Temo veut naviguer sans rames ni moteur

 |   |  295  mots
La startup table sur 500 unités vendues l'an prochain et 10 .000 unités d'ici quatre ans.
La startup table sur 500 unités vendues l'an prochain et 10 .000 unités d'ici quatre ans. (Crédits : DR)
Inspiré par les trottinettes en ville, Alexandre Seux a mis au point un propulseur électrique propre et silencieux destiné à remplacer les rames, la godille et les moteurs polluants et lourds des bateaux.

Adieu, godille et ampoules aux mains  ! De retour en France après un tour du monde de deux ans en bateau et trois années passées au Sri Lanka pour développer la plaisance chez un constructeur naval, Alexandre Seux a eu le déclic en voyant les trottinettes électriques sur les trottoirs parisiens. « Rien de tel n'existait dans la plaisance. À l'image de la miniaturisation et de l'autonomie déployées dans le jardinage et le bricolage, il y avait une place à prendre », constate-t-il. Avec un premier budget de 120. 000 euros, soutenu par Bpifrance et la région des Pays de la Loire, il lance la R&D et la réalisation d'un premier prototype.

« Sans innovation technologique complexe, la difficulté était d'adapter le couple hélice-batterie au moteur et de résoudre les contraintes d'étanchéité », détaille le diplômé de l'Edhec Business School de Lille, qui a été accompagné par la technopole nantaise Atlanpole. Doté d'un manche de 1,20 à 1,80 mètre, d'un poids de 4 kg, contre 13 à 18 kg pour un moteur thermique, son propulseur électrique dispose d'une autonomie moyenne d'une heure pour une puissance de 500 watts.

Lire aussi : Nantes fait de la Loire un terrain d'expérimentations

Objectif :...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2019 à 14:38 :
Bonjour, pardon mais je ne vois pas la nouveauté: pour la pêche de loisir, les pêcheurs disposant d'un bateau l'équipent souvent d'un moteur électrique suffisamment puissant pour pousser une embarcation de 5 mètres à petite vitesse. Cela existe depuis 20 ans environ (marque Minn Kota en particulier) et les prix commencent à 250 euros environ. Cela fait belle lurette que l'étanchéité n'est plus un problème pour ce type de moteur propre. Ni le couple hélice-batterie.
J'ai du mal comprendre l'invention de ce garçon.
a écrit le 15/12/2019 à 11:41 :
A quand des cargos à voile ? Il serait tellement facile de les imposer et les prioriser dans le commerce international en préservant ainsi notre économie !

Mais bon pour ça il nous fait des politiciens intelligents et forts, on en est loin...
Réponse de le 15/12/2019 à 18:58 :
@ multipseudos:

"Un voilier ne pourrais pas propulser ce genre de navire, chargé de 12000 ou 17000 EVP"

Un porte container non plus mais ils le font quand même, en force come d'habitude on fait rentrer les ronds dans les carrés avec un marteau. Le rapport poids puissance est désastreux, les chevaux sont là il n'y a pas de problème mais d'en demander autant à de si petites hélices est une aberration mécanique totale ne pouvant que générer une surconsommation de masse et c'est exactement cela qui se produit. C'est un peu comme mettre un moteur deux temps sur un char d’assaut.

Les portes containers et autres monstres de l'océan polluent énormément, donc si on veut sauver la planète on ne pourra pas s'empêcher de ralentir les flux commerciaux.

"vous mélanger tout et n'importe quoi"

Vu que tu ne peux pas t'empêcher d'exprimer du ressentiment je te signale et si je peux pas et-c...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :