4G low-cost : les MVNO grillent la politesse à Free Mobile

 |   |  769  mots
Richard Branson était venu en personne mi-septembre à Paris annoncer que Virgin Mobile allait lancer prochainement la 4G.
Richard Branson était venu en personne mi-septembre à Paris annoncer que Virgin Mobile allait lancer prochainement la 4G. (Crédits : Photo Bertrand Vacarisas pour Virgin Mobile)
L’opérateur virtuel Crédit Mutuel Mobile sera le premier à lancer mi-novembre des forfaits à très haut débit sur le réseau d’Orange commençant à 25 euros pour les clients de la banque. Virgin Mobile dévoilera les siens début 2014. Free Mobile n’a toujours rien annoncé.

Richard Branson himself était venu mi-septembre annoncer la nouvelle : Virgin Mobile serait le premier opérateur mobile virtuel (MVNO) à lancer la 4G, début 2014, grâce à un accord signé avec Bouygues Telecom. Las, six semaines plus tard, Crédit Mutuel, CIC et NRJ Mobile, appartenant tous à EI Telecom, filiale de la banque, le coiffent au poteau en présentant des forfaits 4G qui seront commercialisés dès le 14 novembre, grâce à un accord conclu avec Orange, l'un des deux opérateurs qui l'hébergent (aux côtés de SFR).

Crédit Mutuel peut ainsi claironner qu'il est « le premier MVNO et le quatrième opérateur à lancer la 4G », après SFR, Orange et Bouygues, avant Virgin donc et Free. On ne connaît pas encore le contenu des offres : elles démarreront à 28,99 euros sans engagement et à 24,99 euros pour les clients de la banque détenteurs d'une carte bancaire. A ce tarif-là, Crédit Mutuel propose aujourd'hui appels et SMS illimités et 1 Go de données en 3G (avec engagement de 24 mois).

Pas de 4G chez Sosh à Noël

Pas vraiment du « low-cost » en réalité, puisque Orange propose actuellement, dans son forfait Origami Play, 2 Go d'Internet mobile avec engagement de 12 mois pour 30,99 euros en 4G. Mais c'est un début. Aujourd'hui, aucune des marques low-cost des opérateurs, Sosh chez Orange, B&You chez Bouygues et Red chez SFR, dont les forfaits ne dépassent pas 24,99 euros, n'a droit à la 4G. Le PDG de Bouygues Telecom, Olivier Roussat, a déclaré récemment que « B&You aura la 4G, mais pas tout de suite » : peut-être en même temps que Virgin ?

La 4G arrivera-t-elle chez Sosh, avant, dans la foulée du Crédit Mutuel, d'ici à Noël ? « Certainement pas. Pas question de brader la 4G » rétorque-t-on au siège d'Orange. Si les consommateurs veulent goûter à la 4G, il leur faut renoncer au nouveau standard de 19,99 euros sans engagement, reprendre un abonnement avec un engagement pour s'acheter un smartphone compatible à un prix abordable.

Tant que Free Mobile ne vient pas bousculer les trois opérateurs de réseaux « historiques », vraisemblablement en l'intégrant dans son forfait à 19,99 euros, la 4G devrait rester réservée aux abonnés à des forfaits de 30 euros minimum.

 

L'itinérance 4G, indispensable pour Free ?

« Quand la concurrence est tendue il faut se différencier. Il n'y aurait pas autant de pub sur la 4G si nous n'étions pas là », a lancé récemment Xavier Niel, le fondateur et principal actionnaire de Free (Iliad). Mais on ne voit toujours rien venir du côté commercial. Ce qui n'est pas sans créer quelques impatiences chez les abonnés.

La conclusion de l'accord entre Crédit Mutuel et Orange facilitera-t-elle les discussions avec Free ? Car le problème du quatrième opérateur, qui a acheté une licence et des fréquences 4G (mais moins que les trois autres), est que le contrat d'itinérance qu'il a conclu avec Orange ne concerne pas la 4G. Cet accord commercial lui permet de bénéficier de la couverture nationale du réseau de ce dernier en 2G et 3G - moyennant 500 millions d'euros par an environ - tandis que le sien ne couvre encore qu'un peu plus de 50% de la population en 3G.

Free déploie un réseau « compatible 4G » mais n'a pas encore lancé de service commercial et n'a allumé que 14 antennes au 1er octobre sur les 1.218 autorisées par l'Agence nationale des fréquences (à peine moins que SFR). Même s'il les mettait toutes en service, sachant qu'il en a deux fois moins qu'en 3G et qu'il n'a que des fréquences hautes 2,6 Ghz, moins efficaces, sa couverture en 4G serait nettement inférieure à celle qu'il a actuellement en 3G et serait sans doute la moins bonne des quatre opérateurs : actuellement Bouygues Telecom revendique 63% de la population couverte en 4G, Orange est à 32%, SFR serait entre 20% et 30%.

« L'itinérance 4G est tout simplement indispensable pour Free s'il veut en faire un argument marketing, commercial » avance un expert du secteur. « Les débits offerts par Free en 3G+ sont aussi bons que ceux de Bouygues en 4G » objecte un supporter de l'opérateur, s'aventurant sur le terrain glissant juridiquement de la comparaison de débit qui fait rage sur les forums et les sites spécialisés (voir le 4G Monitor de ZDNet.fr avecGMark qui affirme le contraire). Xavier Niel avait déclaré qu'il souhaitait « couvrir la 4G le jour où on est capable d'offrir quelque chose de réel. » Encore trop tôt, visiblement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2013 à 15:23 :
La 4G est-elle vraiment indispensable ? La H+ de Free suffit largement pour naviguer correctement et rapidement. Le reste n'est qu'une option marketing pour augmenter le prix des forfaits ... avant le raz de marrée de Free.
Réponse de le 02/11/2013 à 11:38 :
La H+ bridée de chez free? (ou tu ne peut aller sur youtube, ou télécharger tes application via le google play car le debit est trop faible ). j'étais chez free mobile, je suis resté 6 mois je suis parti.
Le seul truc bien qu'a fait free c'est le tarif. Niveau service ils sont encore loin de Bouygues ou de orange
Réponse de le 02/11/2013 à 16:07 :
Quand on goûte à la 4G, on ne peut plus sans passer. Et pas obliger d'avoir un téléphone hors de prix. Le Nokia Lumia 820 à 240 euros me satisfait pleinement !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :