Les seniors, sauveteurs de nos PME ?

 |   |  482  mots
Denis Jacquet dirige les travaux du groupe International aux Assises de l'entrepreneuriat. (DR)
Denis Jacquet dirige les travaux du groupe International aux Assises de l'entrepreneuriat. (DR) (Crédits : DR)
Dans cette tribune, Denis Jacquet, président de l'association de promotion de l'entrepreneuriat Parrainer la croissance, défend la compétence des travailleurs de plus de 50 ans, et propose que leurs expertises soient mobilisées au profit des jeunes entreprises.

Depuis 25 ans nous ne promettons qu'une chose à nos aînés : une sortie du marché du travail la plus prématurée possible, encore accélérée quand le taux de chômage augmente. Depuis 25 ans les seniors sont montrés du doigt dans l'entreprise, par des dirigeants souvent plus âgés qu'eux. Depuis 25 ans, on arrête de former les plus de 45 ans dans les entreprises afin de mieux les accuser de non adaptabilité ensuite. Et j'en passe.
De l'autre côté du spectre, les PME. Une PME en France culmine au mieux à 20 personnes. Moins de 12% des entreprises créées dépassent en 3 ans les 3.5 personnes. Bref on parle là de mini-entreprises. Les politiques ne les voient, pas, la presse s'en souvient de temps à autre, et les Français en vivent sans même s'en douter. Les PME meurent au moindre rhume. Leur meilleure défense immunitaire, la compétence, est chère et donc souvent hors de portée. Les jeunes les boudent. Les seniors ignorent leurs attentes. Et c'est ainsi que «sous staffées» nos PME deviennent comme les bonzaïs, incapables d'expansion. Notamment internationale.
L'avenir de notre société -qui avait 26 ans en moyenne dans les années 1970, 40 à ce jour, et qui poursuit son vieillissement-tat dépendra de notre capacité à remettre en route la machine intergénérationnelle. La machine à bâtir une passerelle entre les générations, qui reliera toute la société, lui redonnera sens et cohérence, reconnaissance et ambition partagée.
Ouvrons les yeux. Imaginez : en 2030, plus d'un tiers de la population aura 60 ans ou plus (contre 25% en 2005), bénéficiant d'une retraite réduite, mais dont l'espérance de vie atteindra surement 100 ans. Senior à 50. La moitié de leur vie. Et de l'autre une population de moins de 25 ans, affublée d'un taux de chômage à plus de 25%. Secouez bien et vous obtenez la nouvelle recette du cocktail de l'explosion sociale.
Organisons, tous ensemble, grands groupes, Etat et PME, un pacte de migration des seniors vers les PME. Préparons les, non pas à un rôle de passe-plats, mais à un rôle décisif dans ces entreprises dont dépendent l'emploi, la croissance, le maintien du modèle social que nos concitoyens aiment tant. Rappelons à tous, que jamais dans l'histoire une génération oubliant ses anciens n'a survécu très longtemps. Rappelons que l'expérience cumulée des centaines de milliers de seniors motivés et efficients, mise au service des PME, serait de nature à changer la donne dans notre pays. Proposons des solutions! Nos seniors internationaux pourraient devenir nos meilleurs leviers de croissance et notre meilleur produit d'export. Notre pied dans la porte de tous les émergents du monde qui eux aussi souffrent du manque de ces compétences cruciales, sculptées par le temps.

 

par Denis Jacquet, président de l'association de promotion de l'entrepreneuriat Parrainer la croissance

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2013 à 20:44 :
Voilà une très bonne idée a mettre en ?uvre. Voir des seniors être mis sur la touche alors qu'ils ont un savoir faire, une connaissance approfondie de leur milieu professionnel et de l'énergie à revendre est bien dommage. Les seniors devront travailler plus longtemps, cela semble évident. Aménager les fins de carrière autour de la transmission et de collaboration avec des TPE est un axe sur lequel il faut travailler.
a écrit le 20/03/2013 à 14:23 :
L'idée est bonne, après la retraite apporter une expérience, former les jeunes, quitte à être payé au smic voire moins, lacher du temps pour négocier des contrats, on est bien plus facilement crédibles quand on a roulé sa bosse.
a écrit le 20/03/2013 à 12:58 :
Oui, bon constat... Mais il va falloir révolutionner les mentalités! Quant vous vous entendez répondre, à la fin d' un entretien d'embauche fructueux, et après avoir annoncé votre âge, "mais nous ne faisons pas dans le social" de la part d'un jeune patron de PME française, vous êtes en droit de vous poser la question de la pertinence de ce type de chef d'entreprise... Pour finir, j'ai été embauché dans une PME ... suisse! Et là, seules comptent les compétences et la motivation...
Réponse de le 21/03/2013 à 16:44 :
n'oubliez pas de préciser qu les contrats de travail en suisse n'ont pas les memes contraintes qu'en France ...
a écrit le 20/03/2013 à 9:24 :
Emploi des senior, voila la proposition Pole emploi pour un cadre commercial avec 40 ans expérience dans un domaine qui n est pas en crise, 10€ de l heure pour 20h par semaine ( en réalite le 55 heures) avec un interessement aux vente de 0,01% salaire net pour un mois en ayant le records de vente 2000€.
a écrit le 20/03/2013 à 9:12 :
Derriere cette article il n y a pas beaucoup espoir les chomeur de plus de 50 ans en sont les proies des entreprises peu scrupuleuses qui leur propose des emplois sous paye bien souvent en dessous de leurs indemnites et a temps partiel, avec la complicite de Pole emploi. J ai fait la triste experience de ce type de profiteurs qui vous prennent pour une mission et vous jette apres, c est comme de intérim sans prime de precarite. Depuis 2010 rien contrairement aux promesses n est fait pour sauvegarder l emploi des Senior, bien au contrairedols sont les premieres victimes des plan sociaux avec la benediction des Syndicats.
a écrit le 20/03/2013 à 9:09 :
un article qui ne veut rien dire....
Réponse de le 20/03/2013 à 16:33 :
j'ai eu peur !! heureusement que vous êtes le seul à n'avoir rien compris :) !!
Réponse de le 20/03/2013 à 18:31 :
si je suis l'article les pme ont du mal a trouver des compétences pas chers, où avez vous vu que les seniors sont pas chers ? et ou avez vous vu que les jeunes boudent les pme ? Vous parlez des seniors internationaux ? faudrait alors former la plupart à l'anglais non ? On ne peut pas dire que nos séniors excellent en langue étrangère ! Si on vous écoute , on dirait que tout est de la faute des entreprises, je connais pas mal de cas ou c'est bien le sénior qui ne veut plus rien apprendre de nouveau !! Quand je vois les freins que certains séniors posent dans les entreprises pour faire évoluer l'outil de travail, je rigole en lisant votre article. Et enfin de quels secteurs parlez vous ?
a écrit le 20/03/2013 à 8:39 :
Je trouve cette analyse et cette démarche, pertinente et constructive. Effectivement, les seniors peuvent être un atout indéniable. Ils ont des compétences, un certain pragmatisme, une approche différente due au fait, qu'ils n'ont rien à se prouver mais beaucoup à apporter à la transmission de savoir-faire et de savoir-être. Ce qui les amène à s'investir, à être force de proposition et d'action pour les entreprises et à utiliser toutes les forces vives pour mener à bien des missions, des projets, des entreprises.

Et cela, est malheureusement, trop vite oublié. Dommage !
a écrit le 20/03/2013 à 8:16 :
Il a raison, surtout quand on connait l'abime qui sépare les savoir faire, notamment internationaux,des ex de grandes multinationales de celui de nos vaillantes PME qui ne trouvent guère d'appui chez les institutionnels et sont le plus souvent larguées face à un environnement peu amical.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :