Nouvelles technologies : l'internet mobile et le "cloud computing" vont doper le secteur

 |   |  719  mots
(Crédits : BasicGov Flickr)
Dans son bilan 2009 des secteurs télécoms, Internet et médias, l'Institut d'études Idate considère l'Internet mobile et le "cloud computing" (informatique dans les nuages) comme deux innovations majeures et déterminantes pour l'avenir.

Publiant ce mardi son "Digiworld ", bilan 2009 de l'ensemble des secteurs télécoms, Internet et médias, l'Institut de l'audiovisuel et des télécommunications en Europe, indique que ces marchés ont connu leur première baisse de chiffre d'affaires en 2009. Mais l'Internet mobile et le "Cloud Computing" (littéralement informatique dans les nuages ou externalisation des systèmes informatiques) constituent deux innovations décisives pour l'économie de l'immatériel et la société de l'information.

L'envol de l'Internet mobile, l'Europe en retard

Six habitants de la planète sur dix possèdent désormais un téléphone mobile, ce qui représente 4,5 milliards d'abonnés. La couverture étendue des réseaux mobiles haut débit (3G et HSPA) et la percée des smartphones constituent de puissants vecteurs de développement des usages de l'Internet mobile. Le succès planétaire de l'Iphone d'Apple a permis à la fois de relancer des acteurs comme le canadien RIM (Research in Motion), fabricant du Blackberry, déjà installé dans ce segment et d'attirer des nouveaux venus tels que Google et son premier modèle de smartphone, le Nexus One.

Avec l'Internet mobile, les opérateurs ont trouvé là une formidable opportunité pour compenser la baisse du revenu moyen par abonné (Arpu), voire l'augmenter; Ainsi la part des revenus "non voix" a représenté en 2009 23% du total des revenus des services de détail des opérateurs, une part multipliée par deux en six ans et amenée à peser 30% d'ici 2012 sachant qu'lle dépasse déjà 40% au Japon.

En terme de volume, les chiffres progressent à une allure encore plus sensible. S'appuyant sur des calculs réalisés par Exane BNP Paribas pour le marché européen, la consommation en données sur les réseaux des opérateurs pourrait être multipliée par 32 entre 2009 et 2015! Tout l'enjeu étant désormais pour les opérateurs, les constructeurs et les régulateurs de trouver les moyens de dégager les capacités nécessaires et éviter la saturation des réseaux.

Les progrès concernant le déploiement des réseaux très haut débit affichent d'ailleurs des situations pour le moins contrastées que les tumultes économiques rencontrés en 2009 n'ont pas arrangés. Le Japon et la Corée du Sud s'illustrent par leur avance en la matière, les Etats-Unis progressent. Quant à l'Europe, elle est à la traîne. Les raisons sont diverses : débats réglementaires non tranches, options technologiques encore en débat, attentisme au regard de l'importance des investissements,etc.

Les grand opérateurs mobiles mondiaux devraient néanmoins adopter dès cette année le LTE (long term evolution), future norme de réseau mobile de 4e génération.

Le "cloud computing" prend pied

Le marché des serveurs informatiques, qui constitue une brique de base du marché des centres de données, a subi une chute de 7% en 2009, à 65,3 milliards d'euros au niveau mondial. Les entreprises restant toujours prudentes dans leurs investissements en technologie de l'information (IT), ce marché devrait encore, selon la PAC, diminuer en 2010 mais beaucoup plus légèrement. En revanche, l'infogérance de services informatiques affiche une hausse de 3% de son chiffre d'affaires à 165 milliards d'euros,  les entreprises cherchant à optimiser leurs coûts et ce en externalisant leur informatique.

Avec le "cloud computing", les utilisateurs (entreprises et particuliers) ne sont plus propriétaires de leurs serveurs informatiques mais peuvent ainsi accéder de manière évolutive à de nombreux services en ligne sans avoir à gérer l'infrastructure sous-jacente, souvent complexe. Les applications et les données ne se trouvent ainsi plus sur l'ordinateur local, mais, métaphoriquement parlant, dans un nuage (d'où "cloud computing").

Si les solutions propriétaires, basées sur le modèle de licence, restent encore largement prédominantes, elles devraient peu à peu céder le pas aux services en ligne, la virtualisation étant désormais au centre des offres proposées par l'ensemble des acteurs du marché. A condition de rendre le concept de "Cloud Computing" moins vague. Selon l'acteur Rackspace, environ 14 % des entreprises américaines et britanniques assimilent le Cloud Computing à la technologie de virtualisation et 8 % à un système de stockage en ligne. Un tiers des entreprises américaines et 27 % des entreprises britanniques reconnaissent tout simplement ignorer comment utiliser le Cloud Computing dans leur infrastructure informatique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2010 à 13:17 :
Les expansions de l'Internet mobile et du cloud computing sont étroitement liés. Il y a fort à parier que certains atout du nuage trouveront leurs publics via l'Internet mobile. Une utilisation à moindre coup sur des appareils de moindre coup... Doublement gagnant.

Dans quelle proportion tout cela influera-t-il sur le marché du PC de salon... ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :