Affaire Silk Road : le créateur de "l'eBay de la drogue" condamné (encore une fois) à perpétuité

 |   |  471  mots
(Crédits : DR)
Une cour d'appel de New York a confirmé cette semaine la peine de réclusion criminelle à perpétuité infligée au créateur du site Silk Road, considéré avant sa fermeture comme le plus grand site de vente de drogues en ligne au monde.

Ross Ulbricht a échoué à convaincre les magistrats qu'il n'avait pas bénéficié d'un premier procès équitable, en raison de la corruption de deux agents impliqués dans l'enquête qui le visait. Ce Californien trentenaire né au Texas avait créé le site en janvier 2011. Il avait été reconnu coupable en février 2015, notamment de blanchiment, trafic de stupéfiants, entreprise criminelle et piratage informatique.

Il avait été condamné le 29 mai de la même année à la prison à vie, sans possibilité de libération. Soit la peine maximale possible.

 200 millions de dollars de drogues

Silk Road ("route de la soie" en français) a été utilisé pour vendre 200 millions de dollars de drogues dans le monde entier. Fermé par le FBI en octobre 2013, après l'arrestation d'Ulbricht à San Francisco, le site proposait aussi des kits de piratage, des faux papiers, et des services de tueurs à gage, d'après l'accusation, qui soupçonnait également M. Ulbricht d'avoir commandité cinq assassinats dans son entourage, pour protéger le secret entourant les transactions du site. Rien n'a cependant établi que ces meurtres aient eu lieu.

Le créateur du site avait amassé selon l'accusation une fortune de 18 millions de dollars. Un ex-membre des services secrets américains avait plaidé coupable en août 2015 d'avoir détourné plus de 800.000 dollars en devise électronique bitcoin alors qu'il enquêtait sur "Silk Road".

Moins de deux mois plus tard, un agent de l'agence anti-drogue américaine (DEA) avait, lui, été condamné à 78 mois de prison pour extorsion de fonds et blanchiment d'argent dans cette même affaire.

Le FBI et le magot en bitcoin

Les bitcoins étaient la seule devise acceptée sur le site Silk Road. Lors de l'arrestation du créateur du site, le cours du bitcoin avait directement été impacté. Plus de 26.000 bitcoins avaient été retrouvés dans le porte-feuille du site en octobre 2013 (l'équivalent de 3,9 millions de dollars en bitcoin).

L'agence gouvernementale américaine expliquait en 2013 qu'elle avait télécharger et stocker les bitcoins du site.

"Nous les garderons jusqu'à la fin du procès", expliquait la responsable du FBI de l'époque.

La fluctuation de la monnaie aurait-elle profiter aux autorités américaines, lorsqu'elles revendront les bitcoins de Silk Road. En mai 2017, le cours de la cryptomonnaire a été multiplié par 13 depuis le début de l'affaire ; soit un magot qui monte aujourd'hui à plus de 52 millions de dollars (plus de 46 millions d'euros).

Les anciens utilisateurs du site s'estiment bafoués. Nombreux sont ceux qui avaient acheté et placé des bitcoins sur leur compte personnel Silk Road en prévision de futures transactions. Cet argent non-utilisé a donc été récupéré par les autorités.

"S'ils sont connus pour acheter quelque chose d'illégal, on ne leur rendra pas leur argent", a déclaré le FBI.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2018 à 20:40 :
Nice
a écrit le 04/06/2017 à 21:30 :
Vous avez vraiment le droit de faire autant de fautes dans vos articles ?
a écrit le 04/06/2017 à 1:18 :
"L'agence gouvernementale américaine expliquait en 2013 qu'elle avait télécharger et stocker les bitcoins du site."

Il n'y aurait pas comme un problème?
a écrit le 03/06/2017 à 18:23 :
> Il faudrer prendrer des cours de grand-mer! (grammaire)
Bitcoin a un nombre finir de 21Mio d'uniters programmer, mais tu parler uniquement à l'infinitif ! <
Bravo pour mon mal de tête!
Quelle horreur que le "oueb" frouzien et ses "rédacteurs" qui écrivent en phonétique!
Une dynamo mue par les retournements de Molière dans sa tombe suffirait à enfin illuminer la France!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :