Les failles d'Internet Explorer exploitées dans l'attaque chinoise contre Google

 |   |  511  mots
Le géant américain du logiciel Microsoft a annoncé jeudi qu'une faille de sécurité de son navigateur "Internet Explorer" avait été exploitée pour mener les cyber attaques qui ont poussé Google à menacer de cesser ses activités en Chine. Cette dernière a assuré ce vendredi que cette affaire n'aurait pas d'impact sur ses relations commerciales et économiques avec les États-Unis.

Le géant américain du logiciel Microsoft a annoncé jeudi qu'une faille de sécurité de son navigateur "Internet Explorer" avait été exploitée pour mener les cyber-attaques qui ont poussé Google à menacer de cesser ses activités en Chine. Le logiciel "Internet Explorer a été l'un des vecteurs utilisés par les attaques sophistiquées et ciblées contre Google et d'autres réseaux d'entreprises", a indiqué le directeur des questions de sécurité pour Microsoft, Mike Reavey, sur un blog.

Les intérêts financiers des groupes étrangers en Chine sont énormes et aucune société n'est prête à rompre ses relations avec le pays. Le patron du groupe, Steve Ballmer, a déclaré sur la chaîne CNBC que, si Microsoft prenait ces attaques "au sérieux", il n'avait cependant aucune intention de se retirer du marché chinois. Dmitri Alperovitch, un responsable de McAfee, une entreprise spécialisée dans la sécurité sur internet, a déclaré qui s'il n'y avait "aucune preuve que les Chinois sont derrière cette attaque", "il existe des éléments" suggérant qu'elle a été menée par un Etat.

Fatigué de la censure que les autorités chinoises lui imposent, et furieux d'une série d'attaques informatiques imputées à des intérêts chinois, le géant de la recherche Internet avait fait savoir mercredi qu'il étudiait ni plus ni moins un éventuel retrait du pays. L'éditeur de logiciels Adobe a également annoncé avoir été victime d'une attaque informatique, sans pouvoir indiquer s'il était visé par les mêmes malfaiteurs que Google. Cependant, la simultanéité des attaques celles observées à l'encontre de Google sont troublantes.

Dans la foulée, la Chine a assuré ce vendredi que l'affaire Google n'aurait aucun impact sur ses relations commerciales et économiques avec les Etats-Unis. "Quelle que soit la décision que prendra Google, cela n'aura pas d'impact sur les relations commerciales et économiques d'ensemble entre la Chine et les Etats-Unis", a déclaré à la presse le porte-parole du ministère du Commerce Yao Jian. "Les deux pays ont des canaux de communications multiples. Nous avons confiance dans le développement sain des relations économiques et commerciales entre la Chine et les Etats-Unis", a-t-il ajouté.

Le marché chinois est l'un des plus grands marchés numériques au monde avec 360 millions d'internautes, mais sous étroite surveillance politique. Et il n'est pas certain que les menaces américaines face aux intérêts financiers en jeu se concrétisent. Un haut responsable du département d'Etat américain a demandé jeudi des "explications" à des diplomates chinois sur l'affaire Google.

Malgré les tentatives d'apaisement, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères est resté ferme ce vendredi en indiquant que les entreprises étrangères devaient "respecter les lois, l'intérêt public, la culture et les traditions des pays hôtes et prendre leurs responsabilités en fonction". Et d'ajouter : "La Chine passe d'une économie planifiée traditionnelle à une économie de marché. La stabilité et le développement sont nos priorités actuellement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :