technologies confondues (laser, jet d'encre...), Armor Print Solutions estime recycler, d'une manière ou d'une autre, de 20% à 25% des cartouches remanufacturables.

Devenir le Back Market européen des consommables

Si ni le Covid ni la guerre « n'auraient impacté négativement » l'activité d'Armor Print Solutions, selon les affirmations de son Pdg, l'entreprise, pour assurer des livraisons de plus en plus complexes dans toute l'Europe et faire face au retard de livraisons des composants, dit avoir préféré prendre des positions plus élevées en fonds de roulement pour augmenter ses stocks et garantir les livraisons à ses clients. Cela, « tout en maintenant une large gamme de produits, et ce, pour l'ensemble des marques d'OEM », précise Gerwald Van der Gijp, face à de nombreux clients inquiets du départ de l'américain Clover.

« Nous mettons en place des services pour assurer la continuité des livraisons. APS est un exemple d'économie circulaire, et nous proposons à nos clients de s'associer à une stratégie positive pour la planète en utilisant des cartouches remanufacturées plutôt que du neuf... », martèle le Pdg d'Armor qui, en se focalisant sur l'Europe et l'Afrique, entend « devenir le Back Market européen des cartouches et imprimantes reconditionnées ». Il précise : « On veut que les gens pensent Armor Print Solutions et OWA. »

Renforcer la loi Agec en passant de 20% à 60% d'achats reconditionnés

Si la digitalisation, la dématérialisation et la prise de conscience de la nécessaire préservation des ressources planétaires ont atténué la ferveur des adeptes de l'impression papier, « il y aura toujours la nécessité d'imprimer des idées. Mais cette impression ne se fera plus avec la logique d'hier, elle intègrera les ambitions de développement durable », estime Hubert de Boisredon, qui souhaiterait que la loi Agec ("Anti-gaspillage pour une économie circulaire"), qui impose aux services publics d'effectuer 20% de leurs achats de consommables et d'imprimantes reconditionnées ou remanufacturés, aille beaucoup plus loin.

« Si le gouvernement veut vraiment renforcer la filière écologique et préserver les ressources, ce n'est pas 20%, mais 60% qu'il faut. Il faut savoir ce que l'on veut ! », lâche le Pdg du groupe Armor.

D'un État membre à l'autre de l'Union Européenne, l'approche est toutefois différente. « La démarche est similaire à la France en Italie, et l'Espagne commence à s'y intéresser... », observe Gerwald Van der Gijp pour qui l'Europe pourrait, d'ici à trois ans, imposer des taux d'utilisation d'appareils reconditionnés ou remanufacturés plus importants. Un temps qu'Armor Print Solutions entend bien mettre à profit.

7 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.