Des cas de piratage informatique recensés sur des faux Pokémon GO

Le jeu mobile Pokemon Go, lancé par Nintendo la semaine dernière, est actuellement disponible aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Dans les autres pays où il faut encore attendre, des versions non officielles contenant des virus ont été téléchargées.
Pokemon Go a été développé par le studio Niantic avec l'aide de The Pokemon Company (une société affiliée à Nintendo) et Nintendo.
Pokemon Go a été développé par le studio Niantic avec l'aide de The Pokemon Company (une société affiliée à Nintendo) et Nintendo. (Crédits : Flickr)

C'est le dernier grand succès de Nintendo. Pokemon GO, le jeu mobile lancé la semaine dernière par la multinationale japonaise n'en finit pas de faire parler de lui. A l'heure actuelle le jeu est disponible aux Etats-Unis, en Nouvelle-Zélande et en Australie. Mais plusieurs fans impatients ont tenté de télécharger l'application dans d'autres pays. Selon le rapport de la société de protection informatique Proof Point, certaines versions non officielles contiennent des virus.

Grâce au jeu mobile, les hackers peuvent prendre le contrôle du téléphone portable de l'utilisateur et ainsi récolter les données personnelles contenues sur le smartphone. Par ailleurs, ce programme malveillant permet aussi aux pirates informatique de pouvoir suivre les mouvements des propriétaires.

Grâce à la fonction de géolocalisation du jeu, aux Etats-Unis, dans une banlieue de St. Louis, "quatre personnes ont utilisé l'application Pokemon Go pour commettre une série de vols à main armée, a révélé la police de la ville d'O'Fallon dimanche", relate le journal Métro de Montréal. Le jeu Pokemon Go se joue en réalité augmentée, les utilisateurs peuvent donc partir à la chasse aux Pokemons dans la rue, c'est ainsi que les malfrats ont pu attirer leurs victimes.

20% de hausse à la Bourse de Tokyo

Depuis son lancement, Pokemon GO connaît un immense succès. Lundi matin, l'action Nintendo prenait plus de 20% à la Bourse de Tokyo grâce au très bon démarrage de l'application pour smartphone, rapporte l'AFP. Le titre est monté jusqu'à 19.580 yens dans la première demi-heure de transactions (+20,34% ou +3.310 yens), après avoir déjà gagné près de 9% vendredi. Le jeu est en tête des applications gratuites les plus téléchargées sur iTunes Stores. Sur Android, le 8 juillet dernier, le nombre de joueurs quotidien du jeu talonnait de près le nombre d'utilisateurs de Twitter.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 09/09/2016 à 7:02
Signaler
bonjour , attention encore 500 000 comptes et pass pokemon go en libre service dans le web attention a vos telephones source de hacking cordialement

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.