Régionales : Christelle Morançais (LR) réélue en Pays de la Loire

A 46 ans, Christelle Morançais, candidate du parti Les Républicains et présidente sortante a été largement réélue dans les Pays de la Loire. Elle devance de douze points l’alliance verte et rose menée par Matthieu Orphelin et Guillaume Garot.

5 mn

Christelle Morançais.
Christelle Morançais. (Crédits : DR)

La présidente sortante Christelle Morançais a été confortablement réélue à la tête de la région des Pays de la Loire. « L'élection n'est pas qu'une question arithmétique, c'est aussi une dynamique...», répétait jusque-là, le candidat écologiste Matthieu Orphelin, mais la dynamique a visiblement profité au camp d'en face. Si les verts et le PS ont bien additionné leurs voix, ils en sont restés là.

La candidate LR de l'Union de la droite et du centre a remporté 46,4% des suffrages devant l'alliance des verts (EELV- Ecologie ensemble citoyenne et solidaire) et du Parti socialiste qui capte 34,8% des voix. Un score qui la place au-dessus du résultat réalisé en 2015 par son prédécesseur Bruno Retailleau. «C'est une vraie reconnaissance du travail engagé depuis trois ans. J'ai mené une campagne de sincérité et d'humilité face à une gauche dure, rassemblée, une gauche de la décroissance... La droite a montré qu'elle pouvait gagner quand elle est rassemblée », a-t-elle indiqué. « Ca nous donne beaucoup de perspectives », a ajouté, de son côté, Franck Louvrier, le maire de la Baule, où se tiendra le 28 août prochain l'Université d'été des Républicains. Une victoire très nette contrairement à ce qui était pressenti tout au long de cette campagne, marquée par une dernière semaine à l'ambiance délétère. « Une semaine éprouvante » , a reconnu Christelle Morançais, suite aux tensions avec Matthieu Orphelin qui lui reprochait de banaliser des propos homophobes qu'auraient tenus des militants LR à son encontre. La candidate LR avait alors quitté le plateau TV de France 3 où devait se dérouler le débat de l'entre-deux tours. « Je demande juste du respect », a affirmé le soir de l'élection, la présidente des Pays de la Loire qui a réussi à gagner douze points entre les deux tours. « En allant, sur le terrain », justifie-t-elle au regard d'une campagne inhabituelle, marquée par les contraintes des gestes barrières, par le « fiasco de la distribution de la propagande électorale », a réagi le socialiste Guillaume Garot et finalement d'une abstention record (68,3%), où rien n'a véritablement changé d'un vote à l'autre. Elle arrive en tête aussi dans quatre (Sarthe, Vendée, Maine-et-Loire, Mayenne) des cinq département de la région. Seule la Loire-Atlantique, territoire de gauche, a placé les écologistes et le PS (41,9%), en tête, avec 1,5 point d'avance sur la liste de l'Union de la Droite et du centre (40,4%). C'est aussi une première victoire en son nom propre pour celle qui avait été adoubée en 2017 par Bruno Retailleau, touché par le cumul des mandats, et qui avait opté pour le Senat.

Avec 10,48% des voix, le candidat du Rassemblement National (RN), Hervé Juvin, arrive en troisième position. Il devance François de Rugy (LREM) qui obtient 8,2% des suffrages. C'est quatre points de moins qu'au premier tour (11,7%). « C'est une déception personnelle et pour la majorité présidentielle » a reconnu François de Rugy, qui se rêvait comme une « force d'équilibre ». Il devrait obtenir quatre à six sièges au conseil régional où il assure qu'il sera présent et espère que l'institution, présidée par la vice-présidente des Républicains, ne se transforme en « tribune nationale ». De fait, déjà, « c'est un... Waterloo politique pour Emmanuel Macron. Plus qu'une simple défaite, c'est un revers cuisant que subit ce soir le Président de la République. Emmanuel Macron a perdu son pari : les électeurs ne veulent pas de son duel avec Marine Le Pen ; ils l'ont clairement dit en sanctionnant les candidats de LREM comme du RN, ou en boudant les urnes », s'est empressé de déclarer Bruno Retailleau, Président du groupe Les Républicains au Sénat, dans un communiqué.

Première décision : un vice-président de la sécurité

Dans sa première prise de parole aux côtés du socialiste Guillaume Garot avec qui il avait fusionné en rêvant de refaire basculer la région à gauche et de devenir la première région verte de France, Matthieu Orphelin, sonné par cette défaite, s'est dit persuadé que « la grande gagnante était l'abstention et que le contexte actuel nécessitait de regarder différemment certains choix de société. Notre défaite s'inscrit dans un contexte national peu porteur au changement d'exécutif dans toutes les régions françaises ». Pour Franck Nicolon, co-président du groupe Ecologie et citoyen, « si c'est un succès de Christelle Morançais, c'est surtout une défaite démocratique dont personne ne peut se satisfaire, quel que soit son parti.»

Retranché dans un bistrot nantais, Matthieu Orphelin ajoute que « d'autres combats viendront très vite car la situation exige que nous restions mobilisés pour transformer notre société et répondre aux enjeux écologiques, en particulier face au dérèglement climatique qui devient hors de contrôle partout. Ce combat pour le climat, pour la solidarité, et pour les générations futures restera mon principal combat tant notre avenir dépend de cela. »

« Nous avons réalisé, ensemble, un résultat honorable et avons montré que nous étions capables d'unir nos voix. Nous avons maintenant la responsabilité de porter une opposition constructive sur les lycées, la formation, l'écologie ou les déserts médicaux. Au regard du taux d'abstention, nul doute que toutes les décisions prises seront questionnées», a précisé le député socialiste Guillaume Garot qui, comme Matthieu Orphelin, rejoindra les bancs de l'hémicycle régional mais aussi ceux de l'Assemblée Nationale. Venue dès 20h10 annoncer sa victoire, dans le grand hall du Conseil régional, Christelle Morançais a indiqué que sa première mesure sera de nommer un vice-président à la sécurité, -compétence non dévolue à la région- et un pour les questions d'emploi.

5 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.