CES 2018 : le guidon connecté de Velco, star de la "smart city" de demain ?

 |   |  822  mots
(Crédits : Frédéric Thual)
Auréolé du premier prix des concours Lépine européen et international en 2017, le guidon connecté de Velco, baptisé Wink Bar, recevra le prix de la catégorie « Smart cities » au CES de Las Vegas. Une consécration pour la startup nantaise.

On ne conduira plus un vélo comme avant. Vainqueur du prix « Smart cities » au CES de Las Vegas 2018, la startup nantaise Velco impressionne avec son guidon intelligent Wink Bar, vendu pour la coquette somme de 279 euros, soit autant que le prix moyen d'un vélo...

À ce prix-là, il faut convaincre. Heureusement, le Wink Bar est moins un simple guidon qu'un véritable assistant de conduite, doté d'un GPS, d'une alarme en cas de vol et d'indicateurs lumineux qui signalent au cycliste quelle direction prendre. C'est en essayant de comprendre auprès des agglomérations, des assureurs, des forces de l'ordre, des fabricants ou encore des distributeurs à quelles problématiques se heurtait le développement de la pratique du vélo dans la ville, que sont nés, en 2016, Velco et son Wink Bar.

Une première levée de fonds de 450.000 euros, menée en financement participatif (crowdfunding) et en prêts bancaires, a permis de lancer le développement du produit, qui était alors un simple tracker connecté imaginé par le cofondateur Pierre Régnier. Aujourd'hui, la startup est soutenue par le réseau Entreprendre, la Technopole nantaise Atlanpole, la Cité de l'objet connecté et La Poste.

Déployer le "Wink Bar" en Europe

Au-delà de la distinction, les trois fondateurs Johnny Smith, Pierre Regnier et Romain Savouré considèrent le CES comme une rampe de lancement. Ils comptent en profiter pour aller à la rencontre d'acheteurs et d'investisseurs pour déployer le Wink Bar sur le territoire français et européen.

« Nous préparons une deuxième levée de fonds de 1 à 2 millions d'euros que nous devrions clôturer en juin 2018. Nous allons lancer la production de nos 1.000 premiers Wink Bar en mars et accélérer le développement technique de nouvelles versions », justifie Johnny Smith, directeur commercial et marketing de Velco.

La startup veut aussi toucher le grand public à travers les enseignes de grande distribution, les grands magasins et les grandes surfaces spécialisées qui déambuleront dans les allées du CES. Mais le Wink Bar, disponible en version VTT (plat) ou urbaine, drague surtout les secteurs du tourisme, de la livraison de repas, les gestionnaires de flottes et les fabricants de bicyclettes. Ces derniers pourraient par exemple implanter ce guidon connecté sur des modèles de VAE (Vélo à assistance électrique) haut de gamme. Passée en moins de deux ans de 3 à 12 salariés, Velco compte sur sa deuxième levée de fonds pour étoffer son service commercial.

« L'objectif est aussi d'aller très vite à l'export. D'abord, en Allemagne et au Benelux, puis très vite vers la Suisse, les Pays-Bas, le Danemark... là où la culture du vélo est très forte », indique le dirigeant.

La jeune pousse profitera aussi des lumières du CES pour lancer son deuxième produit, un accessoire de navigation universel simplifié (89 euros), pouvant être utilisé sur une trottinette, un scooter ou un vélo... à la place du smartphone.

« Ce qui nous intéresse ce sont les mobilités urbaines. Pour nous, le vélo est simplement une étape. Demain, nous pourrions produire des solutions de mobilité et de santé à forte valeur ajoutée pour des déambulateurs ou des fauteuils roulants», esquisse-t-il.

______

Elles y seront aussi...

Une douzaine de startups des Pays de la Loire foulera le sol du CES Las Vegas. Parmi elles, une habituée, Sensorwake. Devenue Bescent, la pépite fondée par Guillaume Rolland et Ivan Skybyk fera le déplacement pour la troisième fois. La startup nantaise, qui a noué un partenariat avec le parfumeur Givaudan, présentera une gamme de quatre produits : ses deux fameux réveils olfactifs, son dernier-né Oria, conçu pour améliorer la qualité du sommeil et, enfin, une nouveauté mystérieuse avec un partenaire chinois.

Parmi les nouveaux venus, E-vone est une spin off [société créée à partir d'une branche d'activité existant dans un groupe, ndlr] née dans le giron du choletais Parade, spécialiste des chaussures de sécurité et de confort. Fondée par Franck Cherel et Anne Bulteau, la startup, qui a bénéficié de la R & D et des capacités de production de l'industriel, a développé une chaussure connectée pour les seniors en perte d'autonomie. Au coeur de la semelle, un dispositif électronique (GPS, GSM...) repère les mouvements de la personne. En cas de chute, un message d'alerte peut être envoyé aux proches. Et le design est pour une fois soigné.

Dans un autre registre, la nantaise AtmoTrack, labellisée Green Tech, analyse la qualité de l'air, traque les particules fines, le CO2, les pollutions sonores... grâce à un réseau de capteurs environnementaux. But : fournir aux industriels et aux collectivités une cartographie en 3D, en temps réels, rue par rue, pour mieux gérer l'urbanisation des villes. Pour elles aussi, il s'agit de mettre le cap sur l'international.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :